Chronique - Jojo's Bizarre Adventure - Intégrale Collector Ed 2010- Actus manga
actualité manga - news illustration

Dvd Chronique - Jojo's Bizarre Adventure - Intégrale Collector Ed 2010

Vendredi, 27 Juillet 2012

Envie d'en savoir plus sur la série animée Jojo's Bizarre Adventure ? Alors lisez la chronique de Takato portant sur l'intégrale collector édition 2010 de ce titre culte !
 

 
 
Véritable institution au Japon mais malheureusement trop méconnu du public français, Jojo's Bizarre Adventure fait parti de ces monuments du manga qui ne se lassent pas d'influencer les nouveaux auteurs. Rappelons tout d'abord que cette absence de notoriété chez nous, on la doit à la disparition des éditions J'ai Lu qui ont édité les 46 premiers volumes de cette immense fresque, soit les quatre premières parties... Longtemps restée sans suite, l'avenir du manga doit désormais son salut chez nous à l'éditeur Tonkam qui a édité la cinquième partie, se charge actuellement de la sixième et compte bien embrayer sur la septième ainsi... qu'une réédition des parties précédentes, au moins la première et la troisième ! Et c'est bien de cette troisième partie dont il est question dans ce coffret édité par Déclic & Images. Alors que l'actualité «Jojo's» se fait flamboyante, entre la réédition chez nous et la sortie au Japon d'un nouveau jeu vidéo et une nouvelle série animée, il est grand temps de sortir du placard la première monture d'animation de Jojo's Bizarre Adventure. Retour dans le passé, fermez vos volumes de «Stone Ocean», nous nous replongeons à l'époque de «Stardust Crusaders», la troisième partie de l'œuvre mythique d'Hirohiko Araki...

Des décennies se sont écoulées depuis la mort de Jonathan Joestar, mais aussi de Dio Brando. Joseph Joestar se fait vieux et est appelé en urgence par sa fille, au Japon, afin de mater son propre rejeton, Jôtaro Kujo. Emprisonné suite à une altercation, celui-ci refuse de sortir de sa cellule, effrayé par un «fantôme» qui l'habite. Avec son ami égyptien Avdol, Joseph parvient à faire sortir Jôtaro de sa cage, lui expliquant que son «fantôme» n'est autre qu'un Stand, un double psychique doté d'extraordinaires facultés. Mais la vrai raison de la venue au Japon du dernier des Joestar est bien plus obscur. Dio, l'ennemi de toute la descendance de Jonathan, est bel et bien revenu à la vie... Ou plutôt, il n'est jamais mort, ayant pu s'emparer in extremis du corps de Jonathan Joestar. Désormais, celui-ci se terre en Égypte, lieu où notre troupe va se rendre pour en découdre une ultime fois avec leur ennemi juré... mais c'est sans compter que nombre de fidèles de Dio, jouissant aussi d'un Stand, vont leur barrer la route.

Parlons d'abord du découpage très particulier de la série comptant au total 13 OAV. Ces épisodes sont sortis en deux temps, la première étant sortie en 1993 et l'autre en 2000. Pourquoi pas ? Le seul changement sera graphique, du moins c'est ce qu'on peut penser... L'originalité de la démarche, c'est que les 6 premiers OAV sortis en 1993 retracent la fin de cette partie de Jojo's, et la seconde de 7 épisodes le début. Les premiers épisodes sont ainsi techniquement aux gouts du jour tandis que les derniers ont pris un petit coup de vieux... Toutefois, que ce soit pour une moitié de la série ou l'autre, la qualité était grandiose pour l'époque, si bien que les OAV datant des années 2000 n'ont rien à envier à certaines productions actuelles. L'image est fluide, l'animation de qualité, et le travail des couleurs excellent en ce qui concerne les épisodes les plus récent ! Pour ces derniers, les couleurs sombres viennent renforcer la dimension obscure de cette partie du manga, là où les plus anciens épisodes jouent un peu trop avec les ambiances parfois flashy.
Du côté de la bande sonore, on plonge entièrement dans le mystère et l'angoisse du combat contre Dio... Le côté semi-horrifique du manga d'Araki est parfaitement retranscrit, ainsi que le cadre Égyptien où se déroule une grande partie de l'épopée. On notera aussi une qualité sonore particulière que l'on doit aux studios Skywalker qui, comme son nom l'indiquerait presque, n'est autre qu'une sous filiale de Lucas Films, le studio du papa de Star Wars. A grande série, grands noms !

Concernant l'histoire, si celle-ci n'est qu'une parcelle de l'immense saga d'Araki, il n'est pas essentiel d'avoir lu les deux précédentes parties avant d'attaquer cette série qui adapte la troisième. Si c'est un plus d'avoir lu la première partie afin de saisir le passé des Joestar et leur lutte face à Dio, celui qui entamerait la saga par cet anime ne sera pas perdu. En effet, l'originalité de cette troisième partie était d'introduire les Stand, les doubles psychiques de nos héros, qui sont ainsi entièrement expliqués. Le spectateur n'est pas lâché sauvagement dans cet univers, quelques explications et une séquence d'introduction montrant la bataille sur le bateau entre Jonathan et Dio permet de saisir le tragique passé de la lignée Joestar.
Si la série fut produite en deux temps, le contraste est simplement graphique et la narration ne souffre pas d'une rupture. Chaque épisode (ou parfois deux) narrent l'affrontement entre nos héros et un subalterne de Dio. Araki ayant usé (intelligemment) des ficelles classiques du shônen, certains ennemis deviennent des alliés, prêts à se rebeller face à leur ancien maître. Ces épisodes agissant seuls ou par binôme pour narrer un affrontement permet à chacun de progresser à son rythme dans le visionnage. Au final, ce n'est pas tant l'histoire qui poussera le spectateur à visionner l'épisode suivant mais bien l'intelligence des combats. En effet, il n'est pas question dans Jojo's d'affronter son prochain par le biais de coups de poings à tout va (sauf en ce qui concerne l'affrontement finale jouant plus sur le duel physique malgré l'utilisation des Stand). Dans les affrontements, le victorieux sera celui qui aura déjoué le Stand de son adversaire, qui l'aura analysé et compris des faiblesses en utilisant certes de son propre pouvoir, mais avant tout des éléments qui l'entourent... C'est cette intelligence des joutes, que l'on doit au génie d'Araki, qui fait la force de cette saga... mais pas que ! L'autre gros point fort de cette série est bien sa bande de héros qui n'a rien de conventionnelle.
Si dans la plupart des shônen nous observons le périple d'adolescent, souvent collégiens ou au mieux lycéens, la belle bande de musclés de Jojo's Bizarre Adventure n'a rien à envier à Kenshirô de l’œuvre de Buronson et Tetsuo Hara. Exception faite de Kakyôin et Iggy, les figures principales de ce récit sont de vrais colosses sur pattes. La virilité est de mise, mais de la bonne virilité ! Cet anime, tout comme la partie correspondante du manga, est une véritable ode à l'amitié virile. «Ce voyage nous aura apporté beaucoup», telle est l'une des répliques finales de Joseph Joestar et pour cause. Si seuls Joseph et Avdol sont liés par l'amitié au début de l’œuvre, les nouveaux venus étant plus distants, l'amitié dans le groupe ne fera que se renforcer au fur et à mesure des épisodes, à travers les épreuves traversées. Par l'erreur de l'un, la leçon de morale de l'autre ou l'union lors des combats, les six combattants présents deviendront de véritables frères liés par l'amitié et leur périple commun.

Concernant l'ambiance, les amateurs de séries de combat plus conventionnelles seront bien déroutés... Jojo's est une série à part : Les affrontement sont stratégiques et peuvent finir en bain de sang. S'il est rare dans ce genre de titres de voir des personnages principaux mourir, l'hécatombe des derniers épisodes vient renforcer la noirceur du récit, déjà marqué par l'abondance d'hémoglobines et par la malveillance des antagonistes...

Concernant l'édition, Déclic & Images a effectué un boulot remarquable. L'image est de très bonne qualité et l'édition propose une vostfr accompagnée d'une vf. Pour celle-ci, il faudrait être difficile pour ne pas applaudir les comédiens tant leur interprétation est bonne. Chaque voix et chaque jeu colle au personnage et l'adaptation permet de retranscrire l'amitié toujours grandissante dans le groupe. Et cerise sur le gâteau : les fameux « Ora ! Ora ! Ora ! » de Star Platinum, le Stand de Jôtaro, sont intégralement conservés !
Aussi, le packaging est à la hauteur de cette grande série... Le digipack de 5 DVD est glissé dans un fourreau en carton épais, les illustrations reprises pour le visuel du coffret et les rabats étant les artwork Japonais. Les quatre premières galettes contiennent les 13 OAV tandis que la dernière est garnie de nombreux bonus. Interview de l'équipe autour de l'anime, interview d'Araki lui-même sur sa vision de l'anime, bandes originales de la série, fiches explicatives... Est-ce utile de dire que l'éditeur vidéo a exécuté un boulot monstrueux afin de satisfaire le fan ? Ce coffret porte le titre de collector, et ce n'est pas pour rien !

Si ce premier anime de Jojo's Bizarre Adventure ne reprend qu'un morceau de la fresque éponyme, il constitue un excellent moyen pour appréhender la saga. Entre personnages débordant de charisme et liés par une amitié virile, combats époustouflants et intelligents, voyage initiatique et ambiance souvent obscure... Inutile de se demander pourquoi cette partie de la saga est souvent la plus appréciée. Si on ne retrouve pas le dessin d'Araki et la mise en scène grandiloquente de ce dernier, cette monture animée se dévore et constitue un très bon moyen de découvrir la troisième partie de la saga en attendant la réédition de Tonkam ! D'autant plus que l'excellente édition de Délic & Images est mariée à un rapport qualité/prix bluffant, le coffret étant trouvable pour moins d'une vingtaine d'euros... N'attendez plus, jetez-vous dessus ! Et aux fans de l'œuvre d'Araki qui n'auraient toujours pas visionné cette monture animée... Ora ! Ora ! Ora ! Ora !
   




commentaires

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS

Excellent article pour un anime tout simplement genial!!!!A voir absolument, on ne peut qu'etre captive par cette serie.
Dommage que l'article n'evoque pas la participation de grands noms de l'animation tel que Hayama Junichi (eleve de Suda Masami) au chara design et puis le regrette Kon Satoshi au 5eme episode de la premiere serie!

iriakun

De iriakun [42], le 27 Juillet 2012 à 10h43

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News