Rencontre avec Yoshitoki Oima à Japan Expo- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Rencontre avec Yoshitoki Oima à Japan Expo


Mardi, 18 Septembre 2018 - Source :Rubrique interviews

L'un des invités phares de cette édition 2018 de Japan Expo fut sans doutes possibles Yoshitoki Oima, autrice connue pour le remarquable A Silent Voice aux éditions Ki-oon, puis depuis quelques temps pour To Your Eternity chez Pika. La mangaka nous a fait l'honneur d'une rencontre individuelle sur le salon, l'occasion pour nous de revenir sur ses deux séries et les messages véhiculés à travers ses œuvres.


Nous vous avons d'abord connue avec A Silent Voice, un manga qui aborde des sujets sensibles comme le handicap ou le harcèlement scolaire. Ce sont des thèmes audacieux dans une revue de prépublication shônen. Comment en êtes-vous venue à aborder ces sujets. Comment fut accueillie la démarche par votre éditeur ?

Yoshitoki Oima : A Silent Voice est le premier manga que j'ai proposé à un éditeur, et il a gagné un prix sous sa forme one-shot. Avec cette victoire, il aurait dû être immédiatement publié en série, mais plusieurs étapes en interne ne sont pas passées. L'histoire n'a été publiée que deux ans plus tard parce qu'il a fallu obtenir des autorisations, comme celle de la fédération des sourds et malentendants, de manière à ce que le manga et son traitement soit bien perçu par les personnes concernées. En interne, il fallait que la cellule éditoriale accepte l'idée que ce type de manga soit publié dans un magazine pour les adolescents. Une fois toutes les autorisations obtenues, l'acceptation d'une sérialisation a été soumise à condition que la série se classe dans les 5 premières places des votes de popularité des lecteurs. Heureusement, tout s'est bien passé, et la série a pu être publiée.


La fin de la série est assez ouverte. Elle résout les doutes des protagonistes et ouvre d'autres portes. Quelle est la symbolique de cette fin pour vous ?

Yoshitoki Oima : Par cette fin, je voulais montrer que le personnage de Shoya avait manqué énormément de choses dans sa vie mais devait faire face à ce qui l'attendait. Pas seulement en ce qui concerne les événements qui ont eu lieu jusqu'à maintenant, mais sur ce qui l'attend à l'avenir. C'est la même chose pour Shôko qui avait renoncé à énormément de choses. Bien qu'elle se soit rétablit, elle devra faire face à d'autres problèmes, probablement jusqu'à la fin de sa vie. La cérémonie de remise des diplômes ne marque pas une fin mais un point de départ. Lorsqu'ils ouvrent la porte de la cérémonie, ce n'est pas une conclusion définitive mais un nouveau départ par rapport aux soucis que Shoya et Shôko ont connu jusqu'ici.

To Your Eternity est votre série publiée actuellement. C'est une sorte d'OVNI car c'est un voyage initiatique qui ne correspond pas aux schémas préconçus de ce genre de titres publiés dans un magazine shônen. Cela apporte beaucoup d'identité au titre. Est-ce que cette approche vous permet de vous démarquer ?


Yoshitoki Oima : Ça ne relève pas d'une démarque volontaire de me démarquer des autres. Mais faire un manga différent ne me dérange pas dans la mesure où mon objectif est d'exprimer ce que j'ai envie et de le faire à ma manière. Tant pis si c'est différent des autres, mais je ne cherche pas à me démarquer.

To Your Eternity dégagent certaines thématiques : L'apprentissage, l'humanité, l'immortalité ou encore la mort... Qu'est-ce qui vous intéresse dans ces sujets ?

Yoshitoki Oima : Dans To Your Eternity, je reprends un peu ce que j'ai essayé d'exprimer à travers Shôko dans A Silent Voice. Elle a pour volonté de ne pas être sourde, mais ce n'est pas guérissable... Elle vit dans cette souffrance mais doit faire avec ces obligation de renoncement. C'est ce que je veux exprimer dans To Your Eternity par mes personnages qui ont des souhaits et des rêves qu'ils n'arrivent pas à accomplir. Ce sont des personnages en souffrance, un peu comme je peux l'être dans la vie avec mes propres objectifs. Je ne suis pas sûre d'être capable de tous les exaucer, mais je dois trouver un moyen d'aller de l'avant.

silent-voice-to-your-eternity-ex-libris.jpg
Au cours de l'aventure, Im rencontre tout un tas de personnages. Chacun a son propre caractère, son propre background, et même des designs variés... Quels personnages vous ont poser le plus de soucis dans leur conception ? Quels sont vos préférés ?

Yoshitoki Oima : La difficulté de To Your Eternity, c'est qu'il s'agit d'un monde de fantasy, un univers imaginaire auquel il faut apporter une consistance et une réalité. C'est un univers qui n'existe pas mais dans lequel vont évoluer les personnages. C'est aussi un monde fictif dont le lecteur doit se sentir proche.
C'est la même chose pour les personnages : ils font partie de l'imaginaire, et il me faut leur donner de la consistance. Actuellement, c'est Tonali qui me pose le plus de problèmes.

La série regorge de très beaux moments mais aussi d'instants tragiques, notamment sur les fins d'arcs. Comment percevez-vous ces passages, au-delà de leur nécessité pour donner de nouvelles formes à Im ?

Yoshitoki Oima : Ce qui m'intéresse dans le processus de la mort dans To Your Eternity, c'est qu'elle apporte au personnage principal un sentiment de culpabilité très fort. Je voulais qu'Im évolue avec cette culpabilité, qu'il ressente ce type d'émotions à travers la mort des personnes qui l'entourent, et qu'il arrive ainsi à dépasser ces sentiments forts et handicapants.

La mort est représentée de façon positive dans To Your Eternity : Ceux qui partent ne quittent jamais vraiment Im, et la mort est même optimiste dans le sixième tome. Quel est votre point de vue sur cette ambiance douce-amère ?

Yoshitoki Oima : Ça correspond simplement à un souhait personnel, à ce que je voudrais que soit la mort dans la réalité.


Le sixième volume a marqué une fin de cycle dans la série. Avez-vous déjà le schéma global de la série en tête, ou réfléchissez-vous vos arcs au jour le jour ?

Yoshitoki Oima : C'est une double préparation du scénario. J'ai une vision globale de mon point d'arrivée et des axes principaux par lesquels passeront les personnages. Mais comme c'est une parution hebdomadaire, j'ai des moment de recherche important chaque semaine sur la manière de développer les axes que je n'avais pas réfléchi.


Interview réalisée par Takato et Koiwai. Remerciements aux éditions Pika pour l'organisation de l'interview, à Thibaud Desbief pour la traduction, et tout naturellement à Yoshitoki Oima pour sa venue et ses réponses.
  




commentaires

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

Merci beaucoup pour ces questions !

Je suis très heureux d'avoir lu son avis sur la fin de A Silent Voice ! ^^

Zeik

De Zeik [1138], le 18 Septembre 2018 à 22h38

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Merci pour cette interview!

nolhane

De nolhane [2899], le 18 Septembre 2018 à 20h24

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Cette Mangaka est tout à fait formidable, émouvante comme peuvent l'être ses deux Manga absolument sensationnels ! Qu'elle se soit déplaçée en France montre également aussi l'importance que revêt notre pays sur la scène internationale , concernant la culture Manga et les relations avec le Japon !!!

cm17

De cm17, le 18 Septembre 2018 à 20h07

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News