Ashita no Joe - Actualité manga

Ashita no Joe

Critique de la série manga

Publiée le Samedi, 12 Janvier 2013

Ashita no Joe est un manga qui dispose d’un statut de monument au pays du soleil levant. Publiée dès 1968, cette série va poser les bases du manga de nekketsu, genre qui accouchera de best-sellers tels que Dragon Ball ou One Piece, sans en être déjà, logiquement, la caricature, comme beaucoup de séries actuelles. Mais Ashita no Joe, c’est aussi un manga dans la tradition du gekiga, avec une thématique forte : la réussite sociale par le dépassement de soi. Ce métissage peu commun des genres donnera une série aux qualités intrinsèques incroyables, et dont l’engouement autour de ce qui n’est qu’une bande dessinée sera sans limites dans son pays d’origine.

Ashita no Joe, c’est avant tout une histoire de personnages. Joe Yabuki, le héros, est un personnage à l’aura exceptionnelle. La base de son caractère est fondée sur son tempérament très impulsif. Il peut paraitre détestable à cause de cela, mais sa colère l’emmènera tellement bas, que le voir se battre pour remonter, pour briller sous les projecteurs des salles de boxe, sera passionnant. C’est un personnage qui n’a pas l’air d’avoir été conçu pour plaire, qui n’a pas été « formaté » pour le grand public. Sans doute qu’à l’époque, les mangaka avaient les mains moins liées par les éditeurs. Chiba et Takamori ont en tout cas l’air d’avoir apporté un soin particulier au caractère de Joe.

Et bien entendu, un personnage de cette qualité ne peut pas évoluer seul. Tooru Rikiishi est le rival emblématique de Joe et un autre personnage notable de la série. Lui aussi possède un très grand charisme et les matchs de boxe entre lui et Joe sont de grands moments de la bande dessinée. Les personnes ayant lu la série vous parleront d’ailleurs avec passion du tome cinq de l’édition française, qui relate LE grand duel qui les oppose. Et après Rikiishi, un autre personnage très intéressant vient compléter le trio : Yoko, une jeune femme impliquée dans l’organisation du monde la boxe, et qui possède des relations fortes avec Joe et Rikiishi. Ce trio mène l’intrigue et en est le moteur. D’autres personnages viennent apporter la pierre à l’édifice, dont Danpei, l’indispensable figure du maître.

La série est donc remarquable pour son aspect social qui sert la force de dépassement de Joe et ses personnages très charismatiques. Reste qu’une part non négligeable de l’intérêt du manga réside dans les matchs de boxe. Dans l’édition française, on peut grossièrement dresser le schéma suivant : un tome (ou deux) correspond à un arc qui correspond à un adversaire pour Joe. Avant le match en lui-même, les auteurs préparent le terrain à travers les entrainements de Joe, ses relations avec la presse, et toute la tension de l’enjeu du match. Car, Joe est bien souvent un outsider, qui affronte un adversaire fort. Chiba et Takamori arrivent tout à fait à nous faire douter de l’issue du match tant les prologues décrivent minutieusement cette tension autour d’un adversaire qui parait difficile à mettre à genou.

Et une fois arrivés dans le match, c’est Chiba qui fait parler sa plume. Il nous offre des duels magistralement mis en scène, avec des accentuations graphiques sur les ombres, les blessures et les expressions des sportifs. La tension mise en place auparavant ne disparait pas pendant les matchs jusqu’à la dernière seconde. N’imaginez pas une seconde que les auteurs usent et abusent d’artifices gros comme des maisons pour se sortir de situations scénaristiques difficiles.

Ainsi, de match en match, on observe et se passionne pour ses personnages, en se demandant quel sera leur destin, s’ils vont sortir indemnes de cette violence qui abime leur corps, mais qui représente leur seule raison de vivre. Plusieurs actes du manga sont restés dans les mémoires collectives japonaises. Bien des acteurs du milieu de la japanimation et du manga font référence à Ashita no Joe, que ce soit en évoquant le manga par son nom ou en imitant une pose bien connue de Joe, à titre parodique ou non. Et encore plus fort, un évènement majeur, qui intervient au milieu de la série, a donné lieu à un rassemblement de plusieurs centaines de personnes au Japon pour un hommage.

Ashita no Joe est apparu en France au début des années 1990 avec une apparition éclair de la deuxième saison de la série animée à la télévision. Pas grand monde ne l’a remarqué. Mais les échos autour de la série ont continué pendant des années à arriver aux oreilles des amateurs de manga les plus aguerris, si bien que Glénat a fini par la publier. On ne peut que les remercier et profiter de sa disponibilité.


Chroniqueur: Raimaru


Note de la rédaction
Note des lecteurs
17.81/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

19.00,17.00,19.00,16.00,20.00,17.00,17.00,18.00,17.00,18.00,17.00,14.00,19.00

Les critiques des volumes de la série

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News