Une rétrospective autour de Taiyô Matsumoto au prochain Festival de la Bande-Dessinée d'Angoulême- Actus manga
actualité manga - news illustration

Evènemen Une rétrospective autour de Taiyô Matsumoto au prochain Festival de la Bande-Dessinée d'Angoulême


Vendredi, 31 August 2018 à 15h00 - Source :Festival de la Bande-Dessinée d'Angoulême

Taiyô Matsumoto est un auteur particulier apprécié en France et au style atypique. En janvier 2019, les visiteurs du Festival de la Bande-Dessinée d'Angoulême pourront apprécier le style de l'auteur à travers une rétrospective.

Cette rétrospective, intitulée Dessine-moi un enfant reviendra sur l'ensemble de la carrière de l'auteur, soit à peu près 200 œuvres exposées.

La prochaine édition du festival se tiendra du 24 au 27 janvier, au centre ville d'Angoulême.

taiyou-matsumoto-retrospective.jpg
En France, de nombreuses oeuvres de Taiyô Matsumoto ont été publiées : Amer Beton, Ping Pong, Zero, Sunny ou encore Les Chats du Louvre. En septembre, vous pourrez découvrir Le rêve de mon père aux éditions Kana.

Présentation de l'exposition :

Dans le monde du manga, le style de Matsumoto est unique et immédiatement reconnaissable. L’essence fragile et pourtant nerveuse de ses courbes, la vitalité frénétique et l’immobilisme magique de ses pages se renouvellent à chacune de ses œuvres, même si le trait change beaucoup d’une série à l’autre. Les influences de cet auteur né en 1967 sont nombreuses, et toutes se fondent avec cohérence : l’esthétique du défunt Métal Hurlant avec les déformations optiques de la photographie ; la création vestimentaire avec le design publicitaire ; la typographie avec la calligraphie traditionnelle ; et bien évidemment les codes du manga avec ceux de la franco-belge, dont Matsumoto dit qu’elle a « révolutionné sa conception du medium » lorsqu'il la découverte il y a trente ans, lors d'un premier voyage en Europe pour suivre le Paris Dakar. Porté autant par le lyrisme de la peinture symboliste ou surréaliste que par la violence urbaine la plus crue, Taiyou Matsumoto utilise le manga comme un formidable laboratoire, où il met à l’essai ses envies de dessin.

Ce qui étonne, le long de cette carrière au dessin en perpétuel mouvement, c'est la constance, l'omniprésence même, d'un motif autour de laquelle tourne l'écriture, de manière obsessionnelle : le monde de l’enfance bafouée. D'Amer Béton (Delcourt) à Sunny (Kana), ce sont toujours des enfants abandonnés, livrés à eux mêmes, qui sont les héros de ces aventures tantôt réaliste,tantôt fantasmagoriques, mais toujours ourlées d’une violence sourde. Dans Sunny, son avant-dernière oeuvre, il confessait l'origine de cette obsession dans un récit semi-autobiographique et doux-amer qui revenait sur sa jeunesse dans un orphelinat. Ce qui explique, évidemment, pourquoi le monde chez Taiyou Matsumoto se livre toujours comme un environnement où seules l’innocence et cette amitié fusionnelle inhérente à l'enfance permettent de négocier avec l'absurdité et l'individualisme de la société des adultes.





Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

Fan absolu de Matsumoto j'aimerai tellement pouvoir aller à Angoulême cet année! 

nolhane

De nolhane [3987], le 31 August 2018 à 19h16

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

La sélection vidéo du moment

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News