Chronique Drama - L'attaque des titans Live - Film 1- Actus manga
actualité manga - news illustration

Drama Chronique Drama - L'attaque des titans Live - Film 1


Vendredi, 30 September 2016 à 13h00 - Source :Chronique Drama

Licence phare de ces dernières années, L’Attaque des Titans, best-seller de Hajime Isayama, a été adapté à toutes les sauces, allant du spin-off manga à l’adaptation live, en passant par la série animée. Découpé en deux films et une mini-série télévisée, ce projet live fut annoncé relativement tôt, en 2011 lorsque le manga n’était qu’une simple curiosité aux yeux du lectorat francophone.
Après quelques déboires, le tout sort entre août et septembre 2015 sous la direction de Shinji Higuchi, un homme qui est loin d’être un amateur puisqu’il a eu la charge de Sinking of Japan et a co-réalisé Shin Godzilla aux côtés de Hideaki Anno, une collaboration qui n’a rien d’un hasard puisque les deux hommes ont beaucoup travaillé ensemble sur des projets anime comme Gunbuster, Nadia : le secret de l’eau bleue, et bien évidemment Neon Genesis Evangelion.


Chez le spectateur, il subsiste toujours une certaine crainte quand il s’agit d’adapter un manga, d’autant plus quand celui-ci s’ancre dans un registre fantastique ou surnaturel. L’adaptation live de L’Attaque des Titans, dont le premier opus dont nous allons parler est sobrement intitulé « Shingeki no Kyojin », était donc aussi crainte qu’attendu et les premiers retours furent loin d’être positifs. Qu’en est-il donc de cette déclinaison en prises de vue réelles ?

1000 auparavant, un prédateur est apparu pour le genre humain : les titans. Ces êtres, humanoïdes et affamés, ont contraint l’Homme à se barricader derrière de gigantesques murailles afin de mener une vie sereine. Un millier d’années plus tard, trois adolescents du nom d’Eren, Armin et Mikasa rêvent de l’au-delà des murs, doutant même de l’existence des titans puisque jamais personne n’en a vu la couleur. Malheureusement, la réalité les rattrape quand un titan de taille colossale brise le mur, offrant une porte ouverte à ses congénères qui se ruent sur le bétail, provoquant une hécatombe dans la cité des humains. Rescapé de l’attaque tandis que son amie Mikasa a fini dévorée, Eren a juré d’exécuter sa vengeance…


Ce simple synopsis tend à démontrer que cette première partie de l’adaptation se montre fidèle au manga de Hajime Isayama, si on met de côté la mort de Mikasa qui remplace alors celle de la mère d’Eren au début de l’intrigue. Les différences avec l’œuvre d’origine vont au-delà de ça puisque cette monture cinéma se veut assez libre, ne retenant que quelques gros points de l’histoire de base pour prendre des directions qui lui permettent d’innover. Ainsi, le monde dépeint ne ressemble en rien à celui du manga, il s’agit plutôt d’un univers post-apocalyptique où les zombies seraient remplacés par des titans mangeurs d’hommes. Ce changement a un effet net sur la présentation de l’univers de cette adaptation live, notamment l’armée qui utilise des armes plus ou moins modernes, allant du canon aux explosifs, pour lutter contre les titans. On peut aussi évoquer la quasi-absence des différents bataillons qui sont simplement présents par les emblèmes sur les uniformes des soldats que les fans remarqueront bien rapidement.


Ce degré d’adaptation, sur le principe, laissait la porte ouverte à des changements qui auraient pu constituer un bon film qui ne se serait alors pas contenté de copier-coller l’intrigue du manga. Un univers nouveau utilisant les concepts de base… la sauce aurait pu prendre et c’est ce qu’augurent les débuts de cette première partie qui proposent une ambiance intense, presque horrifiante, en partie parce que la matérialisation des titans, reposant sur des acteurs humains déformés dont seule l’échelle sur les plans a été retravaillée, procure un rendu fidèle à la représentation de Hajime Isayama. Néanmoins, et ce défaut fera de plus en plus tache au cours du film, les effets d’hémoglobine rendent très mal du fait de l’épaisseur de la texture et des morceaux de chair, façonnés dans une CGI peu réaliste, fusent à tout va. L’alchimie prend rapidement une forme absurde qui nous ferait volontiers penser qu’on se trouve en plein milieu d’un nanar Asylum, comprenez alors que plus le carnage s’installe et plus le festin des titans troque l’allure dramatique contre une aura loufoque et finalement désopilante. Enfin, si on pouvait au départ saluer la bonne idée dans la modélisation des titans, d’autres créatures que les lecteurs du manga connaissent bien donnent un rendu carton-pâte, rendant l’ambiance absurde sur les derniers instants du film. Et dans une qualité médiocre, ni bonne, ni trop mauvaise, les déplacements tridimensionnels n’ont pas de quoi convaincre entièrement le spectateur, mais était-il possible de rendre crédible un tel dispositif sur des acteurs humains ?


Vous aurez peut-être compris l’un des problèmes majeurs de cette première partie : beaucoup de choix faits tendent à rendre absurdes les événements qui se déroulent sous nos yeux. On passera alors ce fameux soldat qui combat des titans à l’aide d’une hache, un autre n’hésitant pas à user de techniques de… catch pour mettre les mangeurs d’hommes à terre, sans oublier le magnifique plan final, d’un kitsch indétrônable, concluant sur le titre de la série montrant en surbrillance le visage d’un Eren aux yeux rouges, le tout sur des trompettes aux allures démoniaques. Difficile de connaître les intentions de l’équipe technique, mais on croirait difficilement qu’ils aient voulu rendre l’intensité qu’on pouvait retrouver dans le manga ou l’anime.

Concernant le scénario en lui-même, le rythme s’avère assez mal géré tant il jongle entre des phases soutenues en termes d’intensité et de suspense, et des temps morts qui servent à poser une ambiance dramatique qui ne réussit pas systématiquement, cherchant parfois à développer quelques personnages, mais ne s’intéressant jamais à l’univers. En moins de 1h40, le film aurait difficilement pu faire mieux du point de vue narratif, il manquerait bien trente minutes supplémentaires pour donner un rendu plus détaillé et abouti.
Gageons que le film fait preuve d’un certain respect envers le manga de Hajime Isayama puisque certaines pistes sont reprises, à commencer à propos du personnage d’Eren dans la fin de cette première partie. Finalement, un certain suspense est opéré puisque le spectateur est en droit de se demande si le concept des titans-humains sera traité de la même manière que dans le manga. En dépit de la qualité de ce premier film, il subsiste alors un semblant de curiosité à l’idée de découvrir la seconde partie de l’œuvre cinématographique. On notera aussi l’apparition de personnages inédits, peu développés cependant et apporte avant tout leur lot d’instants loufoques comme les deux cités plus haut. On pourra aussi soulever le rôle limité de Hiana dont la relation avec Eren n’aura aucune raison d’être mise à part une poussée de libido soudaine, et Shikishima qui n’est qu’un ersatz de Livai.


Nous ne reviendrons donc pas sur la réalisation, proposant aussi bien des idées intéressantes que des effets spéciaux déplorables dignes des séries Z que l’on peut retrouver en fin de soirée sur NT1. Pourtant, Shinji Higuchi est loin d’être un réalisateur raté, certains plans se révèlent bien pensés et sont dotés d’une certaine force, d’autant plus qu’on peut saluer la mise en scène qui essaie souvent de soulever l’horreur et l’intensité, autant d’effets gâchés par les techniques d’effets spéciaux.
Saluons toutefois les compositions musicales de Shirô Sagisu qui savent servir leur ambiance, proposant parfois des moments mélancoliques, d’autres plus intenses et graves. Néanmoins, ce n’est pas le reste du film qui permet au compositeur, réputé pour ses travaux sur Evangelion ou Bleach, de briller.

Alors, cette première partie de l’adaptation live de L’Attaque des Titans peine à convaincre. Certes, les dégâts ne sont pas comparables avec ceux d’un certain Dragon Ball Evolution, mais le tout suffit à nous convaincre que ce premier film a tout pour figurer dans une catégorie nanar digne de ce nom. Mais vu que le film appartient à la licence du manga de Hajime Isayama, nombre de spectateurs auront tout de même la curiosité de se pencher sur le second film, voire la mini-série qui accompagne cette adaptation.

L'avis du chroniqueur
Takato

Vendredi, 30 September 2016
7.5 20






Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

Je ne veux même pas le maté, j'ai une amie qui me commentais un peu ce qui se passait pendant qu'elle saignait des yeux, du coup je sais que cette adaptation est un fiascaux, d'où dans SNK une meuf veut se tapé Eren ? D'où Shikishima ( Levi écho + ) se tape Mikasa ? Et s'en bas les steak de ses alliés ? 
Non, rien que ça, ça me donne même pas envie, c'est juste pas possible de faire une adaptation aussi merdique !  

Miyuki34

De Miyuki34 [336], le 30 September 2016 à 20h03

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

La sélection vidéo du moment

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News