Chronique série VOD - Jojo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders- Actus manga
actualité manga - news illustration

Dvd Chronique série VOD - Jojo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders


Samedi, 20 June 2015

A l’automne 2012, les studios David Production se lançaient dans l’audacieux pari d’adapter le manga Jojo’s Bizarre Adventure depuis le début, une tentative jusque-là réussie puisque la première saison de 26 épisodes a su condenser habilement les deux premières parties du manga. Le succès ayant été au rendez-vous, c’est tout naturellement qu’une « saison 2 » a vu le jour un an après la fin de la première. Jojo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders est donc formel, il adapte le troisième arc du manga, et l’un des plus importants aux yeux des fans. La première partie construite sur 24 épisodes reprend ainsi la moitié du nouveau périple des Joestar, de nouveaux confrontés à leur premier ennemi…

Des décennies après la victoire de Joseph Joestar sur les hommes du pilier, ce dernier a désormais un petit-fils répondant au nom de Jotaro Kujô. Mais celui-ci s’est volontairement fait emprisonner après avoir décrété être habité par un « esprit malveillant ». En réalité, Jotaro a développé en lui un « Stand », un double psychique aux étonnantes facultés et qui agit presque instinctivement. Joseph apprend à son petit-fils que cette apparition résonne avec le retour de Dio, l’ennemi juré des Joestar qui a survécu en prenant le corps de Jonathan il y a bien longtemps. Le retour de Dio provoque aussi une forte fièvre chez Holly, mère de Jotaro et fille de Joseph, qui n’a plus très longtemps à vivre. Le seul moyen de la soigner est d’éradiquer le mal à sa source : Dio. Mais celui-ci se terre en Egypte et envoie les manieurs de Stand à ses ordres pour venir à bout des Joestar et de leurs compagnons.


Exit l’Onde et bonjour les Stand ! Voici la mécanique nouvelle de cette seconde série de l’aventure Jojo, directement reprise du manga d’Araki et qui a apporté un renouveau dans le manga nekketsu dans les années 90. La nouvelle formule va même de pair avec le format de la série qui entretient un rythme de feuilleton par une linéarité qui consiste à opposer à chaque fois, dans des épisodes en une ou deux parties, les protagonistes aux manieurs de Stand envoyés par Dio. Il n’est ainsi pas très grave de rater un ou deux épisodes, ce qui en soit montre un manque scénaristique qui peut rebuter. Qu’à cela ne tienne, la nouvelle aventure se rattrape sur deux éléments : Le voyage dépaysant et l’inventivité des combats.

L’adaptation animée est alors un très bon moyen de dépeindre les différentes cultures auxquelles sont exposées Jotaro et les siens, par les couleurs présentes sur l’image et par la richesse des plans qui cherchent à reprendre chaque destination sous ses aspects les plus traditionnels dans la culture et l’architecture des pays en question. Après l’affrontement horrifique face aux vampires et le road-movie pour la gemme rouge d’Asia, nous sommes plongés dans un grand voyage, mais aussi un choc des cultures qui se ressent dans la composition du casting principal : Si Jotaro et Kakyôin sont japonais, Joseph reste américain, Avdol égyptien et Polnareff français, des origines qui traduisent souvent la personnalité de chaque personnage, les rend attachants et aboutit sans mal à quelques séquences d’humour qui permettent à Jojo de conserver son ton décalé.


L’autre nouveauté de la série est bien entendu les Stand qui aboutissent à des combats toujours très tactiques, mais d’une manière différente. Chaque duel consiste à découvrir la faille de l’entité de l’ennemi, ce qui passe par une sorte d’enquête durant laquelle les héros doivent analyser le cadre où ils se trouvent, mais aussi les possibilités octroyées par leur propre Stand. Voilà ainsi l’élément permettant de faire abstraction de la linéarité de l’œuvre : Les pouvoirs ennemis étant très variés, chaque affrontement propose sa tonalité et ses particularités, de quoi renouveler à chaque fois l’expérience de visionnage.

Le début de l’anime Stardust Crusaders est marqué à quelques semaines prêt par le rachat par le groupe Fuji TV, ce qui peut être un facteur pour expliquer la qualité technique un tantinet accrue de cette suite. On note ainsi une animation un peu meilleure, des plans plus larges avec l’utilisation de certains plans-séquences pour apporter de la dimension aux scènes, mais surtout une matérialisation intéressante des Stand qui, sans paraître pour de simples fantômes, conservent des caractéristiques visuelles d’entités psychiques. Les choix d’adaptation du troisième arc du manga diffèrent aussi des OAV sortis dans les années 90/2000 étant donné que la carte de la fidélité a été jouée à fond. On reste ainsi sur une intrigue au ton très « jojoesque » plutôt que le sérieux dont a fait preuve l’adaptation précédente, ce qui passe évidemment par une adaptation minutieuse de chaque combat puisqu’aucun adversaire ne manque à l’appel. Ainsi, ceux qui ont déjà vu les OAV d’époque auront affaire à une série bien différente sur bien des points tandis que les amateurs du manga retrouveront sans mal l’ambiance du manga.


Parmi les autres points techniques, on peut soulever l’efficacité des génériques. Pour l’opening, un nouveau venu apporte sa touche à l’aventure Jojo. Jin Hashimoto signe avec Stand Proud une composition enragée en conservant par son chant une touche de rétro pour un tout très efficace et entraînant. Visuellement, on conserve une sorte de modélisation 3D des personnages très efficace avec notamment une grande richesse de symboles liés à la série et son scénario. Du côté de l’ending, c’est la grande surprise et peut-être l’un des génériques de fin les plus marquants qui soient puisque la célèbre chanson pop « Walk like an egyptian » du groupe The Bangles est utilisée et donne toute une symbolique à cette saison. En revanche, on regrettera une bande origine qui manque de panache mis à part quelque thèmes marquants, notamment celui des « Stardust Crusaders » ou encore celui de Kakyôin.

Stardust Crusaders apporte ainsi un renouveau complet de Jojo’s Bizarre Adventure par le biais des Stand et d’une aventure plus linéaire qui ne quitteront jamais la série. Pourtant, l’inventivité des combats et la nature du voyage de Jotaro et ses compagnons font de cette épopée une aventure aussi palpitante que dépaysante. Gageons toutefois que cette nouvelle saison ne couvre que la moitié du troisième arc du manga, il faut donc se tourner vers une troisième partie de l’anime pour découvrir le fin mot de la bataille contre Dio et ses sbires : Jojo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders – Battle in Egypt.

L'avis du chroniqueur
Takato

Samedi, 20 June 2015
16 20




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

J'ai adoré regardé cette partie ! Vivement la 4 :D

Txeng

De Txeng [2062], le 22 June 2015 à 13h33

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Une adaptation très fidèle de la troisième partie de JoJo. Malgré quelques longueurs j'ai beaucoup apprécie cette version animé.

raitto

De raitto [1942], le 20 June 2015 à 18h59

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Bon design et du spectacle! Bonne série!

Bobmorlet

De Bobmorlet [4626], le 20 June 2015 à 18h20

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News