Aria

Critique de la série manga

Publiée le Mardi, 06 July 2021

Lorsqu'elle crée Aria en 2002, Kozue Amano n'est pas encore aussi célèbre qu'elle l'est devenue aujourd'hui, elle ne jouit pas encore du statut de référence parmi ses pairs, mais elle nous propose de voyager dans un monde futuriste féerique, bien loin des habituels mondes post apocalyptiques qui fleurissent dans la science fiction!

Aria compte douze volumes auxquels s'ajoutent les deux tomes de Aqua qui servent de préquel, soit un total de quatorze!

En 2007, l'éditeur Kami nous propose de découvrir le magnifique univers de Amano via les deux tomes de Aqua suivi de Aria, série qui sera malheureusement interrompue à l'issue de son septième opus!
Voilà qu'en 2020 l'éditeur Ki-oon, déjà familier de l'univers de l'auteure avec le très rafraîchissant Amanchu, nous propose une réédition sous le titre évocateur de "Aria The Masterpiece" en sept volumes regroupant l'intégralité des 14 tomes (Aria + Aqua) de la première édition!

L'occasion pour ceux qui sont passés à coté de la première édition de découvrir ce petit bijou mais aussi pour ceux qui comme moi possédaient déjà le titre de non seulement s'enrichir d'une édition vraiment magnifique et d'en plus de découvrir la fin de ce titre!



24e siècle. Planète Mars!
Bien loin de la vision qu'on peut avoir de Mars (du genre "Total Recall"), la planète a été terraformée par les humains il y a de cela plusieurs décennies, mais celle ci est recouverte à 90% d'eau, ce qui en fait en fait presque une planète aquatique! Les humains l'ont simplement baptisée "Aqua" et coulent une vie paisible sur ce havre de paix!
Akari, jeune fille dont la tête est remplie de rêves, vient d'arriver sur Mars, à Néo Venezia pour être plus précis, une ville qui comme son nom l'indique à été construite sur le modèle de Venise sur Terre. La jeune fille vient y suivre une formation pour devenir Ondine, c'est à dire une gondolière professionnelle, permettant de faire circuler les gens sur les eaux de Néo Venezia!
La jeune Akari va donc commencer son apprentissage au sein de la compagnie Aria, auprès de l'angélique Alicia, une ondine qui fascine autant qu'elle apaise. Le dirigeant de la compagnie n'est autre qu'un chat martien dilettant (comme tous les chats)! Au cours de cette apprentissage aux cotés de ses amies Aika et Alice, elles aussi apprenties Ondine, elle va faire la connaissance de plusieurs habitants de la cité, et va parcourir ses canaux à la découverte des mystères et secrets de la ville...


Dans cette superbe édition de gros volumes surdimensionnés, le premier opus reprend la quasi totalité de Aqua et il faudra attendre le volume 5 pour avoir l'occasion de découvrir enfin les chapitres inédits qui nous avaient été interdits lors de la première édition!

Aria a de fascinant qu'il nous permet de voyager à la croisée des chemins entre la science fiction avec un univers possédant ses propres codes avec lesquelles il va falloir se familiariser mais en nous permettant de déambuler dans des décors qui nous rappellent des choses connues, en effet, comme son nom l'indique, l'auteure s'est grandement inspirée de Venise pour créer sa Néo Venezia!
Dans le même ordre d'idée, la science fiction avec ses codes se mêle, sans se heurter, au style plus académique et "simpliste" (et pas simplet) des tranches de vies, à la fois amusantes et légères!
Ainsi Amano donne vie à un univers où l'inconnu côtoie le connu, où le futur se montre à la fois léger à rassurant. Et si cela n’a l'air de rien, avec ce choix l'auteure vient apaiser immédiatement, tuer dans l’œuf les possibles angoisses inconscientes qui pourraient naître chez le lecteur confronté à un récit de science fiction nous plongeant dans le futur...elle pose un cadre apaisant, drôle et léger, un cadre qui demeurera tout au long du récit (ce qui ne surprendra en rien les lecteurs lisant Amanchu).


Dans ce cas on pourrait légitimement se demander pourquoi l'auteure n'a pas choisie de placer son récit à Venise directement...tout simplement car cela lui permet de laisser libre cours à son imagination, d'enrichir cet univers avec de nouveaux éléments, certains liés à la technologie, d'autres totalement farfelus, à l'image de ces chats qui semblent "contrôler la ville", cela lui permet en quelques pages de passer d'une paisible ballade en gondole à un voyage sur une île flottante surplombant toute la ville!
Et si la technologie est bien présente et tient un rôle non négligeable, il se dégage de chaque court récit une magie et une poésie enivrante!

Ainsi au fil des chapitres on va naviguer aux cotés de personnages amusants et attachants, découvrir les secrets de la ville mais on va aussi rencontrer ses habitants tous aussi sympathiques que bienveillants! Et c'est là aussi une des grandes forces de ce titre: pas de prise de tête, pas de personnages désagréables, tout dans Aria est rafraîchissant, le genre de titre qui nous donne le sourire et nous pousse à le conserver durant toute la lecture!
On va donc voguer paisiblement avec les personnages, aux cotés de personnes apaisés, sans la moindre colère, ici pas de rancune, pas d'ennemis, même pas de personnages antipathiques, le but de Kozue Amano est de nous proposer un œuvre "feel good" nous permettant de nous évader en toute sérénité, totalement apaisé!


D'autres chapitres vont nous entraîner sur un versant un peu plus fantastique, plus féerique, à la frontière entre le réel et l'onirisme... Et ici l'auteure va laisser planer le doute: est ce uniquement un rêve de Akari ou bien vient elle de passer une frontière inaccessible aux personnes qui ont perdu leurs illusions? Et le lecteur n'a pas besoin d'avoir la réponse, il suffit juste de savourer ces moments précieux!

Le travail graphique d'Amano est ici d'autant plus important qu'il contribue à cet apaisement, décidément le maître mot de la série! Chaque détail est travaillé et contribue à enrichir cet univers.

Ki-oon nous livre ici une copie parfaite avec cette édition d'une très grande qualité, qui respecte plus que jamais l’œuvre et le lecteur! Mais avec cet éditeur on commence à être habitué à de l'excellent travail, à tel point qu'on ne s'en rend même plus compte...ce qui est une erreur! Donc chapeau bas!

Aria est un titre indispensable qui va faire voyager n'importe quel lecteur et qui plus est dans un climat de sérénité apaisant comme on en voit peu!


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
18.39/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

18.00,18.00,18.00,18.00,18.00,18.00,17.00,17.75,17.37,17.50,17.25,17.00,16.75,20.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News