Aria - The Masterpiece Vol.4 - Actualité manga

Aria - The Masterpiece Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 19 August 2020

Chronique 2 :

Le temps passe vite sur Aqua, Akari va entamer son deuxième automne à Néo-Vénézia et la magie ne s’est pas dissipée, la jeune fille continue ses explorations et découvertes en compagnie de ses amies tout en continuant son apprentissage dans le but de devenir une Ondine aguerrie !

Pour le lecteur non plus la magie ne s’est pas dissipée, le plaisir de retrouver notre héroïne dans ses paysages enchanteurs, dans ces rêveries féeriques est toujours le même, et il l’est d’autant plus quand on lit ce tome par temps de canicule tant la série se montre rafraîchissante.

Le voyage se poursuit donc en compagnie de tous les personnages déjà rencontrés avec ici encore quelques ajouts, notamment la douce et rêveuse Atena, qui n’est autre que la dernière des « trois fées de l’eau » à entrer en scène…elles sont donc désormais au complet, ce qui va laisser à l’auteure le champ libre pour introduire des histoires sur la jeunesse de ces trois Ondines connus et reconnues à travers toute la ville. On les retrouve apprenties, à l’image du trio que composent aujourd’hui Akari, Aika et Alice !
Le parallèle est forcément évidemment et Kozue Amano n’hésitera pas à le souligner à plusieurs reprises, insistant sur le cycle qu’est la vie, souvent avec humour et légèreté, parfois même sur un ton plus mélancolique (les jeunes filles doivent profiter des moments passés ensemble tant qu’elles le peuvent avant que la vie fasse qu’elles ne puissent plus passer autant de temps ensemble…un regard peut être un peu triste mais pourtant réaliste que nous fait partager l’auteure).

Le directeur de la petite compagnie Aria n’est pas oublié, il est presque de toutes les aventures, les chats continuant d’avoir une place étonnamment importante dans la série, celui-ci allant jusqu’à visiter un monde parallèle (à moins qu’il ne s’agisse d’un rêve), l’auteure se permettant toutes les fantaisies pour le plus grand plaisir des lecteurs. Chaque histoire étant une invitation au voyage poussant le lecteur à s’abandonner, sans se soucier du réalisme des dites aventures !
Sont-ce des rêves que nous partageons ou de vrais voyages fantastiques ? Est-ce seulement important ?
Amano nous offrant d’ailleurs une jolie référence à Galaxy Express (avec un peu de Totoro) dans le dernier chapitre du tome, de quoi réjouir nombre de lecteurs (surtout les moins jeunes).

On se laisse porter avec toujours autant de plaisir sur les flots de Aria en compagnie de ces personnages attachants!
C’est tellement reposant une série contemplative qui ne partage que sourires et bonne humeur !


Chronique 1 :

Le deuxième été d'Akari à Néo-Venise touche déjà à sa fin, l'heure est venue pour la jeune fille de remettre son uniforme des saisons plus froides... mais pour cette demoiselle capable de s'émerveiller de tout, l'arrivée de l'automne puis de l'hiver n'est aucunement négatif ! Car au sein de cette ville et de ses alentours, elle a toujours des choses à découvrir, des lieux où flâner ou s'entraîner, et des moments chaleureux à passer avec ses amis ou même avec de nouvelles connaissances.

Comme toujours, la lecture est donc marquée par son lot d'événements passés avec les gens qu'elle aime. Une petite aide apportée au facteur sur qui elle en découvre un peu plus, un entraînement spécial avec Akira, une pluie d'étoiles filantes observée avec Aika et Al, un moment détendu avec un inconnu sur la plus célèbre place de la ville, un passage à Murano... sans oublier, en toute fin de tome, l'habituelle petite touche plus fantastique exploitant à nouveau l'univers merveilleux des chats de la ville. Pour Akari, tout reste source de joie, elle fait partie de ces personnes allant naturellement vers les autres, sachant s'émerveiller de la beauté de tout ce qu'elle voit (y compris les choses les plus simples), adorant profiter simplement du temps qui passe, et sa personnalité si avenante ne manque pas de charmer le lecteur bien sûr, mais aussi celles et ceux qu'elle rencontre.

"J'adore Néo-Venise... Je trouve que j'ai une chance incroyable... d'y vivre..."


Un vrai moment de plaisir et d'évasion, en somme... d'autant plus que ces instants de bonheur simple auprès d'Akari, Kozue Amano sait toujours en tirer parti pour aborder bien d'autres choses, à commencer par certaines découvertes sur des choses typiques de la ville, directement héritées de notre vraie Venise ! On pense à un très beau développement concerne le plus célèbre café de la ville, le Caffè Florian, son histoire, sa situation, certaines de ses petites habitudes... ou au petit focus sur le verre de Murano et ses spécificités.

Mais ce sont également les personnages qui continuent de briller, et ici il faut d'abord souligner l'entrée en scène de la 6e héroïne ondine de la série: Atena, la 3e des "trois fées de l'eau" aux côtés d'Akira et d'Alicia, ses deux amies/"rivales" de toujours qu'elle connaît depuis l'enfance, ce qui est l'occasion d'entrevoir un peu plus le lien de ces trois-là depuis leur plus tendre jeunesse. En Atena, formatrice d'Alice à Orange Planet, on découvre une demoiselle ayant elle aussi son propre charme, avec ses étourderies et son côté dans la lune presque étonnants pour une brillante ondine. Une demoiselle assez captivante à observer dans son genre, et d'autant plus captivante quand elle se met à chanter de sa voix d'or (dans une certaine tradition des gondoliers vénitiens). En dehors de cette nouvelle venue, on appréciera aussi, comme toujours, les interactions et relations des personnages principaux comme secondaires (car bien sûr, il y a des visages comme le facteur, Akatsuki, son frère, Al, Uddi...), la jolie exploitation de leur caractère respectif, ce qu'Aika laisse entrevoir d'elle concernant Al pendant la pluie d'étoiles filantes (elle a beau se moquer toujours des autres pour ça, elle aussi a un petit côté fleur bleue !), la maturité d'Alice laissant parfois place a un côté plus enfantin rappelant son jeune âge, l'arrivée d'une nouvelle mascotte pour Orange Planet... sans oublier un chapitre spécial, déjà présent dans l'édition de Kami mais pas tout à fait au même endroit, où le président Aria est à l'honneur le temps d'une petite fantaisie à base de mondes parallèles !

A tout ceci, il faut évidemment ajouter les habituelles qualités visuelles de Kozue Amano, qui n'a pas son pareil pour saisir la beauté d'un lieu ou d'un instant, notamment au travers de certaines doubles-pages. Les décors vénitiens et éléments SF restent somptueux, on adore y voir nos héroïnes et leur entourage y flâner, l'autrice régale également dans ses choix d'angles (en particulier certaines vues de dessus, aériennes et emballantes à souhait)... Tout est donc fait pour que la lecture soit, une nouvelle fois, un véritable régal. Et le mieux dans tout ceci, c'est que le prochain volume marquera enfin l'arrivée de contenu inédit en France: la première édition chez Kami avait effectivement été stoppée au tome 7 d'Aria, ce qui correspondra au milieu du volume 5 d'Aria the Masterpiece !
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

17.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News