Chronique Manga - Seven Deadly Sins - Seven Days- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Chronique Manga - Seven Deadly Sins - Seven Days


Dimanche, 09 September 2018 - Source :Chronique Manga

Vous êtes fan du manga Seven Deadly Sins ? Vous kiffez Ban ? Vous adorez le couple qu’il forme avec Ellaine ? Alors Seven Deadly Sins - Seven Days, le spin-off est fait pour vous.
Ellaine est la Sainte qui protège, au coeur de la forêt du Roi des Fées, la source capable de rendre immortel celui qui la boit. Abandonnée par son frère et les siens, se retrouvant seule à chasser les intrus en quête de vie éternelle, elle rumine au sommet de l’Arbre Géant.

Un jour, voilà qu’un brigand du nom de Ban fait son apparition et tente de voler la précieuse eau. Capturé, il se laisse convaincre par la Fée de laisser tomber l’idée, compte tenu des graves conséquences que cela pourrait avoir sur la forêt. D’abord méfiante, elle accepte finalement la présence de cet hurluberlu qui éveille en elle de nouveaux sentiments et envies.


Bien que l’on connaisse déjà l’issue, et l’histoire en elle-même, ce spin-off composé de deux volumes propose de découvrir leur rencontre du point de vue d’Ellaine.

Adapté du roman de Iwasa Mamoru, un spécialiste des romans basés sur des univers existants tels que Code Geass ou Gundam, le manga est avant tout un moyen d’attirer des lecteurs, et surtout lectrices, peu friands des livres sans images, adorant la saga. Un peu comme les animés sans véritables fins dont le but est avant tout de faire la promotion de l’oeuvre originale. On pourrait alors reprocher cette adaptation puisque Suzuki Nakaba en faisait déjà le détail dans la série. Certains passages semblent carrément issus du manga, pouvant alors décevoir le lecteur qui a le sentiment d’acheter deux fois la même chose.


Toutefois, la manière dont est abordée l’histoire, ce côté purement shoujo, apporte une nouvelle vision à cet épisode. Surtout dans le second volume puisque près d’un tiers du premier est consacré aux événements qui conduisent King à déserter et à sa sœur à rester seule.
Comme dit précédemment, ce sont les sentiments d’Ellaine qui sont traités. Il y a beaucoup de moments où elle se questionne, observe, rêve du futur qu’il soit sombre ou lumineux. Tout se centre sur ses émotions. Ban a beau être présent, il est plus dans l’action que la réflexion, ne cachant pas ses pensées, que ce soit à la Fée ou au lecteur. Du coup, il demande moins d’attention. Sans compter que dans l’histoire principale, on sait déjà ce qu’il ressent. Il n’y a donc pas vraiment d’utilité à traiter davantage sa situation.

Iwasa Mamoru fait un formidable travail de narration. Il donne beaucoup de profondeur à cette histoire d’amour et au personnage d’Ellaine. Elle paraît frêle et forte à la fois, luttant contre la solitude puis la peur de perdre ce qu’elle vient à peine de découvrir.
Par contre, la nomination des chapitres aurait mérité d’être plus précise. On a beau voir le jour et la nuit s’écouler, que ce soit par le ciel ou le comportement des personnages, la présence de chapitres bonus au milieu du récit empêche de totalement suivre cet égrainage.
Pour ce qui est du dessin, Kokikuji You reprend assez bien l’univers original. Son style n’a certes rien à voir avec celui de Suzuki Nakaba, qui est plus large, plus poupin, plus nerveux, mais la délicatesse qui en émane tranche avec ce dernier, apportant un côté plus doux, davantage en accord avec le contexte. Il donne à Ellaine une aura proche de celle de l’idée que l’on se fait des Fées. Un peu éthérée et fragile. Et Ban paraît plus souple et élancé. De plus, le mangaka ayant déjà pratiqué la love com’, il a un certain sens du découpage qui colle parfaitement au récit.


Autres détails qui classent vraiment ce manga dans le shoujo, le choix des couleurs sur chaque couverture, la manière dont Ban et Ellaine interagissent, et la vision qu’elle a de lui. L’ambiance par le tramage est typiquement dans le goût de ce genre, très vaporeux, illuminé, tendre. Sans oublier le côté fanservice pour demoiselle, Ban offrant une fois de plus en pâture sa magnifique musculature. On a de quoi se rincer l’oeil.
Côté édition, Pika propose de nouveau du bon travail. On peut surtout saluer la bonne idée de sortir les deux volumes en même temps, évitant la frustration au lecteur.
Ce spin-off peut paraître superflu pour les fans de la série. Pourtant, pour l’avoir vu en librairie, cette édition pourrait attirer un public plus féminin qu’il ne l’est déjà, à la série originale. En effet, des lectrices hésitantes sur Seven Deadly Sins, s’il s’agissait d’un manga qui valait le coup, prenaient plus facilement ces tomes que le numéro 27 qui trônait juste à côté, sur le présentoir. Et pour être un des couples les plus mignons du manga, l’achat en vaut bien la peine.

Au final, les deux récits se complètent parfaitement, apportant un nouvel éclairage sur l’intensité de leur amour.
L'avis du chroniqueur
Persmegas

Dimanche, 09 September 2018
16 20




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News