Escape Journey Vol.3 - Actualité manga

Escape Journey Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 28 Febuary 2019

"Pourquoi il ne me choisit pas ? Pourquoi je ne suis jamais le bon ?"

Sortant ensemble en secret depuis la première année de fac, Taichi et Naoto s'aiment profondément et sont comblés par leurs sentiments réciproques... mais ils sont aussi pétris de doutes quant à leur avenir commun s'ils ne parviennent pas à faire accepter leur amour, l'orientation à donner à leur relation... Et dans tout ceci est venu se glisser Nishina, jeune homme qui s'est épris de Naoto et qui tente de le faire sien. Mais il comprend rapidement qu'il n'a en réalité aucune chance...

Dans le tome 2 d'Escape Journey, on regrettait un petit peu l'entrée en scène un peu superficielle de Nishina en tant que pseudo obstacle amoureux, mais ici Ogeretsu Tanaka, dès les premières pages, parvient à changer la donne en lui offrant un rôle beau et poignant. Tout d'abord parce que Nishina comprend immédiatement qu'il n'a aucune chance de voir ses sentiments pour Naoto se concrétiser un jour: son amour pour Taichi est trop profond, lui il arrive trop tard. En quelques textes, la mangaka parvient à bien faire ressortir le regret d'un jeune homme finalement touchant, car on le comprend facilement dans sa tristesse de ne pas trouver sa place sur le plan amoureux. Enfin, Nishina est également un catalyseur, permettant à nos deux héros de réaffirmer de plus belle leur amour malgré leurs doutes. Il est, au final, un rôle d'"obstacle amoureux" très réussi, auquel on peut s'attacher, si bien que même si on le revoit un peu dans la suite de ce dernier tome on peut regretter que Tanaka ne puisse pas lui offrir une porte de sortie plus heureuse. Mais c'est la vie...

En tout cas, un chose est sûre: à partir de l'instant où Nishina est écarté, Ogeretsu Tanaka excelle dans l'abord de ses deux héros, qui se retrouvent, décident enfin de se parler plus franchement pour faire le point de façon bénéfique, afin d'essayer ensuite d'affronter les épreuves ensemble plutôt que séparément. Et des épreuves, il y en aura beaucoup sur la route de leur avenir amoureux, en tant que couple.

"Marcher en te tenant la main en public, t'embrasser... Je comprenais pas pourquoi on pouvait pas."

Car dans une société où l'hétérosexualité domine et où certains préjugés existent encore et toujours sur l'homosexualité, Taichi et Naoto vont devoir se confronter au regard des autres (qui est omniprésent dans ce tome), à leur peur d'être considérés comme "anormaux", à leur crainte d'avouer leur relation à leurs proches, famille comme amis... ils cherchent alors des solutions pour se renforcer encore, comme l'idée de l'adoption, mais est-ce la bonne voie à prendre ? N'est-ce pas prématuré ? Il leur faut alors, surtout, se décider à enfin parler à leurs proches, en espérant être compris, et là aussi l'autrice offre un propos réaliste via des réactions pouvant être très différentes et n'étant pas idéalisées. Le cas le plus marquant est sûrement celui de la mère de Taichi, horrifiée. Celle qui a refait sa vie ailleurs en laissant Taichi derrière n'est pas forcément la mieux placée pour dire quelque chose, mais elle reste la mère biologique du jeune homme, et en tant que telle il est désireux de lui en faire part, sans forcément tenter de la convaincre. Mais simplement lui en parler, même s'il sait alors qu'il ne correspond pas à ce que cette mère espérait. La réaction la plus intéressante de ce côté-là est alors sûrement celle de la petite Akari, qui avec son innocence enfantine voit tout simplement Taichi, et c'est essentiel, comme son grand frère, un membre de sa famille. Le père de Taichi a une réaction plus raisonnable. Quant à la famille de Naoto, Tanaka livre un excellent travail sur eux, avec certes quelques mots maladroits et petits préjugés de certains, mais surtout une volonté d'accepter naturellement une situation qu'ils n'imaginaient pas forcément, parce que quelle que soit l'orientation de Naoto il reste quelqu'un de leur famille adoré. En particulier, les mots de la mère de Naoto concernant l'idée de l'adoption et ce qui s'en suit sont très intéressants, mûrs, réfléchis, comme ceux qu'on attend d'une maman fiable. A défaut de pouvoir changer en totalité les préjugés de la société, on peut tâcher de vivre heureux sans prendre garde aux nuisibles.

"Vous allez devoir apprendre à ignorer le regard des autres."

On peut également signaler le cas très bien mené de Mika, qui finit par comprendre la vérité que celui qu'elle considère comme son meilleur ami et Fumi lui ont cachée... Comment réagira-t-elle ? On a là, dans les amis sincères, des personnages bénéfiques, laissant comprendre à travers le cas de Mika que parfois il est sûrement mieux d'oser dire la vérité sincèrement, autant pour soi que pour ne pas blesser lesdits amis. Le plus intéressant reste toutefois tout l'impact de la famille dans la vie de nos deux héros, chose qu'on a déjà largement pu voir plus haut dans cette chronique. Taichi a beau n'avoir jamais connu de vraie famille, il pourra sans aucun doute trouver cette notion de famille ailleurs...

Le trait de la mangaka, au-delà de ses quelques scènes de sexe explicites et souvent utiles (pour montrer toute la complicité de nos deux héros), reste très séduisant, surtout dans pas mal d'expressions faciale qui peuvent très bien véhiculer le ressenti des personnages. Dans ses visuels, Tanaka accompagne très bien, jusqu'au bout, un récit réaliste, riche, profond, poignant et fort, qui s'offre ici une conclusion pleine de sens.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News