Wolfsmund - Actualité manga

Wolfsmund

Critique de la série manga

Publiée le Lundi, 20 March 2017

Wolfsmund est un titre qui a fait du bruit avant d’arriver chez nous, Ki-oon avait grandement mis en avant le titre ce qui avait suscité notre curiosité! Une des raisons de l’attente vient du fait qu’il s’agit là de la première série d’un ancien assistant de Kentaro Miura, l’auteur de Berserk…et quand on connaît le statut d’œuvre culte de cette dernière, on ne pouvait qu’espérer que l’élève suive la voie du maître (il s'est malheureusement avéré qu'au niveau du rythme de parution il reproduisait un peu ce que faisait Miura)...


La deuxième raison qui nous donnait envie est que nous avons là un titre historique nous plongeant dans une ambiance médiévale en plein cœur de l’Europe…c’est assez rare pour être signalé ! Quand on parle de récit historique, on pense à Vinland Saga, Cesare ou encore Ad Astra, des références de qualités, plaçant la barre assez haute!
Nous partons donc pour huit volumes prenants et surprenants, pour une série intense et violente qui ne nous épargnera pas plus qu'elle n'épargnera les personnages qui la peuplent!


Nous sommes au 14e siècle, en Suisse, en pleine guerre civile : le Duc D’Autriche écrase une rébellion par la violence et empêche le peuple de quitter le pays pour se réfugier en Italie. Le seul passage se trouve être un col en plein milieu des Alpes, la passe de Saint-Gothard gardé par un fou au visage souriant, le redoutable Wolfsram, qui se délecte à supplicier ses victimes. On dit de lui que rien ne lui échappe. De par la terreur qu’inspire cette forteresse, elle a été baptisée « la gueule du loup »…Wolfsmund !
Les villageois des différents cantons alentour vont tenter de mener une rébellion, ils vont se rassembler, et plus Wolfram et ses soldats se montreront cruels, plus leur détermination à regagner leur liberté enflera!
Une succession de violents affrontements va avoir lieu qui ne fera qu'augmenter le nombre de victimes, y compris parmi les héros des rebelles qui tomberont tour à tour...mais peu à peu l'espoir renaîtra...


Comme toute série de ce genre, l’auteur se base sur un fond de faits réels et sur une documentation sérieuse, ce qui immerge d’autant plus le lecteur, pour autant, les aspects dramatique et narratif ne sont pas oubliés.
On reconnaît la patte du maître Miura dès les premières images : cette série sera violente, dure et cruelle, comme l’est Berserk. Le premier opus s’ouvre sur une décapitation violente et implacable qui donne le ton d’entrée de jeu.

Dans un premier temps, sur les premiers tomes, la série va fonctionner sur un schéma qui va se répéter, on découvrira des couples ou des binômes de personnages qui d'une manière ou d'une autre seront confrontés à la cruauté de Wolfram, faisant de lui le véritable personnage principal de la série. Et dans cette première partie, rares seront les personnages, mis à part Wolfram donc, que nous reverrons...
Et au départ ceci est assez étonnant et démontre une véritable originalité...dans les premiers chapitres on pense tenir nos personnages principaux, mais ils sont, les uns après les autres, exécutés et laissent un vide dans la série, ce qui constitue le premier grand choc de celle-ci ...du moins le pense-t-on puisque ce vide est immédiatement compensé par d'autres personnages, mais surtout par le diabolique Wolfram! Il est le dénominateur commun à tous les récits qui nous sont proposés, il est ce qui lie les différentes personnes exécutées sauvagement!
Même l'apparition d'un personnage illustre tel que Guillaume Tell figure emblématique de cette époque ne vas durer qu'un temps, il est introduit de façon remarquable, il va représenter l'âme de la révolte, mais l’utilisation qu’en fait l’auteur surprend une fois de plus, mais au final apparaît comme un coup de génie.


Par la suite la série s'oriente davantage vers des batailles épiques (mais toujours aussi violentes) où la stratégie sera de rigueur, donnant lieu à des scènes fortes pour la prise (ou la défense) d'une forteresse, et à partir de là, les morts seront encore plus nombreuses, l'auteur insistant sur l'horreur de la guerre, sur les pertes nécessaires, mettant en scène des grands moments de bravoures et de sacrifices...

Ce qui semble dominer Wolfsmund c'est à priori la violence! Elle se montre sans concession, n'épargnant personne, pas même ceux qu'on imagine être les personnages principaux, l'auteur nous faisant découvrir différentes méthodes de tortures de l'époque, où le raffinement est tout sauf de rigueur, allant jusqu'à parfois se montrer éprouvant même pour le lecteur! Le sang coule à flots, certaines scènes sont dominées par la sauvagerie, la barbarie et la cruauté...c'est certes dur, mais c'est aussi saisissant!
Mais résumer la série à sa violence serait incroyablement réducteur! On y suit un combat pour la liberté avec des messages forts, où l'on comprend que le sacrifice de quelques-uns est nécessaire pour l'avenir de tous, ce qui rend ces mêmes sacrifices encore plus importants!
On  se laisse entraîner dans ce titre et on s'y retrouve rapidement piégé!


Graphiquement le trait de l’auteur est assez spécial, il est à mille lieues de celui de Kentaro Miura, alors que l’on aurait pu s’attendre à des similitudes, il n’en est rien. Au contraire, le trait apparaît presque vieillot, les personnages notamment. On pense parfois à Go Nagai ou dans une moindre mesure à Shingo Araki. Mais pourtant il se montre très vivant et particulièrement dynamique!
Les décors apparaissent pauvres et peu détaillés, carrés même. A ce niveau c’est assez spécial, mais on s'y fait rapidement. La mise en page n'est pas non plus exceptionnelle puisque celle-ci tient dans des cases tout ce qu’il y a de plus rigides, carrées ou rectangulaires, c’est très sobre!
Mais la sobriété et la simplicité n'ont jamais été des défauts!
L’éditeur de son côté fait une nouvelle fois un travail remarquable!

Une série passionnante qui nous prendra aux tripes du début à la fin, possédant une force de narration incroyable, et qui en plus a le mérite de nous ramener quelques siècles en arrière!
Un incontournable!


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
16.06/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

16.00,17.00,17.00,18.00,18.00,18.00,17.50,18.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News