King's Game Extreme - Actualité manga

King's Game Extreme

Critique de la série manga

Publiée le Jeudi, 14 January 2016

Véritable phénomène qui ne cesse de s'étendre, King's game est une série riche, pleine de surprises. D'abord adapté de romans japonais, le manga s'étend sur plusieurs séries courtes, mais intenses et prenantes !

Nous avons d'abord eu la chance de découvrir King's game premier du nom en cinq tomes passionnants, dés que cette dernière s'est terminée, nous avons pu découvrir King's game extreme (et avant encore de pouvoir lire King's game origin).

Suite directe de la première série, KGE vient combler les vides laissés à la fin de la série d'origine et personne ne s'en plaindra. Nous n’avons même pas eu le temps de la regretter étant donné que le premier tome de la seconde saison est sorti simultanément avec le dernier de King’s game…on ne peut pas être mieux servi que ça !



On était donc resté un peu sur notre faim avec la conclusion de King’s game qui n’en était pas vraiment une. On avait laissé Nobuaki en unique survivant, faisant le vœu d’oublier tout ça et de revenir dans un monde normal, on ne savait pas trop si les dernières pages nous montraient son vœu sous forme de rêve ou de fantasme ou s’il s’agissait de la réalité…une fin relativement peu satisfaisante donc, mais sans grande importance puisqu’il ne s’agissait pas réellement de la fin, la preuve en est de cette seconde série : King’game extreme !

La série commence plutôt paisiblement par la présentation de nouveaux élèves dans une autre classe dans un autre département…à ce stade on pense alors que nous allons revivre la même chose, mais avec de nouveaux personnages. On s’attend donc à une possible redondance, mais une approche différente peut être intéressante. Mais cette classe accueille un nouvel élève : Nobuaki Kanazawa ! Le même Nobuaki qui a déjà connu l’horreur une première fois ! Plus aucun doute n'est permis, KGE est bel et bien la suite directe de la première série, et non pas un quelconque dérivé ; la conclusion de cette dernière n’était bien qu’un rêve…tous ses camarades sont morts et il demeure le seul survivant du drame.



Un nouvel horizon s’offre alors au titre, avec de nouvelles perspectives ! On découvre un Nobuaki hanté par les événements qu’il a vécus (qui ne le serait pas ?) et qui refuse d’être approché par les autres, il se protège comme il peut et refuse de nouer tout contact avec autrui craignant que le drame qu’il a vécu se reproduise…ce qui bien entendu ne manquera pas d’arriver.

Il aura fallu attendre toute la première partie pour que Nobuaki soit développé et possède enfin une réelle personnalité travaillée et intéressante autre que « je veux sauver tout le monde ». On partage son malaise, ses craintes, ses angoisses…on le voit incapable de s’endormir avant minuit de crainte de recevoir un nouvel ordre du roi. Il est solitaire et ne souhaite pas se rapprocher des autres…mais il est tombé sur une classe où les élèves sont soudés et font tout pour l’intégrer. Il va finir par succomber à leurs avances et reprendre un semblant de vie normale.

Mais tout ceci ne peut pas durer et le cauchemar va recommencer ! Sa classe est à nouveau victime du jeu du roi et les morts vont alors s’enchaîner toujours plus violentes et toujours plus malsaines !

Dans un premier temps on redoute de revivre nous aussi la même chose, sans nouveauté apportée par rapport à la première série, d'autant que les premiers ordres du roi sont les mêmes ! Mais on va vite s'apercevoir qu'il n'en sera rien, l'auteur va nous prendre à contre-pied pour tout chambouler : tous les ordres de la première série seront donnés en même temps pour une confusion incroyable et un premier massacre qui va d'emblée réduire grandement le nombre d'élèves dans la classe...un véritable carnage.



Une tension incroyable va alors s'installer et elle ne redescendra pas jusqu'à la fin de cette seconde série, au cinquième tome qui se montrera d'une intensité redoutable : la folie, la sauvagerie, l'horreur...tout va se mêler jusqu'à un grand final dantesque !

La force de cette seconde série est justement là : outre le fait de réussir à nous surprendre, ce qui ne paraissait pas forcément évident, elle repousse encore les limites de l'horreur sans tomber pour autant dans le « too much » et la surenchère.

KGE est d'une violence psychologique extrême, et à ce niveau elle porte parfaitement bien son nom !

Seule la révélation ultime donnée à la toute fin de la série va venir gâcher la fête en proposant une explication qui n'aurait pas du être donnée car outre le fait de tuer le mystère elle est tout simplement ridicule.

Si l’approche narrative reste la même, le trait évolue puisque cette fois ce n’est plus Hitori Renda qui est au dessin, mais Renji Kuriyama. Le graphisme est moins fin, un peu plus grossier, mais reste très correct, le dessin fait encore plus shonen que précédemment.

La première série était surprenante et passionnante, la seconde se montre encore plus redoutable, plus malsaine et peut-être même mieux maîtrisée.

Si vous avez lu King's Game premier du nom, vous ne pouvez faire l’impasse sur King's game extreme !


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
16.1/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

17.00,15.00,14.00,14.00,16.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News