Chronique Manga - Re/Member- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Chronique Manga - Re/Member


Samedi, 30 November 2019 - Source :Chronique Manga

Lorsque Re/member a vu le jour, l'horreur sous forme de jeu avait le vent en poupe dans les mangas, c'est peut être un peu moins le cas maintenant, mais à l'époque les titres se multipliaient, assez inégaux, nombre d'entre eux s'avéraient sans saveur...pour le coup une certaine appréhension accompagnait Re/member!
Pourtant, 17 tomes plus tard force est de constater que le titre était non seulement excellent mais surtout qu'il n'a jamais faibli durant l'ensemble de ses différentes parties, nous apportant sans cesse des surprises et de la nouveauté!
On plonge donc dans une spirale sanglante qui n'est pas sans rappeler les classiques du cinéma d'horreur Japonais, maintes fois copiés, rarement égalés.
Re/Member est adapté d'une série de romans ayant rencontrés un vif succès au Japon, et pour l’occasion l'adaptation a été confié à un jeune dessinateur talentueux : Katsutoshi Murase



Au sein du lycée Oma circule une terrifiante légende horrifique, une légende urbaine qui fait frémir les élèves sans qu'ils la prennent pour autant au sérieux ! Elle raconte que la « Rouge Sang », une fillette recouverte de sang, peut apparaître devant n'importe quel élève après les cours, et le massacrera en le démembrant si ce dernier regarde en arrière avant de quitter l'établissement. L'élève réapparaîtra alors le lendemain et choisira des camarades pour participer à une « chasse au corps », afin de retrouver les huit parties de son corps démembré. Et tant que ces derniers ne l'auront pas reconstitué, ils revivront inlassablement la même journée, et même la mort ne les libérera pas de cette boucle infernale…
Une légende urbaine donc, un conte destiné à faire peur aux plus crédules...jusqu'au jour où l'une de ses camarades demande à Asuka de retrouver son corps ! La jeune fille prend ça pour une blague de mauvais goût, mais le soir même, à minuit, alors qu'elle était dans sa chambre, Asuka se retrouve téléportée à l'entrée du lycée avec cinq autres de ses camarades de classe… La chasse au corps commence alors et les six lycéens doivent rapidement trouver les huit parties du corps avant que la rouge sang ne les trouve à eux… L'horreur commence alors...mais quelle en sera l'issue?

A première vue, comme ça cela pourrait rappeler nombre de titres mettant en scène des jeux mortels, dont beaucoup se retrouve dans le catalogue de Ki-oon (Btooom ; Gantz ; Darwin's game ; Judge ; King's game…), mais on est ici beaucoup plus dans le registre de l'horreur que dans les autres titrés précités (bien que cela se rapproche tout de même de King's game). Et ça c'est notamment au « personnage » de la Rouge Sang qu'on le doit !



Elle permet d'instaurer une ambiance qui n'a rien à envier aux grands classiques de l'horreur Japonais tels que Ring, The Grudge ou Dark Water pour ne citer qu'eux, d'ailleurs ce n'est sans doute pas un hasard si même dans son design elle renvoie sans peine à Sadako (de la trilogie Ring), à savoir chemise de nuit blanche et longs cheveux noirs recouvrant le visage pour ajouter davantage d'angoisse et de mystère...un look depuis maintes fois copié, c'est dire à quel point il se montre efficace.
A cela s'ajoute des comptines macabres entonnées par l'enfant fantôme qui laisse deviner ce qui attend ses victimes...bref tout ce qu'il faut pour faire monter la pression chez les participants du jeu.

Parce qu'avant toute chose, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un jeu ! Et d'ailleurs, dés la toute première page du volume, les règles de jeu morbides nous sont présentées ; pas d'exposition au fur et à mesure, pas de découverte des règles au gré de l'avancement du jeu, non, ces dernières nous sont exposées avant même que celui ci ne commence. Ainsi le lecteur est immédiatement placé dans la situation des personnages : même s'il ne comprend pas les raisons de tout ceci, même s'il ne sait pas qui est la Rouge Sang et quel est son but (si elle en a un), mais le lecteur est mis au courant de la légende urbaine circulant au sein du lycée au même titre que tous les élèves de ce même lycée. Ainsi l'immersion dans la peau des personnages se fait assez rapidement. Et pour renforcer le sentiment de « jeu de pistes », les plans détaillés de l'école nous sont fournis.

Commence alors une horreur sans fin, où les élèves vont revivre inlassablement la même journée jusqu'à ce que la nuit arrive où ils se retrouvent plongés dans l'horreur la plus totale: obligés de chercher les parties du corps d'un de leur camarade en pleine nuit dans leur lycée, pourchassés par un démon vraiment effrayant!
Et cette chasse commence très violemment avec un premier massacre en bonne et due forme qui remet les compteurs à zéro, c'est à dire que les participants du jeu se réveillent au début de la journée qu'ils viennent déjà de vivre, en vie certes, mais traumatisés et avec des marques angoissantes sur les parties du corps où la Rouge Sang les a touché… A partir de là, une autre référence est convoquée : « Un jour sans fin », classique parmi les classiques ! A ceci près que nous restons dans le registre de l'horreur (on peut alors penser à All you need is kill / Edge of tomorrow).



On pourrait alors se dire que revivre la même chose, suivre cette chasse au corps sur 17 tomes va s'avérer assez laborieux...et bien il n'en sera rien! A commencer parce que le titre se découpe en trois parties bien distinctes, trois chasses différentes avec des élèves différents à chaque fois bien que certains restent d'une chasse à l'autre. Chacune d'entre elle se découpe donc en une partie s'étendant sur 5 ou 6 tomes...voilà qui parait plus cohérent pour nous tenir en haleine sur l'ensemble de cette partie macabre!
Et si certains se demandent quel est l’intérêt de suivre plusieurs chasses, c'est parce qu'à chaque fois une partie du mystère est résolue, on en apprend tout du long un peu plus sur les fantômes (car oui ils sont plusieurs), sur les malédictions et comment il serait éventuellement possible de les lever!
Chaque partie se renouvelle avec de nouveaux personnages qu'on apprend à connaître au fur et à mesure, et plus on avance dans la série plus les parties de chasse au corps deviennent secondaires, les auteurs ayant eu la bonne idée, afin d'éviter toute redondance, de changer peu à peu le point de vue, laissant de plus en plus de place au développement des différents personnages et des liens qui les unissent, les rivalités, les rancœurs.
A mesure que le titre avance, la peur se fait moins présente (car moins surprenante sur le long terme forcément) pour laisser davantage de place à l'intrigue et aux personnages de plus en plus attachants.



Si dans un premier temps, bien qu'on soit séduit par l'ambiance et intrigué par les promesse du titre, on peut redouter de tomber sur une copie de ce qu'on connaît déjà; mais plus on va avancer et plus la série va se montrer passionnante et unique, avec des personnages travaillés et plus complexes qu'il n'y parait.

Le dessin est plus qu'agréable, il est fin et maîtrisé, et en plus de ça l'auteur nous offre une mise en scène intelligente et vivante qui participe à la mise en place de cette ambiance angoissante.
Le travail de Ki-oon est quant à lui, comme à leur habitude de grande qualité et sans la moindre faille !

Une excellente série que je ne peux que chaudement vous recommander!

L'avis du chroniqueur
Erkael

Samedi, 30 November 2019
15.8 20


KARADASAGASHI © 2014 by Welzard, Katsutoshi Murase / SHUEISHA Inc.





Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News