Test rétro - Dragon Ball Z Ultimate Battle 22- Actus manga
actualité manga - news illustration

Jeux Video Test rétro - Dragon Ball Z Ultimate Battle 22


Lundi, 20 May 2013

Après Dragon Ball Final Bout la semaine dernière, Takato s'attaque à une autre adaptation sur PlayStation du célèbre manga d'Akira Toriyama : Dragon Ball Z - Ultimate Battle 22.




L’aventure Dragon Ball sur PS One a la réputation de compter un unique bon jeu parmi les trois sortis sur ce support. Dragon Ball Z : Ultimate Battle 22 est malheureusement la deuxième tentative vidéo-ludique catastrophique, sortie avant le ratage qu’est Final Bout. Il est d’ailleurs fort amusant que sur ces trois opus, la France n’est hérité que des deux plus mauvais…



Dragon Ball Z : Ultimate Battle 22, sortit en France en Juillet 1996, tire son nom du nombre de combattants disponibles. 22 personnages de l’univers de Toriyama jouables, voilà une information qui pouvait faire frétiller les fans à l’époque, d’autant plus qu’un code fourni avec le jeu permettait de débloquer 5 figures supplémentaires ! Et pourtant, Ultimate Battle 22 est un jeu vide et bâclé…
Le titre se lance par une introduction animée époustouflante, revenant sur l’ensemble des personnages de Dragon Ball Z. Le premier contact avec le soft est réussi mais comme c’est le cas avec Final Bout, l’enthousiasme du joueur s’estompe arrivé au menu. Là aussi, le titre ne propose qu’un mode « Combats » ainsi qu’un mode « Tournoi » jouable uniquement à plusieurs, et aucun mode Histoire… Avec un panel si large de personnages, les développeurs avaient pourtant de quoi mettre en scène les affrontements de manière admirable !



Le mode Combats, comme son nom l’indique, n’est qu’une succession d’affrontements sans réelle cohérence. Ce mode de jeu, le seul disponible en solo, a pour unique intérêt de tester la large panoplie de combattants présents. En bref, ce grand nombre de personnage constitue le seul intérêt du jeu, les développeurs ne s’étant pas attardés sur les différents modes de jeu… Quant au mode Tournoi, il reflète l’organisation des Tenkaichi Budokai apparaissant de manière régulière dans le manga. Et contrairement à Final Bout, les joueurs ont la possibilité de sélectionner un grand nombre de participants. Associé à la quantité incroyable (pour l’époque) de 27 personnages, autant dire que ce mode de jeu a de quoi séduire ! A première vue, Ultimate Battle 22 semble donc être un très bon jeu pour les amoureux des parties entre amis, mais…



Le gameplay vient gâcher l’unique intérêt du soft. Parmi les points forts, les personnages sont bien moins lourds à manier que dans Final Bout et disposent d’un panel de technique tout à fait correct pour l’époque. Seulement, certains coups, au vu des enchaînements nécessaires, peuvent paraître délicats à exécuter, et ils le sont d’autant plus que les réussir tiendra d’avantage de la chance que du doigté du joueur. Il n’est en effet pas rare qu’une technique, même la plus simple, ne réponde simplement pas. Ainsi, le joueur en vient à simplement abandonner toute idée de lutter avec des enchaînements spéciaux et n’use que des commandes principales, rendant le titre affreusement ennuyeux. Cette maniabilité peut aussi pénaliser dans le sens où une fois sa barre de Ki épuisée, le combattant sera étourdi quelques secondes, à la merci de son adversaire. D’ailleurs, ce dernier n’aura aucun remord à utiliser la technique que presque chacun a effectué étant enfant, le fameux « je-te-roue-de-coups-dès-que-tu-te-relèves-puis-que-tu-ne-puisses-pas-répliquer ». Maniabilité exécrable, ordinateur frustrant, comprenez pourquoi votre serviteur a lâché la manette avant de venir à bout du mode Combats…

Du côté des graphismes, ceux-ci sont souvent décriés par ceux qui ont touché au soft. Il faut reconnaître que les décors sont étonnamment vides, bien qu’ils aient le mérite de reprendre des lieux récurrents de l’ensemble des arcs de Dragon Ball Z. Pourtant, les personnages modélisés à la manière « dessin animé » sont très jolis à l’œil, et facilement reconnaissable. On regrettera en revanche que l’animation de certains enchainements n’aient pas bénéficiée de d’avantage de travail.

Les voix du jeu sont entièrement en japonaises et ne bénéficient pas de traduction particulière puisque les combattants ne font que crier lors des affrontements et scander le nom de leurs attaques, sans qu’aucun dialogue ne soit vraiment établi. Les menus du jeu sont traduits en français et a contrario de Final Bout, les noms des personnages sont généralement correctement orthographiés. En revanche, les menus sont tout bonnement hideux, montrant le peu d’intérêt qu’avait le distributeur français pour ce nouvel épisode de la saga Dragon Ball.



Graphismes :
Des personnages joliment retranscris à la manière dessin animé, et des décors affreusement vides… Les graphismes d’Ultimate Battle 22 sont donc en demi-teinte. On peut aussi regretter une animation très limitée lors des affrontements. Pour une machine puissante comme la Playstation, le joueur était en droit d’attendre mieux de la part de Bandai.

Bande son :
Un gros point fort du jeu ! Les thèmes musicaux sont souvent repris des versions Super Nitendo mais s’avèrent ainsi prenant, apportant un peu de dynamisme aux combats qui en manquent affreusement. La présence des voix japonaises est aussi salutaire, Ultimate Battle 22 peut ainsi se targuer de posséder une ambiance sonore convaincante.

Durée de vie :
A plusieurs et malgré les lacunes du gameplay, le jeu s’avère plaisant. La possibilité de s’affronter entre amis par le biais de 27 personnages différents était une révolution à l’époque et permet de longs moments de bonne humeur. En revanche, le titre est désespérant en solo, bien courageux sera celui qui s’y attardera plus d’une heure…

Scénario :
Un autre point faible d’Ultimate Battle 22 vient de l’absence d’un mode histoire malgré le grand nombre de personnages disponibles. Le mode Combats lui-même ne retrace pas les affrontements de Dragon Ball Z de manière chronologique, difficile alors de parler d’un scénario dans ce jeu.

Jouabilité :
Quelle calamité que le gameplay du jeu… Déplacer le personnage d’un point A à un point B n’est pas une difficulté tant celui-ci est léger. En revanche, la réponse du jeu lors d’une manipulation pour un coup spéciale et aléatoire. Pire, elle relève même de la chance, y compris pour des techniques radicalement simples à exécuter comme les vagues d’énergie ! Au final, exaspéré, le joueur se limitera aux manipulations de base…

En résumé :
Si le jeu s’avère bien raté que Final Bout et garde ses quelques petites qualités, il est difficile de ressortir enthousiaste d’une partie de Dragon Ball Z : Ultimate Battle 22. La maniabilité, essentielle à un jeu de combat, est aberrante au point de se lasser rapidement su soft qui trainera longtemps sur les étagères poussiéreuses. Les fans de la première heure du manga de Toriyama pourront passer un moment sympathique, mais il ne faut pas s’attendre à découvrir un grand jeu de combat.

9/20




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

j arrivais a sortir les coups speciaux sans trop de peine!!! c etait clairement pas le jeu de l annee a l epoque mais je l ai trouvé sympa!!! on a passé de bon moment avec mon frere

jeremMVP24

De jeremMVP24 [1028], le 21 May 2013 à 03h11

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

merci pour ce moment nostalgie, désolé mais le jeu n'est pas injouable, c'est simplement que vous n'y avait pas joué assez.

je maitrise toute les techniques de tous les personnages (y compris ceux qui ne sont pas marqué sur la notice). Mon frere (10 ans a l'epoque), ma soeur egalement (7 ans).

et nous pouvons les realiser en combat du 1er coup.

Ce jeu est exellent.

bob25

De bob25, le 20 May 2013 à 20h46

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Personnellement, je lui aurai donné une note au dessus de la moyenne. Ce que je vais dire n'est pas forcément objectif, mais à l'époque j'avais adoré ce jeu.

De nombreux personnages, avec des nombreux coups spéciaux rapelant bien la série. J'ai passé des heures à essayer de trouver les coups cachés (car oui, chaque perso possède au moins 2 techniques cachées mais pourtant emblématiques. Je ne citerais comme exemple que le mafuba de tortue génial ou l'attaque suicide de vegeta).

L'absence d'histoire ne m'avais pas manqué et le mode tournoi permettait de jouer à plus de 2 joueurs. Quanda la jouabilité, on fini par s'habitué.

Je donnerai a ce jeu au moins un 13/20

JTom

De JTom [209], le 20 May 2013 à 13h12

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Je me rappelle de jeux de Dragon Ball sur arcade pas trop mal.

Cédric

De Cédric, le 20 May 2013 à 12h28

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

il est bien loin le temps ou on prenait les joueurs pour des quilles en sortant des daubes pareilles.

à plusieurs centaines de francs de l'époque on se faisait bien rouler.

Et le pire c'est que ça marchait.

On était bien content d'avoir son jeu dbz aussi daubesque était t-il.

Mais bon ça on n'en n'avait pas vraiment conscience à l'époque.

Frédéric62

De Frédéric62, le 20 May 2013 à 11h47

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Le seul interet du jeu , à l'époque , était son casting bien fournis et une belle cinématique d'intro ! ^^

Kto

De Kto [157], le 20 May 2013 à 11h07

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Effectivement je rejoins la note du test, ce jeu est injouable, sauf pour ceux qui se contentent de coups de pieds et poings basiques... Bref grosse déception que ce jeu (j'ai même préféré DB final Bout, c'est dire!)

Gutsberserker

De Gutsberserker [599], le 20 May 2013 à 10h11

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News