Bungô Stray Dogs Vol.12 - Actualité manga

Bungô Stray Dogs Vol.12

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 10 September 2019

Suivant les plans de son maître, l'un des hommes de main de Dostoïevski est parvenu à infliger à Fukuzawa et à Môri son terrible virus du "cannibalisme", et le temps est désormais compté: pour que les deux hommes soient sauvés, leurs sbires n'ont qu'une poignée d'heure pour agir, l'idéal étant de parvenir à retrouver l'ennemi qui a injecté le virus, afin de le tuer avant que "cannibalisme" ne soit propagé dans le corps de leurs hôtes. Mais est-ce seulement possible ?

Après un 11e opus qui prenait plutôt bien le temps de poser de nouvelles bases, ce tome 12 de Bungô Stray Dogs enclenche bel et bien les choses sérieuses, comme prévu. Et même si le nouvel ennemi, Dostoïevski, est concrètement quasiment absent du volume, les plans de cet adversaire de l'ombre sont bien rodés, tant et si bien que nos héros risquent de rencontrer de très sérieuses difficultés pour sauver Fukuzawa et Môri... si sérieuses que Ranpo lui-même semble à cours de solution !

En effet, plusieurs pistes se dessinent ici pour essayer d'empêcher le pire et de sauver non seulement les patrons des deux principales forces de Yokohama, mais aussi la ville elle-même. L'idéal serait de retrouver et tuer le porteur du virus. Kunikida pourrait essayer de demander de l'aide à son ami Katei. Ou, mieux encore, une alliance entre l'Agence des détectives armés et la Mafia portuaire pourrait peut-être naître pour abattre leur ennemi commun. Mais à chaque fois, les choses ne vont pas forcément se dérouler comme prévu, et ainsi Kafka Asagiri parvient à être assez efficace dans son scénario en entretenant comme il se doit un parfum d'impossible dans la quête de nos héros.

La tension globale y gagne alors pas mal, d'autant plus que le rythme reste très soutenu, que quelques coups durs (notamment pour Kunikida) sont présents en témoignant du côté dramatique de l'affaire, et que l'action reste présente au travers de différents petits combats qui, en plus de parfois replacer des personnages face à leur passé (on passe notamment à Kyôka, qui va devoir montrer qu'elle a changé face à Akutagawa), sont l'occasion d'offrir un petit peu plus de présence à différents visages n'ayant pas toujours l'occasion d'être bien mis en avant, comme Kôyô, Kajii, Kirako,Tanizaki, ou tout simplement Fukuzawa et Môri eux-mêmes, dont le passé commun se dévoile brièvement.

Sous le trait toujours aussi léché de Harukawa 35, la nouvelle partie de Bungô Stray Dogs continue donc, peu à peu, de gagner en intensité, grâce au compte à rebours, à une galerie de personnages assez bien exploitée, et à pas mal de rebondissements dont le tout dernier relance de plus belle l'intrigue, avec l'entrée en scène d'un nouveau personnage-clé !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News