Sukedachi 09 - Actualité manga

Sukedachi 09

Critique de la série manga

Publiée le Lundi, 26 June 2017

Seishi Kishimoto (le jumeau de Masashi Kishimoto, auteur de Naruto...ça c'est fait, on ne reviendra plus dessus), nous revient avec un nouveau titre, Sukedaichi 09, déjà son quatrième en France.
Après le très sympathique Satan 666, le très discutable Blazer Drive et le très dispensable Crimson Wolf, cette fois l'auteur s'oriente vers un titre plus mature, s'apparentant à un seinen, une fois n'est pas coutume, un titre ne dépassant pas les cinq tomes...il s'agit donc d'une nouvelle série courte… Est-ce un nouveau constat d'échec pour celui qui court après le même succès que son frère (on avait dit qu'on en reparlerait plus) ?



Le fait est que sa série la plus longue fut la première, son coup d'essai, qui était pour le moment aussi son meilleur essai...pour le moment...car Sukedachi 09 possède de très nombreuses qualités et va s'avérer un titre vraiment prenant et bien construit, le titre de la maturité pour son auteur!
Dans un futur plus ou moins proche, alors que le taux de natalité du Japon diminue grandement, le taux de criminalité augmente proportionnellement...Et alors que la peine de mort ne suffit plus à endiguer les crimes les plus atroces, le gouvernement fait voter une nouvelle loi autorisant les familles des victimes à se venger des criminels en leur faisant subir exactement ce qu'ils ont fait endurer à leurs victimes.
Une section spéciale de la police est alors créée, les Sukedachi, dont la mission est de tuer les criminels en reproduisant leurs crimes.



Yuji Yamagishi est l'un d'entre eux, âgé de seulement 24 ans, il possède toutes les compétences pour endosser ce rôle difficile : il a été victime d'un crime atroce lui ayant laissé des séquelles, lui permettant d'avoir à la fois une haine profonde envers les coupables et une réelle empathie envers les familles de victimes.
On va donc suivre son quotidien, cachant sa profession à ses proches, pour les protéger, mais aussi pour se protéger lui-même, cette loi ne faisant pas l’unanimité auprès de la population…
Nous ferons la connaissance des autres membres du groupe, nous découvrirons les opposants à cette loi ainsi que leurs manigances et bien d'autres surprises nous attendent, nombreux étant les personnages cachant de lourds secrets!
Nous voilà donc avec un sacré changement de décor pour Seishi Kishimoto qui sort du cadre shonen qu'il affectionnait jusque là (avec plus ou moins de réussite) pour tenter l'expérience seinen, et force est de constater qu’ il s'en sort vraiment bien.
On ressent malgré tout quelques relents de shonen, notamment au niveau de l'équipe des Sukedachis, neuf au total (d'où le titre), chacun possédant une apparence bien reconnaissable, avec un nombre défini de membres...
C'est donc une première pour l'auteur, mais c'en est d'autant plus intrigant de le suivre dans cette expérience nouvelle pour lui.



Le thème lui-même se veut dur, la mort et la vengeance sont au centre du récit, la violence et la souffrance y sont omniprésentes...rien de bien joyeux en apparence.
Pour l'occasion l'auteur est parti puiser dans le passé du Japon : durant l'ère Meiji existait une loi de « réparation », permettant aux familles de faire appel à des guerriers pour réclamer vengeance...l'exemple parfait de l'application de la loi du talion…
Derrière cette justice violente se cachent de véritables questions que l'auteur ne manque pas de soulever durant l'ensemble de sa série ! Bien souvent il prendra position de façon assez naïve, mais il faut lui reconnaître la prise de risque de s'attaquer à un sujet aussi délicat que la peine de mort, sujet qui fait débat dans le monde entier.
A plusieurs reprises, lorsque la sentence est appliquée, on éprouve un sentiment purement régressif, à la fois jouissif et culpabilisant, où la conscience des familles des victimes est tiraillée entre le désir de vengeance primaire et l'horreur du meurtre et de la violence qui l'accompagne…, ils sont à la limite de la folie...c'est clairement dérangeant.



On ressent donc une certaine maturité dans le titre, le lecteur, qu'il le souhaite ou non, est obligé de se poser des questions quant à la légitimité de la chose, il est forcé de prendre parti, de se positionner...
Et c'est un coup de maître de l'auteur qui malheureusement n'ira pas au bout de la chose en traitant le sujet de façon maladroite. Le fait de présenter des opposants à cette loi impose un certain clivage qui se voulait intéressant, mais plus on va avancer dans le titre et plus ces opposants seront présentés comme les criminels, imposant une vision manichéenne de la chose, supprimant ainsi, et malheureusement, toute ambiguïté.
Alors que aurions pu avoir là un véritable titre d'anticipation, l'auteur a du mal a abandonner son coté shonen et à se laisser aller, il ne pousse pas assez loin les cas de conscience, notamment à cause de cette fichue manie d'identifier clairement les coupables...
Ensuite nous avons nombre de personnages intéressants, tous traînant un lourd passé et les blessures allant avec, ils sont donc travaillés, avec leurs fêlures, et il est intéressant de découvrir des personnages névrosés, sans que le curseur ne soit trop poussé à l’excès.
Mais malheureusement ils ne sont pas tous développés et on devine alors que la série a été stoppée prématurément, laissant apparaître que l'auteur n'a pas pu aller au bout de ses idées et de son concept, contraint de clore son titre trop tôt! Sinon comment expliquer que certains personnages présents depuis le tout début n'aient pas eu droit au moindre chapitre les concernant?



Et si le titre se présentait au départ comme une succession d'histoires courtes, permettant justement de présenter les différents membres de l'unité les uns après les autres, par la suite apparaît une trame plus conséquente, liée au passé de Yuji, mais aussi et surtout aux opposants à la loi de réparation...et si dès le début le titre se montre intéressant, il le devient d'autant plus par la suite...provoquant ainsi une frustration d'autant plus grande lorsqu'on constate que Kishomoto n'a pu s'exprimer pleinement, surtout sur les derniers chapitres, quelque peu précipités, bien qu'ils se montrent malgré tout passionnants et pleins de surprises.



Sukedachi 09 est à ce jour le titre le plus abouti et plus mature de son auteur, le plus intéressant et par conséquent le plus frustrant avec une fin bien menée, mais arrivant bien trop vite!
Clairement le titre qui nous fait penser que cet auteur mérite d'être suivi, peut être plus que son frère!


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
14.63/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

16.50,15.00,16.50,16.00,16.50

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News