Report de la collection Shôjo+ de Glénat- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Report de la collection Shôjo+ de Glénat


Lundi, 14 December 2020 à 14h00 - Source :Glénat

Initialement prévu en janvier, le lancement de la collection Shôjo+ des éditions Glénat arrivera finalement ne retard en étant décalé au 3 février.

Pour rappel, cette collection vise, selon l'éditeur, à proposer "un nouveau regard sur le shôjo", quand bien même l'un des trois premiers titres annoncés n'est pas du tout publié dans un magazine catégorisé shôjo.

Tout d'abord, 100 jours avant ta mort. De son nom original Kimi Ga Shinu Made Ato 100Nichi, cette série signée Migihara s'est conclue fin novembre au Japon après 6 volumes, et était en cours depuis 2018 aux éditions Shûeisha, au sein des magazines Margaret et Manga Mee.

Ensuite, Une touche de bleu, première oeuvre de Nozomi Suzuki, est une série en réalité publiée au Japon dans un magazine estampillé seinen (mais Glénat a décidé de la re-classifier shôjo en France), à savoir le Gekkan Action de Futabasha. De son nom original Haru ni, fureru., elle compte actuellement 3 tomes.

Enfin, Alter Ego est une création espagnole signée Ana C. Sanchez.

  

Synopsis de 100 jours avant ta mort :
Taro a enfin pu avouer à son amie d’enfance Umi qu’il l’aime depuis toujours ! Mais à cet instant, s’affiche le nombre 100 devant la jeune fille... Car Taro a un pouvoir spécial : celui de visualiser un compte à rebours sur tous les êtres vivants qui ont moins de 100 jours à vivre ! Ensemble, le couple va faire face au destin et tenter d’arrêter le décompte fatidique...Avec une galerie de personnages très attachants, cette série propose une problématique SF qui vient pimenter l’intrigue. Sans jamais tomber dans la déprime, nos deux héros sauront vous démontrer qu’avec une dose de bonne humeur et une vraie complicité, on peut faire face à toutes les situations !

Synopsis d'Une touche de bleu :
Ruriko a un naevus d’Ota, une tache de naissance bleutée sur le visage. De nature enjouée, elle sait très bien que cette particularité visuelle ne la définit pas, mais lorsqu’on est lycéenne, il est parfois difficile d’accepter son “défaut” physique… Aussi s’en prend-elle violemment à son professeur lorsqu’elle croit qu’il se moque de son apparence. Mais ce dernier lui avoue qu’il souffre de prosopagnosie, un trouble de la reconnaissance des visages rendant impossible l’identification des visages humains. Ce n’est donc pas une tache, mais une belle aura bleue qu’il voyait sur le visage de la jeune fille... Ce récit, issu des expériences personnelles de l’autrice, aborde avec finesse et sensibilité la thématique de l’acceptation de soi au-delà des complexes et des différences.

Synopsis d'Alter Ego :
Quand sa meilleure amie Elena lui annonce qu’elle a maintenant un petit copain, la jeune Noel a déjà beaucoup de mal à l’accepter. Alors quand June, une autre amie très proche d’Elena arrive dans l’équation, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! Mais au fur et à mesure que Noel et June apprennent à se connaître, leur rivalité se mue petit à petit en un sentiment tout nouveau… Ce joli one-shot romantique vous est proposé par une autrice européenne, qui a su créer des héroïnes aux sensibilités proches de nos lectrices. Cette histoire d’amour entre deux étudiantes à la fac, racontée avec justesse et naturel, plaira indubitablement à tous les cœurs sensibles.
 





Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

J'ai toujours l'espoir qu'un éditeur retente 7 seeds (peu importe le nom de la collection).

BF

De BF, le 05 January 2021 à 18h36

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

@Nyanya Peut-être que ça te fatigue, mais c'est comme ça. Au même titre que Les enfants de la Baleine est un (excellent) shôjo manga, deux des trois oeuvres de cette collection n'en sont pas. Et tant mieux s'ils sortent en France, je n'ai jamais dit le contraire, mais lancer une collection nommée shojo+ avec seulement 1/3 de shôjo manga, c'est juste nul quand on connaît l'incroyable diversité du shôjo manga qui n'est toujours pas exploitée en France. Et ça part des romances hein, puisque de nombreuses histoires d'amour passionnantes ne sont toujours pas parues, en allant jusqu'à la SF, la fantasy, l'historique... Que ce soit des titres actuels ou d'hier, il y a encore beaucoup à défricher. Et comme d'habitude, les éditeurs passent à côté en publiant du seinen manga sous un label shôjo soit disant novateur. C'est tellement frustrant que le shôjo manga soit méprisé à ce point... Et ça et ce que fait Ki-oon... Bref.

Pour avoir récolté les avis de quelques éditeurs et journalistes qui se sont toujours battus pour le shôjo manga (et ils sont peu nombreux), ils sont unanimes et dépités par ce nouveau retour en arrière que propose Glénat.

jojo81

De jojo81 [6439], le 16 December 2020 à 16h33

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

@Nyanya

Sortir du Tezuka, oui quelle excellente idée, c'est toujours un plaisir de lire du Tezuka ! Mais là on parle des œuvres du groupe de l'an 24, celles qui ont insufflé les bases du shojo moderne que vous aimez tant. Tezuka, c'était plutôt le monde d'avant, le shojo à l'ancienne. 

Vraiment, vous vous contredisez, vous voulez du shojo qui sorte de la romance pour fillette. Mais c'est exactement ça le groupe de l'an 24 ! Relisez le peu de Moto Hagio qui existe en Français! De la science-fiction, du fantastique, des histoires matures traitant de thèmes difficiles. Des histoires non conventionnelles et souvent controversées. 

Non, le shojo ne s'arrête pas à la frontière japonaise, de même qu'on retrouve des influences européennes chez certains auteurs japonais. Mais vouloir publier ce type d'oeuvre alors qu'un pan entier du shojo fait encore cruellement défaut en France, j'ai du mal à comprendre. J'adore certains auteurs espagnol de la BD européenne qui ont un style bien à eux. Intégrer les codes du manga à une BD tout en s'en démarquant, je dis oui. Mais faire exactement ce que les Japonais font déjà très bien... 

Jabloe

De Jabloe, le 16 December 2020 à 10h47

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

...putain mais vous êtes imbuvables ici c'est fou... Des fois c'est à se dire heureusement que ce n'est pas uniquement pour votre catégorie de lecteurs que les éditeurs bossent parce ca m'a l'air chaud de satisfaire des péteux de la sorte.

Autant oui il faut sortir le groupe de l'an 24, culturellement nécessaire, autant faut se dire qu'il n'y a pas que ça. Ressortez du Tezuka aussi si vous voulez du culturel dans le domaine du shojo...mais le contemporain a aussi ses perles. Déjà le faire sortir de la catégorie romance pour fillettes serait un excellent début, parce qu'on y est toujours pas malgré quelques excellents titres sortis ces quatre dernières années.

Et arrêtez de croire que le shojo s'arrête dès lors que la frontière japonaise est franchie, ou qu'on sort d'une case de magazine, c'est fatigant. 

Nyanya

De Nyanya, le 16 December 2020 à 01h23

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Et je précise également deux choses :

1/ Manga Action et Gekkan Action sont deux magazines différents

2/ Les japonais sont bien moins attachés que nous à ces termes

jojo81

De jojo81 [6439], le 14 December 2020 à 18h26

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

@LittleMissPerfect Si tu veux vraiment être précise avant de faire la leçon (en étant complétement à côté de la plaque ceci dit) alors dis qu'Orange a débuté sa publication dans le magazine Bessatsu Margaret avant qu'Ichigo Takano n'arrête la série, et qu'elle a pu la reprendre chez un autre éditeur, dans le magazine Manga Action. Et donc que c'est un cas à part, comme en témoinge l'extrême popularité de la revue dès lors qu'un chapitre d'Ichigo Takano y est publié. Mais bon on va dire que tu le sais déjà et que tu as juste oublié de le préciser vu que tu vérifies toujours tout au cas par cas. D'ailleurs j'imagine que tu lis aussi ce grand magazine de shôjo manga qu'est Manga Action, entre deux photos d'idol en bikini. Ou pas, visiblement.

 

Et n'en déplaise toujours à LittleMissPerfect qui dira des conneries jusqu'au bout malheureusement, des mangas du groupe de l'an 24 seront publiés en France l'an prochain (mais pas que du shôjo manga d'ailleurs), car il y a des éditeurs qui font bien leur boulot en n'oubliant pas qu'ils travaillent dans la culture.

jojo81

De jojo81 [6439], le 14 December 2020 à 18h21

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Super, ça recommence! Je ne comprends vraiment pas la mauvaise foi de certains lecteurs qui assurent que la classification du magazine de prépublication est absolue, quel que soit le-dit magazine. Rappelons qu'Une Touche de bleu c'est dans le même magazine que Orange, un shojo s'il en est, et il suffit de jeter un coup d'oeil aux quelques chapitres disponibles à la lecture sur Pixiv pour constater que visuellement et narrativement ça s'inscrit dans une tradition purement shojoesque... C'est bien de vérifier au cas par cas quand on veut être précis.

@jojo81 Pour info je vais mettre ça là: https://twitter.com/aofure_comic/status/1338394820235075585

Oui, au Japon ce seinen est classé 32e dans la catégorie pour filles du Kono Manga ga Sugoi. Scandale!!!

Et puis, dans l'absolu, c'est bien plus préjudiciable de voir des shojos transformés en seinens que l'inverse.

 

Quant aux fameuses doléances à propos du shojo de patrimoine, c'est pas en 2020 qu'on va interesser qui que ce soit avec des oeuvres des années 70/80 s'il n'y a déjà pas un de publique éclairé suffisament important pour ce qui se fait actuellement dans cette catégorie éditoriale...

LittleMissPerfect

De LittleMissPerfect [635], le 14 December 2020 à 17h45

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Plutôt que de nous proposer un soit disant nouveau regard sur le shojo (avec une BD espagnole ?), ils feraient mieux de se bouger pour nous sortir les œuvres fondatrices du genre. Notamment celles issues du Groupe de l'an 24, dont Moto Hagio, Keiko Takemiya, Yumiko Oshima, Hideko Mizuno, Minori Kimura, Nanae Sasaya et Ryoko Ikeda en sont les plus illustres représentantes. 

Les années 70, c'est l'âge d'or du shojo. Et c'est cette période qui a révolutionné le genre en le faisant entrer dans la modernité que les éditeurs devraient explorer en priorité. 

Jabloe

De Jabloe, le 14 December 2020 à 16h04

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Je ne crois pas avoir déjà vu un Shojo de chez Glenat en librairie mais s'ils mettent leur Logo en rose au lieu du vert (que je n'aime déjà pas) sur les livres sa sera une raison pour moi de pas les prendres même si je suis intéréssé par 'une touche de bleu' et 100 jours.

Klagout

De Klagout, le 14 December 2020 à 15h31

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Pour rappel, cette collection vise, selon l'éditeur, à proposer un nouveau regard sur le shôjo, quand bien même l'un des trois premiers titres annoncés n'est pas du tout publié dans un magazine catégorisé shôjo.

 

Même deux des trois. Quelle initiative nulle (pour être gentil) pour mettre le shôjo manga en avant. C'est pas comme si les bons titres inédits manquaient.

jojo81

De jojo81 [6439], le 14 December 2020 à 14h29

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

La sélection vidéo du moment

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News