Ryuko Vol.2 - Actualité manga

Ryuko Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 02 Febuary 2018

En quête de sa mère disparue il y a longtemps et qui serait visiblement toujours en vie, Ryuko est plongée dans un conflit dont elle n'est qu'un rouage, un jouet. En possession du sceau d'or, la belle attire l'attention du gang mafieux chinois Jachinpan, mais également celle d'une mystérieuse organisation terroriste derrière laquelle plane l'ombre de la CIA...


Après un premier volume bien épais et très séduisant, voici que doit déjà s'achever le récit de Ryuko, femme fatale, indomptable sur le dos de sa moto, les cheveux volants au vent, le regard acéré. Et dans ce deuxième pavé de plus de 230 pages, servi dans une superbe édition toujours aussi irréprochable esthétiquement, l'artiste Eldo Yoshimizu offre à on histoire un déroulement plus inattendu, dans la mesure où il s'engage dans des voies plus vastes.


Car ici, le récit ne se limite clairement plus à la sublime Ryuko et à la poignée de personnages gravitant autour d'elle : avec l'implication d'une organisation terroriste, d'un clan chinois ou même des services secrets américains, l'univers imaginé par l'auteur prend des dimensions encore plus internationales qu'avant, le tout faisant même régulièrement écho à des thématiques qui sont très actuelles depuis globalement les années 90. Il sera question, entre autres, parfois très brièvement, des dérives du capitalisme, du terrorisme, des Moudjahidines, de Boko Haram, du 11 septembre, de l'Afghanistan, de l'affaire Snowden... Yoshimizu brasse plutôt brillamment tout ça, en ancrant plus qu'auparavant son oeuvre dans notre monde. Et il justifie d'autant mieux l'aspect gekiga de son récit que la plupart de ces événements ont une incidence plus ou moins forte sur des personnages ballottés par leur destin et leur condition. Condition qui, parfois, leur échappe un peu face à la folie du monde.


Ryuko est donc ballottée par des événements qu'elle n'a pas cherchés. Elle est même mise à mal dans ses émotions parfois, notamment quand réapparaît l'ombre de sa mère. Mais Ryuko nous l'a déjà prouvé dans le tome 1, elle est forte et insaisissable, et risque fort de ne reculer devant rien pour rester fidèle à ses idéaux de justice et pour ne pas se trahir elle-même. En cela, Yoshimizu réussit parfaitement son coup, tant son héroïne perce les pages jusqu'au bout. Et autour d'elle, les nombreux personnages qui s'agitent trouvent tous leur rôle à jouer, preuve d'un récit bien pensé malgré une toute fin peut-être un poil rapide.


Visuellement, l'oeuvre conserve ici toutes les qualités vues dans le premier volume. Avec ses planches denses, ses découpages très variés et jamais statiques, sa gestion fracassante des onomatopées et ses nombreux angles de vue audacieux, le dessinateur maîtrise son art et régale.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News