Underwater - Le village immergé - Actualité manga

Underwater - Le village immergé

Critique de la série manga

Publiée le Lundi, 30 May 2016

Ki-oon, coutumier de sélectionner ses titres avec soin, ajoute une nouvelle oeuvre poétique à sa collection « Latitudes » avec ce titre touchant qu'est Underwater, ne dérogeant pas à la règle de ladite collection !
L'auteure n'est pas forcément inconnue des lecteurs, bien que peu prolifique : elle est celle qui nous a permis de découvrir Mushishi, titre déjà envoûtant et empli de magie. A partir de là, on s'attend forcément à quelque chose dans la même veine, dans le même esprit...nous ne serons pas déçus !
Deux tomes seulement composent cette courte série de Yuki Urushibara, cela paraît peu, mais cela suffit à son auteur pour nous proposer un magnifique récit onirique où rêve et réalité se mélangent. Un seul regard sur les couvertures (bénéficiant d'un remarquable travail de l'éditeur) suffit à comprendre qu'il s'agit là d'une invitation à un remarquable voyage, empreint de poésie et de mélancolie.

Le Japon connaît une période de sécheresse importante, à tel point que la consommation d'eau est contrôlée. Pour Chinami qui est inscrite au club de natation, c'est un calvaire ! La piscine étant vide, pas moyen de s’entraîner correctement. Elle doit se contenter de faire des tours de terrain avec ses camarades sous la surveillance de leur entraîneur. Mais par une telle chaleur, un tel effort provoque un malaise chez la jeune fille qui perd connaissance. Lorsqu'elle se réveille, elle n'est plus sur le terrain de course, mais au bord d'un lac à l'eau cristalline. La tentation est trop forte, elle plonge...pour se réveiller sous la surveillance de ses camarades et de son entraîneur, inquiets pour elle… Sans doute était-ce un rêve.
Pourtant lorsqu'elle se rendort, elle retourne au bord de ce lac… Elle y fait la connaissance d'un jeune garçon prénommé Sumio qui sort de ce même lac. Il va l'emmener chez lui pour qu'elle fasse la connaissance de son père, un vieil homme du nom de Tatsumi. Après quelques allers-retours entre les deux mondes, le sien, son monde réel, et le monde de Sumio, sans doute un monde onirique, un monde dans lequel la pluie ne cesse jamais de tomber, elle va se rendre compte que le garçon et son père sont les derniers habitants du paisible village dans lequel ils se trouvent. Et pourtant des voix se font entendre...sans doute des fantômes.
Chinami va raconter ses étranges aventures à sa mère et à sa grand-mère, ce qui va provoquer des réactions étranges chez ces deux dernières… Elles semblent avoir connu le village ainsi que leurs deux habitants, mais à une autre époque !
Les trois générations de cette même famille vont alors se plonger dans le passé, se souvenir de ce village et de ses habitants, des bonheurs vécus en ce lieu, mais aussi ses malheurs et ses secrets...

On plonge très rapidement dans un univers envoûtant, contrastant avec celui proposé par l'auteure dans les toutes premières pages du premier tome : d'un monde de béton, surpeuplé en proie à la sécheresse, on passe à un monde verdoyant, humide, apaisant et ne comptant que deux habitants, et à l'instar de Chinami, on se laisse volontiers séduire par cet univers paisible et presque fantastique.
Cette histoire, bien que mettant en avant la jeune Chinami, n'est pas la sienne, le récit nous compte l'histoire de ce village et de ses divers habitants, elle ne sera au final qu'un élément déclencheur pour nous plonger dans le passé de ce fameux mystérieux village qui a réellement existé, mais dans un autre temps, un autre lieu… Il est le véritable rassembleur de tous ces personnages, il est au centre de toutes les préoccupations, de tous les souvenirs, de tous les questionnements. Ce même village qui est porteur de légendes, qui aura vu naître des conflits, des séparations...

Et l'eau va engloutir ce village, au sens propre comme au sens figuré, d’où le titre du manga, ainsi cette pluie incessante s'abattant en continu est un symbole, une métaphore d'un événement du passé qui ne nous sera dévoilé que plus tard. Et lorsque le voile se lève (lorsque l'eau s'échappe), le rêve disparaît, ce monde onirique est en proie à la disparition.

Si le titre possède bel et bien un caractère fantastique, ce n'est clairement pas ce qui domine. Certes, on voyage entre deux mondes, on voyage dans le temps, des esprits sont présents, un Dieu Dragon est évoqué, et même si ce dernier est absent, on assiste à des manifestations de ses pouvoirs...et pourtant, ce titre est avant tout un drame familial, un récit se centrant sur le destin tragique d'une famille qui a subi de dures épreuves qui résonnent encore à notre époque, allant jusqu'à atteindre la petite fille de ladite famille qui va devoir panser les blessures des siens.
Au fil des révélations, le lecteur comprendra le lien qui unit tous ces personnages, un lien fort qui aura des échos d'un monde à l'autre. Ainsi Urushibara nous livre un récit véritablement touchant, sans pour autant verser dans la démesure, elle nous propose une belle histoire tout en restant dans la sobriété, une histoire qui nous tirera quelques larmes tout en restant malgré tout optimiste ; et ce jusqu'à la dernière page.

Le travail de l'éditeur est une nouvelle fois de grande qualité, rien que le travail sur les couvertures est remarquable, avec ce relief agréable au toucher et renforçant le sentiment d'immersion...dans le récit, mais également sous l'eau.
L'adaptation est de qualité et on apprécie les traductions sans failles.

Underwater est un titre magnifique, qui nous fera voyager dans un monde pas si éloigné de ceux de Totoro ou de Chihiro, qui saura nous toucher sans trop en faire, qui nous fera rêver… un incontournable !


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
18.25/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

17.30,17.50

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News