Angel sanctuary

Critique de la série manga

Publiée le Mardi, 18 November 2014

Angel Sanctuary fait désormais, et sans conteste possible, partie des références incontournables du shojo. Œuvre la plus populaire de Kaori Yuki, cette série a même droit à une réédition, chez Tonkam également. L’histoire commence étrangement : deux démons enlèvent le corps d’un ange dénommé Alexiel, puis on enchaîne sur notre temps, notre époque, Japon. Setsuna est un lycéen comme les autres : ce qui l’intéresse ? La bagarre, et les filles. Malheureusement, la seule qui compte pour lui se trouve être sa sœur. Et comme si ça ne suffisait pas comme problèmes, la meilleure amie de ladite sœur se retrouve emmenée dans un projet un peu trop louche pour être honnête … Les thèmes se dégagent alors dès le début de la série : un amour tabou entre Sara et son frère, un projet sanglant de ressusciter un ange mégalomane et narcissique, la recherche de l’âme d’Alexiel qui semble avoir pris comme réceptacle un jeune adolescent au cheveu châtain qui a bien d’autres préoccupations ... Ce qui va tout changer ? Un petit programme du nom d’Angel Sanctuary, qui a pour but de réveiller Rochel, frère jumeau d’Alexiel. Tout commence par là, mais au final tout a commencé bien avant la naissance de Setsuna. S’enchaînent alors les évènements, plus ou moins complexes, plus ou moins importants, qui vont peu à peu mener à une guerre de grande envergure entre les anges, pas si bons qu’on ne le pensait au départ, et les démons, pas si diabolique que ça finalement.

Kaori Yuki bouleverse nos codes, ce dont on a l’habitude, pour créer un monde totalement nouveau, bien que l’affrontement des deux entités du bien et du mal soit chose commune dans la littérature. Mais la mangaka va bien plus loin que ça, mêlant ses héros au triste destin de ces créatures, angéliques ou pas, qui tentent seulement d’accomplir leur rêve. Il est alors passionnant de voir comment chaque protagoniste influe sur le déroulement global de l’histoire, que ce soit à vision courte ou bien à échéance très lointaine. Les mystères se croisent, de ceux qu’on ne peut pas deviner, et c’est avec passion qu’on tente de s’accrocher à un récit qu’il faudra lire plusieurs fois pour comprendre. En effet, les informations sont telles que certains passages sont quasiment incompréhensibles pour la première fois que l’on découvre le manga, et beaucoup de subtilités passent à la trappe pour le néophyte qui, déjà, tente de suivre le déroulement principal du récit. On se passionne rapidement pour des protagonistes très charismatiques, qu’ils soient dans un camp ou dans un autre, et à part cet amour omniprésent et un peu trop pesant parfois, du moins tant qu’on n’en connait pas vraiment la nature, l’auteur réussit le tour de maitre de nous émerveiller par les différentes émotions gravitant dans le manga. Celui-ci se concentre donc beaucoup sur les répercussions que chaque action peut avoir, mais donne également beaucoup au dynamisme de l’action, du combat et du voyage. Pour en voir le plus possible, pour en découvrir toujours plus, pour vivre pleinement cette épopée qui a quelque chose de magique et dont on ne peut se détacher, pour peu que l’on apprécie le genre et le style de l’auteur.

Sorti après les Comte Cain, Angel Sanctuary conserve quelques défauts graphiques assez remarqués. Si les yeux, et les expressions en général sont toujours splendides, il est à noter des problèmes de proportions, des postures un peu cassantes et déformées pour qui prend garde, un arrière-plan toujours anarchique, un cadrage un peu trop dynamique et chargé, des plis de vêtements parfois peu adaptés, des nuances mal mises en place … Bref, on voit ici que Kaori Yuki est encore au début de sa carrière. Et même si l’on ne remet pas en cause son évolution dans les derniers tomes bien plus agréables à lire, longtemps on ne peut que décréter son trait « agréable à l’œil » ou encore « caractériel », mais on est loin du sublime God Child, apogée de son art. L’édition, quant à elle, a laissé quelques fautes et nous offre une traduction qui n’éclaircit pas vraiment les textes déjà compliqués de la mangaka … On est loin de la blancheur des pages de la version Deluxe, la qualité du papier est telle que la lecture, déjà rendue difficile par la complexité de l’histoire, en devient ardue. Enfin, la couverture peu attrayante n’attire pas autant l’œil que la réédition, et il est certain que cette première édition n’emballera pas tout le monde, et Angel Sanctuary reste, pour l’heure, un joli conte destiné aux plus courageux lecteurs.


Chroniqueur: NiDNiM


Note de la rédaction
Note des lecteurs
17.61/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

17.00,17.00,16.00,16.00,17.00,16.00,18.00,15.00,15.00,14.00,16.00,15.00,17.00,18.00,16.00,17.00,15.00,16.00,15.00,17.00,19.00,16.00,16.00,17.00,15.00,16.00,17.00,16.00,15.00,16.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News