Celui qui hantait les ténèbres - Actualité manga

Celui qui hantait les ténèbres


Rated
Note de la rédaction
Note des lecteurs
18/20
Fantasme ou réalité : restez dans la lumière, car dans l’ombre se cache l’indicible.
Partager

Synopsis

Dans la ville de Providence, le jeune écrivain Robert Blake semble fasciné par une étrange église abandonnée. Alors qu’il finit par s’aventurer dans ce lieu de culte perverti, il y découvre le Necronomicon, un ouvrage maudit de magie noire, et invoque sans le vouloir des forces maléfiques qui dépassent l’entendement...
Pendant la Première Guerre mondiale, un officier évadé se retrouve perdu en pleine mer. Épuisé, il s’évanouit dans sa barque et, à son réveil, s’aperçoit qu’il s’est échoué sur une île inquiétante, recouverte à perte de vue de carcasses de bêtes marines...

Highlight of the serie:

Avec un trait sombre et réaliste, Gou Tanabe met en images les pires cauchemars imaginés par H. P. Lovecraft, le maître du fantastique et de l’horreur. Ce sont cette fois Celui qui hantait les ténèbres et Dagon qu’il fait renaître sous sa plume dans toute leur terrifiante noirceur !

Dernières news du manga


Voir les actualités du manga

Derniers commentaires

17/20

Après les avoir beaucoup attendus, nous sommes désormais habitués à voir arriver les adaptations de nouvelles de Lovecraft par Gou Tanabe (The outsider, Kasane).

Celui qui hantait les ténèbres date de 2016 et a donc été dessiné avant les mangas faisant actuellement partie de la collection « Les chefs d’œuvre de Lovecraft » excepté La couleur tombée du ciel.

Ce one-shot contient 2 histoires relativement courtes qui ont des éléments en commun sans pour autant se répéter. La rapidité de la lecture ne m'a pas posé problème. J'ai trouvé les 2 récits particulièrement intenses et prenants.

L'ouvrage s'ouvre sur une histoire faisant un peu plus de 30 pages. Adaptée de la nouvelle Dagon, elle a été écrite par Lovecraft en 1917. On y suit un marin qui se perds dans le pacifique à bords d'un simple canot. Une nuit, alors qu'il sort d'un cauchemar, son canot est échoué au milieu d'une immense étendue dégageant une odeur fétide et mue par d'étranges ondulations. Ne voyant plus aucune trace de l'océan, le marin s'aventura dans ce territoire désolé.

Le récit est glaçant du fait qu'on découvre ce lieu étrange au travers de l'errance du marin. En y faisant la rencontre d'une créature inimaginable et d'un lieu terrifiant, l'esprit de l'homme chavire. Peur de ce qui est inimaginable, de ce qu'on ne comprends pas, incompréhension de ses pairs.. La perte de la raison du personnage est d'autant plus touchante qu'elle est comprise et partagée avec le lecteur.

J'ai trouvé ce récit vraiment prenant même si sa durée ne permet pas de développer beaucoup l'histoire. En peu de pages, Gou Tanabe arrive à nous mettre dans la peau du personnage, à nous faire partager son effroi puis, la terreur qui le hante sans le lâcher.

 

L'histoire qui donne son titre au manga : Celui qui hante les ténèbres a été écrite par Lovecraft en 1935 et s’étend en 3 chapitres sur tout le reste du livre. On y découvre l'étrange histoire de Robert Blake, un artiste retrouvé mort enfermé chez lui sans que l'on comprenne la raison de son décès.

On retrouve un procédé narratif proche de l'histoire précédente. On suis un personnage seul qui découvre un lieu terrifiant où réside une forme de vie surnaturelle. La peur le poursuit jusqu'à troubler sa raison.

Ce récit, plus long, permet de travailler plus finement l’atmosphère fantastique, la rencontre avec le surnaturelle et ses conséquences. Si l'on peut tisser des liens entres les 2 histoires, Celui qui hante les ténèbres peut être lu comme un approfondissement et un développement de Dagon. Plus longue, plus récente et placée en 2ième dans le recueil, cette histoire est vraiment passionnante et instaure une ambiance des plus réussie.

On sait dès le dépars que la curiosité de Robert Blake le mènera à sa perte. Pourtant, l'auteur arrive à rendre le personnage attachant malgré un développement plutôt fin (comme souvent dans les adaptations de Gou Tanabe mais ça viens peut être des écrits de Lovecraft je ne sais pas).

La curiosité face à un lieu étrange, sa visite interdite, la découverte de l'histoire du lieu et de ce qui y vit.. tout cela est très bien raconté et amène le lecteur a être curieux aux côté de Robert Blake. On se met à sa place, dans un premier temps fasciné comme lui, puis intrigué, apeuré et enfin terrifié par ce qui vit dans les ténèbres. Le dernier chapitre, raconté comme si on lisait le journal de Blake propose une lente et fascinante montée en puissance de la terreur face à l'invisible.

 

Les 2 histoires jouent sur l'imagination du personnage principal. Où est la vérité ? Les monstres viennent d'autres mondes ou est-ce qu'ils sortent de l'imagination des personnages ? Si certaines illustrations font perdre l'aspect mystérieux qui demande au lecteur d'imaginer l'inimaginable, Gou Tanabe arrive à rendre presque réel l'irréel sortant de l'imaginaire de Lovecraft. On perds un peu du pouvoir de l'imagination qui est plus présent à la lecture des romans pour découvrir la vision de Gou Tanabe qui est des plus fascinante. (Je repense à la courte mais intense vision de l'autre monde dans la seconde histoire, glaçant et ).
Afin de mieux coller au regard du personnage principal, les 2 récits adoptent une narration à la première personne. On découvre l'histoire par leur regard et ce procédé est aussi simple qu'efficace.

Les créatures et phénomènes fantastiques sont présentes dans les pages pourtant, les histoires sont racontées de manière à nous faire douter et penser que tout sors peut être de l'esprit troublé du personnage. Cela accentue l'impression d'étrangeté des récits. D'où sortent ces créatures terrifiantes? D'un ailleurs ou de l'esprit des hommes?

Lovecraft joue habilement avec les peurs humaines. L'inconnu, ce qui viens d'ailleurs, ce qui est inexplicable, les abîmes, l'obscurité.. On retrouve ces peurs millénaires au centre des 2 récits.

 

Le dessin de Gou Tanabe fait des merveilles. Il est particulièrement habile pour mettre en place une ambiance effrayante et mystérieuse. Les décors sont sublimes, la narration est très fluide et certaines pages offrent une vision qui marque même une fois le livre refermé.

On peut cependant retrouver la difficulté habituelle de l'auteur pour rendre ses personnages expressifs et vivant au niveau du visage. Je trouve cet aspect cependant moins marqué que dans certaines de ses œuvres. En revanche, j'ai trouvé certaines pages peu lisible mais heureusement elles sont peu nombreuses.

La faible durée des récits demande au lecteur de se plonger immédiatement dans l'histoire. La puissance graphique aide mais le manga se savourant surtout pour son ambiance, il serait dommage de ne pas profiter pleinement de la lecture. Peut être moins fascinant que les adaptations des récits plus longs de Lovecraft, Celui qui hantait les ténèbres n'en est pas moins une lecture particulièrement intense.

 

J'ai vraiment apprécié ce recueil et plus particulièrement l'histoire éponyme. On est glacé par l'horreur indicible des histoires tout en étant fasciné par la beauté irrésistible qui se dégage des pages. J'aime décidément beaucoup ces adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe.

 

nolhane

De nolhane [4359], le 10 April 2021 à 15h48

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

15/20

Toujours aussi captivant mais pas les meilleurs histoires des diffèrents receuil adapté en manga jusqu'à aujourd'hui.

 

 

TheSpy22

De TheSpy22 [996], le 04 April 2021 à 21h22

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

17/20

Lentement mais surement Gou Tanabe et son éditeur français Ki_oon avancent dans l’exploitation exhaustive de l’œuvre du génie Howard Philip Lovecraft avec ce cinquième volume (les Montagnes hallucinées ayant été publiées en deux volumes). Pour le plus bref des albums de cette collection on plonge au cœur de ce qui fait les écrits fantastiques de Lovecraft: la folie qui s’installe progressivement dans un esprit à l’origine sain. Contrairement aux précédentes adaptations, d’une part l’artiste est quasiment l’unique protagoniste de l’histoire (comme sur le court Dagon) et d’autre part il ne s’agit pas d’un profile type de cartésianisme utilisé dans le schéma classique du fantastique pour illustrer la confrontation entre le rationalisme et l’aberration des manifestations des Anciens.

Si les adaptations littéraires ont le vent en poupe depuis plusieurs années, je suis généralement assez réservé sur la qualité des versions BD, souvent du fait de matériaux originaux pas toujours folichons (je pense à certains Conan ou aux Vernon Sullivan). Si Lovecraft est publié dans Weird Tales, la puissance imaginaire de ses écrits en fait l’icône indépassable des auteurs fantastiques jusqu’à aujourd’hui et la mise en image de ces schémas très codifiés par le mangaka reste un plaisir sans faille ni redondance.

Bien plus simple et synthétique que les autres volumes de Ki_oon, Celui qui hantait les ténèbres reprend presque les trois unités du théâtre avec juste ce qu’il faut de ruptures dans le découpage pour créer un malaise quand à la temporalité/réalité de ce à quoi nous assistons. Dans toute la collection Gou Tanabe rompt avec l’esprit du fantastique voulant que l’horreur reste tapie dans l’obscurité. Ici comme avant surgit soudain une forme indéfinissable dans les textures sombre de son dessin. On ne sait pas si elle est une imagination de l’esprit enfiévré de l’artiste soumis à l’influence néfaste du Nécronomicon ou si la scène a bien existé. De fait, beaucoup plus narré, ce volume s’installe dans l’esprit littéraire de Lovecraft avec grande fidélité et l’on peut dire que si l’on n’atteint pas les folies architecturales des Montagnes ou de L’Abime des temps, la densité de l’histoire en fait sans doute l’album le plus facile d’accès et le moins exigeant pour entrer dans cette collection.

A la fois moins ambitieuse mais abordant le cœur du mythe Cthulien, Celui qui hantait les ténèbres propose une magnifique introduction à Lovecraft, courte, facile de lecture et terriblement prenante. Et comme chaque fois l’on a envie juste derrière d’aller piocher à la bibliothèque l’intégrale des écrits du maître de Providence…

Lire la critique complète sur le blog:

https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/03/27/celui-qui-hantait-les-tenebres/

etagereimaginaire

De etagereimaginaire [19], le 03 April 2021 à 20h16

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?


Voir tous les commentaires

Volumes of the serie

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News