Rencontre avec Tony Valente, auteur de Radiant- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Rencontre avec Tony Valente, auteur de Radiant


Dimanche, 15 Febuary 2015 à 19h00

Durant nos nombreuses interviews à Japan Expo, nous avons pu rencontrer le très sympathique Tony Valente, auteur du manga Radiant chez Ankama. Alors que le manga à la française était très critiqué il y a quelques années, nous voyons bien que celui-ci a le vent en poupe ces derniers temps, et c'est tant mieux !

RADIANT 1 et 2  


Bonjour Tony. Dans le rabat de couverture du tome 1, tu dis avoir toujours voulu faire du manga; cependant tu as déjà fait plusieurs titres auparavant sous le format franco-belge. Peux-tu nous expliquer ton parcours ?
Tony Valente : J'ai toujours voulu raconter des histoires en dessinant mais ça a pris des formes différentes. Quand j'étais petit je voulais faire du dessin animé mais le manga était vraiment un de mes premiers amours. J'ai commencé par le franco-belge par logique car nous sommes en France, de plus j'avais déjà dessiné quelques planches comme ça.  Mais en plus à cette époque j'étais beaucoup influencé par les productions Dreamworks et Disney en animation, c'était plus naturel pour moi de me tourner vers ça. Il y avait aussi Lanfeust de Troy, une BD française que j'adore tout comme le genre fantasy. Au fur et à mesure de mes travaux je me suis rendu compte que le type d'histoire que j'aimais inventer s'adaptait plus au format manga grâce à un plus grand nombre de pages, le tout en noir et blanc. Là je peux envoyer et raconter tout ce qui me passe par la tête !



Selon toi, quelles possibilités t'offre le manga par rapport au franco-belge ? Qu'est-ce qui a changé dans ta façon de travailler ?
Notamment le volume : la place qu'on a dans un manga permet clairement d'étirer le temps et d'en avoir une gestion différente. Par exemple grâce à ce nombre de pages dont on a droit, on peut être beaucoup plus près des personnages, on peut faire une pleine page sur un portrait, chose qui est très dur à faire dans une BD de 46 pages. Là je peux me le permettre et du coup rentrer de plein pied plus facilement dans la psychologie du personnage et ainsi mieux développer son histoire. Mais après j'adore d'autres bandes dessinées que je ne verrai pas du tout en manga par exemple. J'avais fait un essai BD avec Hana Attori qui était dans un esprit très manga où je voulais faire un genre de shonen mais au format BD et ça ne marchait pas, j'étais très frustré par la place que j'avais donc clairement c'est cette frustration qui m'a poussé à vite me tourner vers le manga pour pouvoir développer toutes mes idées dans mes histoires.



Comment est née l'idée de ta série Radiant ?
Pendant que je faisais Hana Attori en intrigue secondaire j'avais développé une histoire qui parlait de ninjas qui se cachaient dans les montagnes. Ils étaient comme des parias, des anciens esclaves ou bien même des rejetés et au final le thème de cette histoire secondaire m'intéressait beaucoup, ça a vite commencé à prendre le pas sur le reste dans ma tête en tout cas. Je pense qu'à ce moment là j'ai tenu mon envie de raconter ce genre d'histoire qui m'a amené à Radiant, mais l'univers en tant que tel est venu avec tout ce que j'aime, à savoir les jeux vidéos, les romans fantasy, les contes aussi. Je retrouve des influences que j'avais depuis longtemps comme aussi l'univers de Dragon Quest, tout ça revient et en fait un univers fantaisiste que j'ai fait dans Radiant.

Es-tu plutôt du genre à avoir pensé toute ta série avant de l'avoir commencé ou bien tes idées viennent au fil des chapitres ?
Un peu des deux en fait. Avant d'attaquer le début je voulais avoir la fin parce que le scénario que je déroulais était assez précis dans ma tête. Par contre au milieu je me laisse la liberté de broder, si jamais vient une nouvelle idée que j'ai très envie de raconter je me permets de le faire, même histoire pour un personnage non prévu à la base...

Tu mêles de multiples genres dans Radiant, que ce soit la baston, les gags ou même les séquences émotions. Comment arrives-tu à te renouveler tout en faisant progresser ton récit ?
J'ai l'impression que toutes les facettes que j'aborde dans Radiant sont ce qu'on a déjà dans les autres shonen en fait. Par exemple je viens de lire le dernier tome sorti de Blue Exorcist et je me rends compte que c'est ce qui se rapproche le plus du genre d'histoire que j'aime faire : autant dedans il y a une romance  qui amène un aspect humain, alors que de temps en temps il y a de la baston où le héros apprend à maîtriser des pouvoirs. Là pour moi on rentre dans le shonen pur et dur avec la quête initiatique d'un héros qui se confronte à d'autres personnes, à des paliers et c'est ça que j'aime raconter. Concernant l'humour, depuis Dr Slump et Dragon Ball tout le monde s'y met dès qu'on a envie, ça fait plaisir, personnellement j'aime bien enrober mon histoire d'une bonne couche de conneries ! (rires) Je me dis qu'il faut qu'il y ait un "truc" qui me donner envie de raconter, et l'humour justement me donne cette envie là. Ca me fait plaisir de le raconter comme ça et de le recevoir comme ça quand je regarde tout autre divertissement. J'aime les histoires sérieuses par ailleurs mais quand je vois un récit bien fait où il y a de l'humour et de l'action qui vont amener et servir le propos, ça me touche encore plus. C'est ce que j'essaye de faire, je me doute que des fois je dois rater le coup mais bon. (rires)

 


Dans un univers fantastique de sorcellerie, le thème majeur de Radiant reste l'exclusion, le rejet d'autrui. Est ce que tu as un message à faire passer à travers ceci, ou est-ce plutôt un défi pour toi d'employer un sujet difficile ?
Ce n'est pas venu d'un défi parce que ça ne tiendrait pas assez pour réussir à le raconter. Par contre je pense que Radiant parle surtout des sujets qui me touchent, qui me pèsent des fois et qui m'ont peut être amené à vouloir raconter des histoires. J'ai l'impression de tenir un peu le sujet qui me taraude depuis très longtemps, l'exclusion, le rapport à la différence, des choses auxquelles on peut être plus ou moins tous confronté une fois dans la vie à un moment donné. Pour raconter Radiant je fais appel à plein de souvenirs et d'expériences passés, notamment ce qu'il se passe dans le tome 2 fait écho a des moments de mon enfance. Ce ne sont pas des souvenirs que j'ai transposé tels quels, je ne maniais pas le fantasia et ne lançais pas de boules de feu mais ça découle vraiment d'un épisode particulier de ma vie, de choses qui se sont passées au contact d'amis qui étaient parfois victimes de cette exclusion par rapport à d'autres, le tout transposé dans un univers qui est une pseudo France avec des problèmes politiques actuels. J'ai repris dans ce tome par exemple des discours de politiciens actuels qui sont dit à la TV tels quels et qui passent pour des dires hyper racistes dans Radiant. Hors contexte ça parait donc très raciste et ça l'est, c'est pour ça que je l'ai mis, ça me choque que ça passe inaperçu dans le débats politiques actuels. Je suis pour la liberté  d'expression, je suis pour que les racistes puissent le dire à la TV et qu'on sache que ces gens ont des idées parfois vraiment néfastes, je veux qu'on comprenne  que je n'ai pas envie de les écouter et que je peux les mettre de coté volontairement. Justement le premier ministre actuel m'a inspiré pour le personnage de Konrad, de sa bouche sort quatre phrases qu'a réellement énoncé le politicien et je n'ai pas voulu les transformer.

Comment crées-tu les personnages de Radiant ainsi que les lieux ?
Ca vient de tout et n'importe quoi. Concernant la ville de Rumble Town j'avais fait un dessin quand je développais tout l'univers de Radiant. Au tout début quand j'ai signé le contrat j'ai fait une petite bibliographie qui servirait à tout le monde chez Ankama afin de s'approprier un peu le projet, et j'avais dessiné un décor qui venait de mon expérience de jeu, lorsque je jouais au premier volet de Professeur Layton. J'adore l'univers de ce jeu, en y jouant j'ai eu l'idée d'un dessin et c'est le tout premier de Rumble Town qu'on voit dans le tome 2. J'ai complètement réinventé la ville bien sûr mais c'était ma vision de l'univers de Professeur Layton à la sauce Radiant, je trouvais ça rigolo donc je pense que je puise mes idées un peu partout. J'adore les châteaux aussi alors j'en mets partout et j'essaye de les customiser à la Radiant pour qu'ils soient vite identifiables; suivant les autres lieux ça vient comme ça, j'y mets tous les trucs qui m'intéressent. J'espère avoir créer l'univers le plus vaste possible à Radiant pour me permettre de mettre dedans tout ce qui me passe par la tête. Pour les personnages ça vient parfois d'un dessin, Dragonaut par exemple est apparu pour la première fois tout simplement à la première page où on le voit arriver dans le manga, je ne l'avais pas vraiment recherché avant. Mais au final ce dessin m'a plu et je me suis rendu compte qu'il avait plutôt la côte auprès des lecteurs, ce qu'il avait l'air de vouloir raconter je l'ai fait par la suite et finalement c'est presque lui-même qui m'a inspiré notamment sur son histoire et son implication dans l'univers. Pour Seth c'est d'abord né des cornes qu'il a sur la tête, je me suis demandé pourquoi il les a et les cache, ça a donné du corps à l'univers que j'ai cherché à le travailler. Et de fil en aiguille je suis parti sur ce thème de l'exclusion et de la chasse aux sorcières car ça correspondait à l'idée que j'avais de Radiant.



De quelle manière organises-tu ton travail, sachant que tu bosses aussi sur la BD nommée SPEED Angels ?
Ca fait très longtemps que je n'ai pas repris les crayons pour SPEED Angels et j'en suis tellement désolé (rires). Il faut que je fasse le troisième tome qui sera le dernier de la série mais je travaille exclusivement sur Radiant depuis que j'ai commencé la série. Je travaille par chapitre : d'abord je l'écris puis je le dessine et enfin je passe à l'encrage, c'est comme ça que j'étale mon boulot.

SPEED ANGELS

Tu as eu le feu vert pour faire une série en trois volumes ou plus. A ce jour, peux-tu nous dire si on peut en espérer plus de trois ?
Et bien oui, j'ai l'honneur de vous dire que j'en ferai plus de trois et j'en suis le premier ravi !

Qu'est ce qui t'inspire le plus pour la création de Radiant ? J'ai cru entendre que tu étais un fan de One Piece mais aussi de Kaamelott !
Déjà Yusuke Murata mon dessinateur préféré (Eyeshield 21) ! Mais je crois que tu viens de citer les principales influences, avec Dragon Ball aussi. Pour revenir à une question précédente, c'est parfois en fonction de mes divertissements du moment que je puise mon inspiration bien que ce soit malgré moi pour le coup, et même si je garde mes influences constantes sur les séries que tu as cité avant. Kaamelott trône assez haut dans le podium pour son humour constant et de temps en temps quand j'ai un truc que je vais trouver bon dans un épisode, ça va me donner des idées pour un dialogue ou une scène par exemple, ça va donner de la consistance à ce que je fais déjà.



Global manga, franga, manfra... Où te places-tu dans tous ces noms et quel est ton avis sur tout ceci ? Nous avions interviewé Reno Lemaire (auteur de Dreamland) l'an dernier qui nous disait justement qu'il y a quelques années tout le monde crachait sur le manga à la française, alors que maintenant tous les éditeurs cherchent à avoir leur auteur français, qu'en penses-tu ?
Disons qu'il a bien résumé (rires) ! Il en faisait, il en a fait, il a eu le courage de se lancer parmi les premiers avec Jenny et Moonkey et maintenant tous les éditeurs se mettent à ça. Nous les auteurs sommes très contents car grâce au boulot que Reno a fait et notamment à sa communauté, ils ont montré que ça pouvait exister, durer et que le public était réceptif; il a contribué à ce que la mentalité du public vis-à-vis du manga français change donc c'est vraiment positif. En tout cas pour les éditeurs il a donné à voir une série qui pouvait marcher en étant du manga et en faisant seulement deux tomes par an, ce qui est beaucoup, alors que de nombreux éditeurs ont pour discours "non ça ne marchera pas sauf si tu en sors quatre chaque année". Le pire c'est que même au Japon c'est rare, je pense notamment à Full Metal Alchemist et pourtant on sait tous le succès que ça a fait. Merci Reno en tout cas !

Dreamland    Pink Diary    DYS

Quels conseils donnerais-tu à un jeune auteur pour débuter sa série ? Y'a-t-il des éléments spécifiques qui pour toi font que le public pourrait s'intéresser à son oeuvre ?
Honnêtement je pense être carrément mauvais pour donner le moindre conseil concernant ce qu'il faut faire pour intéresser le public ! C'est vrai, moi-même quand j'ai commencé Radiant j'étais persuadé d'aller tout droit vers un échec, et au final ce n'est pas le cas (rires). C'est comme Final Fantasy, le studio à l'origine de la série l'a fait en pensant que ça allait être son dernier jeu et au final c'est le carton complet et la saga est toujours d'actualité. En faisant Radiant je suis parti dans l'idée de faire tout ce que j'avais envie de faire, de la forme que je souhaitais en tant que lecteur, et au final c'est ce qui marche le mieux de tous les travaux que j'ai pu faire. Je pense qu'avant de vouloir cibler un public ou s'adresser à des gens en particulier, il faut se faire plaisir pour le lecteur qu'on est, mais pas pour le dessinateur car c'est un piège de se regarder dessiner. Ce qui m'intéresse le plus c'est de savoir raconter une histoire comme j'aimerai la lire ou bien faire rire comme lorsque je me marre devant Kaamelott par exemple. J'essaye de faire des rapports, il faut que les personnages paraissent vivants et un des "trucs" c'est de les faire dialoguer entre eux mais pas comme s'ils se racontaient des infos. Je ne veux pas avoir cette sensation d'un personnage qui trouve un indice et de l'autre qui lui répond simplement ce qu'on va en faire de coup, etc... : ça, c'est lourd. Par contre si le personnage arrive en lui présentant un indice et l'autre l'envoie paitre car il est en train de se brosser les dents, là on est dans l'élan (rires)! Ce que je veux dire par là c'est que je cherche constamment à rajouter ce petit truc qui rend le récit vivant car ça me parle et j'imagine en le faisant qu'il en est de même pour le lecteur. Si je devais donc donner un conseil : faites quelque chose qui vous parle, qui vous intéresse, qui vous donne envie de raconter et qui vous tienne sur la table à dessin toute la journée. Si on se contente de rester sur une petite idée pendant plusieurs années on a vite fait de s'ennuyer, ce qui n'est donc justement pas mon cas pour Radiant.

A ce jour as-tu d'autres projets  de séries ? Après le franco-belge et le manga, aimerais-tu t'essayer à un autre genre ?
Honnêtement je ne pense pas faire autre chose que du shonen en manga car c'est vraiment ce qui me touche le plus. J'aime aussi le seinen certes mais je pense que je serai mauvais là dedans. Je ne sais pas si le seinen rigolo existe mais en tout cas l'humour m'est très cher, je ne pourrai pas faire quelque de chose de sérieux, du moins pas pour le moment. Je pense que j'aimerai refaire de la BD un jour mais ça serait très différent de Hana Attori qui lui était un faux manga en BD. Si j'en faisais une ça serait pour profiter de ce format et du fait que ce soit en couleur afin de faire quelque chose de spécifique, mais pour le moment je n'ai pas d'idées ni spécialement envie de le faire. Je me sens tellement bien à faire du manga donc non, je n'ai donc pas de projets particuliers pour l'instant. Par contre j'adorerai faire un livre pour enfants, ça n'a rien à voir avec du manga mais un livre plein d'illustrations c'est quelque chose que je me suis toujours dit qu'il faudrait que je fasse un jour...un jour (rires).

Quel est ton point de vue sur les shonens actuels ?
Il y en a des fantastiques ! J'ai l'impression qu'ils arrivent à se renouveler en fait, quand on y pense on raconte les mêmes idées depuis l'Antiquité : un héros, il se conforte à des problèmes, il fait face à ses démons intérieurs, il essaye d'avancer et puis il trouve un remède pour sauver le monde ou pas. En réalité toutes les histoires sont comme ça, le héros peut être un gars amoureux d'une fille mais qui n'arrive pas à l'avoir et au final il va faire en sorte de l'intéresser, jusqu'à ce qu'il se rende compte que sa meilleure amie est mieux, etc... Toutes les histoires sont sur ses bases là et j'ai l'impression qu'elles sont encore plus abusées dans les shonen purs. Par exemple Bakuman c'est un shonen fantastique, ça reprend les codes du genre et pourtant personne ne se bat mais au final c'est pareil : les héros n'ont rien de spécifique, ils se donnent juste à fond pour avancer dans leur objectif d'être mangaka et c'est une manière originale de raconter un shonen classique. La dernière série en date à m'avoir particulièrement marqué est l'Attaque des Titans qui est plus du "shonen up" vu que c'est assez gore, c'est fou ça m'a retourné l'esprit et pour le coup ça renouvelle le genre. Même si niveau graphismes je trouve ça laid, c'est tellement en raccord avec ce qui est raconté que je pense que c'est grâce à ça que la série fait autant de succès, et à mon avis nous n'avons pas fini d'en entendre parler. Personne ne l'attendait et d'un coup ça a carrément surpassé One Piece en vente nouveautés ce que personne n'imaginait. Nous ne sommes donc pas à l'abri que l'an prochain un nouveau titre débarque avec un concept qu'on n'imagine absolument pas encore mais qui va nous passionner longtemps. Le shonen au fond c'est un héros qui fait une quête, tout simplement, le Seigneur des Anneaux pourrait être un shonen dans ce cas là. Il y a quelques temps j'ai lu Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, durant ma lecture je me disais que pour moi c'était clairement une histoire digne d'un shonen en fait, chaque chapitre se terminait avec un suspens de fou, quand un personnage arrive pour la première fois c'est terriblement charismatique ! Ca m'a même fait penser à Naruto sur quelques aspects pour dire... D'Artagnan n'aime pas le regard qu'on lui porte et il dégaine son épée dès qu'on le regarde de travers ! Pour moi l'essence du shonen c'est ça et on peut retrouver cela même dans la littérature classique.



La question fan-service : si tu avais une infection, laquelle serait-elle ?
Je pense que j'aurai la possibilité de dire tout et son contraire en même temps, par exemple dire que j'adore quelque chose et le déteste en même temps tout en y croyant ! Ou bien avoir une mémoire à court terme et ne pas faire les choses jusqu'au bout, genre en plein milieu de l'interview je m'en vais sans savoir vraiment pourquoi. Ou des dents à la place des sourcils. Je crois que j'ai un peu l'esprit tordu...

En tout cas, on voit que les idées ne te manquent pas ! Merci beaucoup de nous avoir accordé cette interview, bonne continuation pour ton travail !
C'est moi qui te remercie, et je promets de me donner à fond pour mes lecteurs que je ne remercierai jamais assez !


Remerciements à Tony Valente et à Ankama.
  




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

Pourquoi tu ne continue pas Hana Attori 

Manu Loyd

De Manu Loyd, le 20 December 2015 à 01h55

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Interessant à lire, merci beaucoup pour cette interview

Dim12

De Dim12 [4802], le 16 Febuary 2015 à 12h51

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Merci pour cette interview. J'adore radiant et j'avais paur que ca se finisse au tome 3, maintenant je sais que non :) Mais au dela de ca interview très interessante !!

eques

De eques [326], le 15 Febuary 2015 à 20h17

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

La sélection vidéo du moment

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News