Retour sur la conférence de Yoshiyuki Tomino à Japan Expo- Actus manga
actualité manga - news illustration

Dvd Retour sur la conférence de Yoshiyuki Tomino à Japan Expo


Mardi, 03 September 2019

La 20e édition de Japan Expo a brillé grâce à ses trois invités d'honneur que furent Leiji Matsumoto, Gô Nagai et Yoshiyuki Tomino. Chacun d'entre eux, en plus des séances de dédicace, a eu droit aux honneurs d'une grande conférence sur la scène Yuzu. C'est le samedi que le papa de Gundam a rencontré son public français, lors d'une conférence qui a pris la forme d'une séance de questions/réponses avec le public, avant de réserver quelques surprises...

L'événement fut présenté par Jean-Philippe Dubrulle, président de l'Association pour l'Essor de l'Univers Gundam mais aussi traducteur de certaines séries Gundam pour Crunchyroll, dont G Gundam. La traduction a été assurée par Nicolas Priet, interprète qui a suivi Yoshiyuki Tomino sur tout son parcours lors de Japan Expo.

« Gundam... Beaucoup de choses se cachent derrière ce nom », une entrée en matière aussi énigmatique que le créateur de la saga que nous n'avions jamais pu voir en France jusqu'à aujourd'hui. Suite à cette brève présentation de Jean-Philippe, c'est sous un tonnerre d'applaudissements que Yoshiyuki Tomino est entré sur scène, en compagnie de son interprète. « C'est les 20 ans de Japan Expo et les 40 ans de Gundam. A cette occasion, j'ai enfin pu venir en France. Tout cela, c'est grâce à vous, je vous en remercie profondément. Merci beaucoup » furent les premiers mots du créateur de l'univers Gundam.

Yoshuyuki Tomino n'est pas venu à Japan Expo pour promouvoir ses œuvres, ni même les films Reconguista in G dont la sortie japonaise du premier volet est imminente. Il est venu rencontrer son public français et converser avec eux, aussi c'est une grande phase de questions/réponses qui s'est ouverte.



Vous avez travaillé avec Mamoru Nagano par le passé. Dans l'avenir, aimeriez-vous encore travailler avec lui ?


Yoshiyuki Tomino : Il n'y aura hélas pas d'autres occasions pour travailler avec Mamoru Nagano. Il est devenu trop célèbre, et il s'y croit un peu trop.

J'ai assisté à l'avant-première du premier film Reconguista in G. J'ai beaucoup aimé, c'est très différent du Siècle Universel. Durant tout le film, j'ai trouvé qu'il n'y avait pas de médias représentés, pas de télé ni de chaînes d'information... Est-ce voulu ?

Yoshiyuki Tomino : L'époque durant laquelle se déroule Reconguista in G a été conçue de telle sorte à ce qu'il n'y ait pas de médias. La série est dans un univers radicalement différent par rapport aux autres Gundam. Dans ce monde, l'humanité s'est éteinte une première fois, et elle est encore en train de se remettre debout. Nous ne sommes pas encore arrivé à un stade où les médias pourraient trouver leur place dans la société.

Après 40 ans d'univers Gundam, est-ce que cela vous enflamme toujours de créer de nouveaux personnages et de nouveaux univers ?

Yoshiyuki Tomino : Bien-sûr. Si je n'avais pas cette ambition, vous ne me verriez pas en France à présent.

Avez-vous des projets futurs pour le Siècle Universel, qu'il s'agisse de séries ou de films ?


Yoshiyuki Tomino : Non, je n'en n'ai aucun. Et c'est justement parce que je n'en n'ai aucun qu'il y a cette métaphore de l'extinction de l'humanité dans Reconguista in G.


Avec les moyens actuels d'animation et de production, aimeriez-vous refaire une de vos œuvres Gundam ?

Yoshiyuki Tomino : Il n'y en a pas. Ces œuvres ont déjà la forme que je souhaitais, je ne pense pas qu'il y ait besoin de les refaire.

Quels sont vos personnages préférés parmi ceux que vous avez créé ?

Yoshiyuki Tomino : Il m'est impossible de répondre à cette question... C'est comme si je devais désigner mes maîtresses depuis la scène, ce n'est pas possible. J'aime tous les personnages que j'ai créé.

Je ne pense pas que beaucoup de monde ait vu Zambot 3, mais j'aimerais quand même en parler. Dans une scène, des enfants servent de bombes humaines. D'où vous est venue cette idée ? Était-ce juste pour choquer ? Car cet épisode est humainement très dur...

Yoshiyuki Tomino : Effectivement, c'est une scène extrêmement choquante, et c'est pour cela que je l'ai réalisée. Car si on envisage que l'humanité se lance véritablement dans une guerre, ce genre de choses, hélas, arriverait. Il faut vous dire que vos grands parents ayant vécu une guerre mondiale ont malheureusement assisté à des scènes de ce genre.

Comment vous est venue la conception de la série Space Runaway Ideon ?


Yoshiyuki Tomino : La réponse est assez simple. Avant même que je participe au projet, les designs étaient déjà conçus. Quand je les ai vus, cela m'a tout de suite inspiré l'histoire que vous connaissez. Une petite chose : Je pense en revanche que le concepteur des jouets Ideon ne s'attendait pas à ce que la série prenne cette forme là. C'est une bonne leçon pour les fabricants, ne faîtes pas les jouets avant la série.

Ma question concerne Umi no Triton, d'après un manga d'Osamu Tezuka. Comment s'est passée la collaboration avec Tezuka-sensei ? Sachant qu'il s'agissait de votre première réalisation, comment êtes-vous arrivé sur le projet ?

Yoshiyuki Tomino : Ce projet est né comme cela arrive souvent. L'histoire était déjà décidée, la diffusion aussi. Il y a eu des soucis du côté de la pré-production : le réalisateur a quitté le projet, et on m'a demandé si je pouvait le remplacer au pied levé. Quand je suis arrivé sur la série, j'ai compris pourquoi le précédent réalisateur est parti. La série d'origine n'était vraiment pas très bonne, et c'était assez compliqué comme projet. Comme la diffusion était déjà décidée et que nous devions absolument la tenir, le producteur m'a dit que je pouvait réécrire l'histoire, tant que je réalisais la série. Résultat : Le management a arrêté de nous encadrer sur cette série. Cela m'a permis de la concevoir comme je le voulais, et j'ai été très libre dans la réalisation.

conference-tomino-1.jpg
Vous dîtes souvent que vous n'avez pas réussi à surpasser Hayao Miyazaki. Dans ses films, les personnages féminins sont forts, et c'est un point commun avec vos œuvres. C'est quelque chose que vous maîtrisez très bien. Comment parvenez-vous à créer des personnages féminins toujours forts et intéressants ?

Yoshiyuki Tomino : Il n'existe pas qu'un seul type de personnage féminin, car il n'y a pas qu'une seule femme à dépeindre. La seule chose qu'il faut se dire quand on écrit un personnage féminin, c'est qu'on doit en dépeindre plusieurs, plein. Je vais m'en tenir à cette réponse simple, car ça deviendrait long si je devais dire tout ce que je pense sur le sujet.

Tout à l'heure, on vous a posé une question sur une scène d'attentat, avec des enfants. Je remarque qu'il y a plusieurs thèmes récurrents dans Gundam, au-delà de la science-fiction et des robots, comme la mort et la fatalité de la guerre, montrées de manière très viscérales. Pourquoi amenez-vous régulièrement ces éléments dans votre travail ?

Yoshiyuki Tomino : Au Japon, avant Gundam, les anime de robot et de guerre étaient ce qu'on appelait les « telebimanga », des produits pour enfants. Quand j'ai commencé à œuvrer sur Gundam, j'avais la volonté d'avoir une approche cinématographique. Lorsque j'ai réfléchi aux thèmes cinématographiques qui pourraient marcher dans l'animation, j'en suis arrivé à celui de la guerre qui semblait approprié pour changer d'approche.

Je considère que le cinéma d'animation est un médium qui permet de faire énormément de chose, il est illimité. Je trouve ça dommage que les films d'animation se limitent souvent à un genre de productions, par exemple le genre des films de Miyazaki. La réponse à cette question, je pense que c'est vous tous, ici rassemblés aujourd'hui, qui pouvez la connaître. L'animation comme le cinéma sont des médiums qui permettent à n'importe qui de pouvoir les apprécier, et qui peuvent contenir tous les genres que le public souhaite.

ideon-interview-tomino.jpg
Je vous remercie d'abord pour ce magnifique univers Gundam que vous avez créé, à travers duquel on peut tous se réunir en tant que passionés. J'ai deux questions : A travers toutes les licences que vous avez créé, laquelle a été la plus difficile à élaborer ? Et laquelle a été la plus facile ?

Yoshiyuki Tomino : Je comprends votre question. Mais, honnêtement, s'il faut vraiment y réfléchir, travailler sur une série animée quelle qu'elle soit est difficile et laborieux. Une œuvre sur laquelle j'ai travaillé qui a été facile à concevoir... Je ne suis pas certain qu'il en existe une. Il faut comprendre que durant la production, il y a toujours un processus où plus la série avance, plus on perd de son énergie mentale jusqu'à atteindre zéro à la fin. J'ai toujours cette frustration de ne jamais pouvoir surmonter ce cap au cours des productions.

Résultat : Quand je pense à l'ensemble de ma carrière, c'est très dur pour moi de voir que Gundam est le plus grand des succès, par rapport aux autres séries.

Vous êtes très souvent associé au mécha et aux robots géants. Aimeriez-vous réaliser une série ou un film d'un autre registre ?


Yoshiyuki Tomino : Effectivement, jusqu'à il y a vingt ans, j'avais ce souhait de pouvoir m'attaquer à d'autres genres. Lorsque j'ai atteint la soixantaine, j'ai pu voir ce que j'étais capable de faire ou non. Je me suis résigné sur le fait que je ne pouvais travailler sur autre chose. Je pense que c'est sur ce point que j'ai perdu face à Hayao Miyazaki.

La séance de questions/réponses avec le public s'est achevée sous les applaudissements, ce qui ne signifiait pas la fin de la conférence. La deuxième partie a accueilli Jean-François Dufour, Président de Japan Expo, sur scène. Ce dernier a remis à Yoshiyuki Tomino un Daruma d'or pour l'ensemble de sa carrière. « Le Daruma est un dieu japonais qui amène le bonheur. C'est l'un des plus beaux que j'ai reçu, je suis très touché » a commenté le créateur de Gundam.

conference-tomino-2.jpg
Un autre événement particulier a marqué cette conférence pas comme les autres. Profitant de sa présence à Japan Expo, la chanteuse miwa a rejoint la scène dans le but d'interpréter le troisième et dernier générique de fin de Mobile Suit Gundam The Origin : Rise of the Red Comet, le remontage télévisé des films Mobile Suit Gundam The Origin qui était en cours de diffusion au moment de Japan Expo (et qui est disponible chez nous sur Crunchyroll). Mais dans un premier temps, pas de miwa sous les projecteurs, malgré l'appel de l'animateur. Taquin, Yoshiyuki Tomino est parti dans les coulisses la chercher, avant de déclarer la fracassante information suivante « Désolé, je ne sais pas chanter ». Deuxième tentative d'appel de miwa sur scène, et cette fois fructueuse.

« Bonjour, je m'appelle miwa » dit la jeune artiste, en français dans le texte. « Elle est nouvelle, veuillez l'excuser » a surenchérit M. Tomino qui ne rate pas une occasion d'apporter de la bonne humeur sur scène. Et justement, l'artiste n'a pu s'empêcher de placer les intervenants sur la scène, empêchant Jean-Philippe Dubrulle de poursuivre sa présentation. « Après tout, c'est vous le réalisateur » a-t-il soulevé, avant que les rires du public suive. Quelques questions à miwa ont eu lieu.

Vous interprétez le nouveau générique de fin de Gundam : The Origin. Comment en êtes-vous arrivée sur cette série Gundam ?


miwa : Je chante actuellement le générique de fin de la série, qui est écrit par M. Sugizo, membre de Luna Sea qui a aussi travaillé avec X Japan. L'idée était de créer une rotation d'artiste féminine qui chanteront pour Gundam, et j'ai l'honneur d'être la première.

Gundam The Origin est une série orientée vers le passé, où on parle des connexions d'antan de Char, Amuro et Lalah. Mais il y a davantage une orientation sur Char. Mon interprétation de la chanson se base sur ma lecture du manga, que j'ai beaucoup aimé.


Chère miwa, je crois aussi savoir que vous auriez un message de la part de M. Sugizo, pour le public français...

miwa : Effectivement, j'ai un message de M. Sugizo pour vous, et je vais vous le lire.

miwa a ainsi saisi une lettre qu'elle a lu, en japonais, au public. Son interprète l'a évidemment traduit à l'assemblée :

« Mesdames et messieurs les fans de France, j'espère que vous appréciez cette année des 40 ans de Gundam, et que vous continuerez d'aimer éternellement cette œuvre qui est un symbole de la pop-culture au Japon. Pas seulement The Origin, mais aussi toutes les séries Gundam. J'espère pouvoir vous retrouver bientôt.
From Tokyo with love, Sugizo
 »

miwa a ensuite poussé la chansonnette pour interpréter "A Red Ray", troisième générique de fin de la série animée Mobile Suit Gundam The Origin : The Rise of the Red Comet.

Passé ce joli moment de musique, Yoshiyuki Tomino a brièvement repris la parole. « C'est aux jeunes d'occuper la place désormais. Moi, le vieux, je reste sur le côté », ce à quoi miwa lui a demandé de venir la rejoindre, sur les devants de la scène. La chanteuse a alors laissé un dernier message pour son public : « Mesdames et messieurs, je suis très honorée d'avoir pu participer à cette célébration du quarantième anniversaire de Gundam, et d'avoir pu interpréter pour la toute première fois A Red Ray, chanson affiliée à Gundam The Origin. Je découvre avec joie que beaucoup de personnes à travers le monde soutiennent la saga, je vous remercie. C'est une énorme fierté pour moi d'être ainsi présente aux côtés du créateur de Gundam, M. Yoshiyuki Tomino. »

conference-tomino-3.jpg
« Le mot de la fin par qui celui tout a commencé », une bien belle manière pour l'animateur d'amener le mot de conclusion de Yoshiyuki Tomino. « Je suis venu en France et j'ai vu que nous étiez nombreux à me soutenir. Je pense que Gundam ressuscitera et continuera, et ceci sera grâce à vous. Je vous remercie énormément. »

Les applaudissements ont repris, suivi d'un ultime dernier mot du papa de Gundam : « Vous êtes venus me voir en ma qualité de créateur, mais je ne peux plus créer. C'est à la nouvelle génération, dont vous faites partie, de créer. Je vous demande de pouvoir continuer. Merci beaucoup. »

C'est sur ces dernières paroles, et sous un tonnerre d'applaudissement, que la conférence s'est conclue.




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News