Reiko the zombie shop - Actualité manga

Reiko the zombie shop

Critique de la série manga

Publiée le Mercredi, 18 April 2012

Série d’horreur, manga gore, mais aussi titre amusant chargé de références en tout genre, à la frontière du shonen, du shojo et du seinen avec les différents codes de chaque genre, série un peu coquine, Reiko the Zombie shop est tout ça à la fois ! Autrement dit un titre unique qui mérite largement que l’on s’y attarde !

On y suit les aventures de Reiko, jeune et belle lycéenne (à forte poitrine) qui est aussi une « marchande de zombie », c’est-à-dire qu’elle peut ramener les morts à la vie l’espace d’un instant afin d’élucider des affaires de crime par exemple. Mais ces zombies peuvent aussi devenir de terribles compagnons de combats !

Avec une idée somme toute assez banale, l’auteur arrive à créer une ambiance sans précédent ! Le principe des zombies se battant aux côtés des invoqueurs c’est un peu du vu et revu sous différentes formes : on pense aux Stands de Jojo, aux marionnettes de Karakuri Circus, aux démons de Zatchbell…et on en passe des dizaines. Mais cette fois, ces pairs invoqueur + zombie servent ici une action matinée d’horreur assez jouissive ! Mais ce ne sont pas tant les zombies qui font naître l’horreur, ce sont les différentes scènes de boucheries qui les accompagnent : éviscération, démembrements, charcutage en tout genre, l’auteur ne recule devant aucune scène gore pour renforcer ce climat malsain qu’il instaure au fil des tomes. Et ce climat si dérangeant nous frappe au visage très rapidement, les premiers chapitres mettant Reiko aux prises avec une hystérique massacrant des petites filles, ce qui n’est pas fréquent dans les mangas, il faut le reconnaître. Par la suite, on est moins dérangé, déjà parce que la barre est placée très haute dès le début, mais aussi parce que l’on sait à quoi s’attendre, pour autant l’auteur continue à maintenir une ambiance malsaine en introduisant des personnages toujours plus fous et dérangés commettant les pires massacres sans la moindre once de culpabilité…cela peut paraître gratuit, mais cela renforce la cruauté de la chose et ainsi nous fait ressentir de fortes émotions à la lecture de chaque volume. Mais cela peut aussi choquer, donc autant lire le titre en connaissance de cause.

Mais ce titre ne se limite pas à l’horreur. Outre un aspect coquin, les personnages féminins rivalisant de fortes poitrines et de positions plus ou moins subjectives, on trouve aussi un humour noir du meilleur effet… On n’est jamais loin du second degré empêchant le titre de n’être qu’un titre dérangeant. C’est paradoxal, mais il est fréquent qu’on l’on rigole après un bain de sang.

Le récit évolue tout le long de cette courte série, ainsi on enchaîne les phases et les différents ennemis…chaque arc ayant sa spécificité. Ainsi les zombies s’ils sont toujours présents au moins avec le personnage de Reiko ne constituent pas l’essentiel du titre. Ce qui constitue sans doute la plus grande force de la série étant sa construction : on va de rebondissement en rebondissement et de surprise en surprise, il est potentiellement impossible de prévoir ce que l’auteur nous réserve, quand on pense avoir identifié l’ennemi à abattre, les évènements tournent à l’opposé de ce qu’on attendait…c’est donc un réel plaisir d’avancer dans la lecture de ce titre qui nous tient en haleine tout le long.
A cela s’ajoute le traitement des personnages : il est impossible de prévoir leurs sorts ! La durée de vie de chacun étant potentiellement très courte, si on a vite le sentiment que l’auteur va instaurer un traitement type shonen avec une équipe récurrente d’allié, on se met le doigt dans l’œil et profondément même ! Si les ennemis de Reiko meurent dans d’atroces souffrances, dans un bain de sang et de tripes, et bien ses alliés également !
Les nombreux intervenants possèdent tous pour la plupart une grande classe, notamment les adversaires de Reiko qui bénéficient d’un design vraiment intéressant, en particulier les zombies.

Les références sont nombreuses dans ce titre, allant du Metal au cinéma de genre, c’est un véritable régal ! Chaque zombie (ou presque) renvoyant à autre chose plus ou moins facilement identifiable.

Concernant le dessin, c’est assez particulier, il est à la fois très beau tout en paraissant bâclé par moment. Si les visages et les expressions sont particulièrement bien rendus (en particulier la folie), par moment les personnages paraissent obèses (alors qu’ils ne sont pas censés l’être). De même pour les décors, qui paraissent parfois vides alors que dans d’autres moments ils sont superbes et renforcent l’immersion dans l’ambiance. Mais pour cela on peut excuser l’auteur qui a commencé son titre seul pour le finir avec un seul et unique assistant.

Un titre absolument séduisant qui saura ravir nombre de lecteurs, mais à ne pas mettre pour autant entre toutes les mains !


erkael


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
15.64/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

17.50,17.25,17.00,16.00,18.25,18.00,17.00,17.00,18.00,17.50,17.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News