Guerre des mondes (la) - Actualité manga

Guerre des mondes (la)

Critique de la série manga

Publiée le Mardi, 12 July 2022

Qui n'a jamais entendu parler de "La guerre des mondes"? Cela fait parti de ces œuvres cultes que toutes les générations connaissent, et si pour certains ce titre ne fait référence qu'au film de 2005 avec Tom Cruise, il s'agit avant tout d'un roman du célèbre Herbert Georges Wells publié en 1898! Et là on ne parle pas de n'importe quel roman, il s'agit tout simplement du tout premier roman de science fiction opposant les humains à une race extra terrestre, il inspira par la suite de nombreux autres auteurs pour un concept qui n'a absolument plus rien d'original à notre époque!

Si le roman a défrayé la chronique en 1938 avec une adaptation radiophonique (les gens n'étant pas familiarisé avec les concepts de la science fiction, entendant ça à la radio, ils ont réellement cru que la Terre subissait une invasion extra-terrestre), il a également connu de très nombreuses adaptations, dont la plus récente n'est autre que le film évoqué précédemment avec Tom Cruise.

Mais forcément, ce qui va nous intéresser ici c'est son adaptation en manga!

Après les adaptations (plus que réussies) des nouvelles de Lovecraft, pas étonnant que les éditeurs Japonais s'intéressent aux grands classiques de la littérature de science fiction...et quoi de mieux que d'adapter le premier roman mettant en scène une guerre entre humains et martiens?

On trouve donc ici Sai Ihara au scénario et Hitotsu Yokoshima aux dessins pour cette adaptation qui ne compte que trois volumes!

Et c'est sans réelle surprise qu'on retrouve ce titre chez Ki-oon en France, après Lovecraft, dans une édition une nouvelle fois très travaillée!


Nous sommes en 1901, à la fin de l'ère Victorienne!

Un événement étrange survient dans le petit village de Maybury en Angleterre, non loin de Londres: un étrange météorite vient de s'écraser dans un champ et attire les badauds...mais ce météorite est bien singulier puisqu'il s'agit d'un cylindre métallique.

Un jeune photographe décide donc de se rendre sur les lieux mais va rapidement être témoin d'une horreur sans nom...un canon sort du cylindre et lance un mortel rayon qui extermine tout sur son passage, la puissance du rayon étant telle qu'elle est capable de rayer les montagnes de la carte!

L'armée est appelée en renfort mais se montrera totalement impuissante face à une telle menace disposant d'une si terrible force de frappe!

Le monde entier va alors connaître un drame similaire puisque de nombreux autres cylindres tombent également à la surface de la Terre!

Nous allons alors suivre le périple de ce jeune photographe qui va tenter, par tous les moyens, de survivre et de rejoindre Londres en espérant y retrouver sa femme encore en vie. Il croisera la route de plusieurs personnages, certains cédant à la folie, d'autres renonçant même à vivre...mais jusqu'au bout il ne baissera pas les bras!


Force est de constater que le récit de Wells, aussi passionnant pouvait il être à l'époque à malheureusement bien vieilli, et sur de nombreux points sur lesquels nous reviendront. Et si on ne peut nullement blâmer Wells qui a proposé à son époque un chef d’œuvre marquant les esprits, on peut blâmer les auteurs de ce manga qui ont choisi de l'adapter le plus fidèlement possible sans tenir compte de l'évolution des codes du genre. Par exemple le film avec Tom Cruise (pour y revenir une nouvelle fois) était une agréable adaptation qui transposait l'action à une époque contemporaine et évitait ainsi de donner au récit un air plus que daté.


Il est malgré tout intéressant de se replacer dans le contexte de l'époque pour ainsi trouver une humanité qui ne prend pas la mesure de la menace qui s'abat sur elle!

A l'ère d'internet, des réseaux sociaux et de l'information permanente, de tels événements seraient connus du monde entier en quelques minutes, mais ici alors que l'envahisseur extermine des dizaines d'humains, personne aux alentours n'est au courant de ce qui se passe, pire, les soldats qui interviennent prennent cela à la légère, pour n'être que plus facilement exterminés...jusqu'à ce que le bataillon suivant intervienne...en sous estimant la menace!

Il apparaît donc difficile pour le lecteur contemporain d'appréhender une telle situation, mais à ce niveau l'ambiance est bien rendue et joue son rôle!

Dans le même ordre d'idée, la technologie de 1901 n'a rien à voir avec celle qui est la nôtre aujourd’hui, d'où une humanité totalement impuissante dans une guerre qui les dépasse! Mais cela, on pouvait aussi le transposer à une époque plus récente.


Ce qui pose vraiment problème c'est de nous vendre cette menace comme martienne, alors que maintenant on sait tous ce qu'il en est, à l'heure où l'homme entame une potentielle colonisation d'une planète Mars sans vie.

Au regard de l'époque Mars semblait évidemment inaccessible et les connaissances scientifiques ignoraient l'absence de vie sur cette planète, mais le récit apparaît d'autant plus dépassé maintenant, et pour ma part cela m'a quelque peu gêné dans la lecture, alors qu'il suffisait de gommer ce détail pour cette adaptation et ne pas mentionner la potentielle planète des envahisseurs...après tout l'inconnu s'avère bien plus angoissant que le connu, surtout s'il est désuet. D'autant que le titre de l’œuvre ne fait pas référence à la provenance de l'ennemi; on nous parle de guerre des mondes mais ce monde ennemi aurait très bien pu un autre que Mars sans que cela ne choque personne.


Outre ces problèmes liés à une adaptation trop fidèle rendant le titre trop daté, on a également des personnages avec des réactions qu'on ne comprend pas et qui par conséquent ne contribuent pas à nous permettre de rentrer dans l’œuvre. Par exemple, notre héros, alors qu'il est témoin du premier massacre (et qu'il a la chance d'en réchapper), il rentre tranquillement chez lui, mange calmement avec sa femme et décide sans stress de retourner photographier tout ça le lendemain! J'ignore comment c'était raconté dans le roman de Wells, mais là ça apparaît au mieux incohérent au pire ridicule.


La suite du récit va se concentrer sur la survie d'abord d'un petit groupe de personnages puis de notre héros seul. Et à ce niveau, on se rend compte que Walking Dead n'a rien inventé, le danger vient des autres et pas uniquement les envahisseurs mais également les humains. Ils sont nombreux à perdre pied et dans un monde où les règles ne semblent plus avoir lieu d'être, chaque personne qu'on rencontre devient un danger potentiel.

On a droit à une approche intéressante de ce à quoi les personnages se raccrochent: l'espoir de retrouver des proches, la foi, les anciennes règles...et tout ceci pouvant être détourné...

Malheureusement cet aspect n'est pas assez développé et n'est traité qu'en surface alors qu'il aurait été particulièrement pertinent de le développer davantage.


Graphiquement c'est assez inégal: si la vision des tripodes, les célèbres envahisseurs qui ont eu autant de designs que d’adaptations, est intéressante, plus organique que métallique, renforçant l'idée qu'il y a bel et bien une race belliqueuse derrière cette attaque, pour le reste le dessin est assez pauvre, en particulier pour les personnages et leurs visages! C'est bien simple les premières fois qu'on découvre le protagoniste ouvrant la bouche, étant donné que le dessinateur ne dessine pas celle ci complètement, on a l'impression qu'il a des filets de sang qui coulent sur les joues (difficile à décrire, il faut le voir).


Si le titre en lui même est culte cette adaptation qui apparaît désuète se montre bien décevante. Le traitement des thèmes secondaires est trop rapide, les personnages ne se montrent pas spécialement attachants et on a bien du mal à rentrer dans ce récit qui a bien vieilli.


Par contre Ki-oon de son coté fait une nouvelle fois un remarquable travail avec notamment une couverture rigide renforçant l'aspect de vieux livre. Le papier est épais et de qualité, donnant faussement l'illusion que le volume est relativement épais alors qu'il se lit très rapidement.


Une lecture certes intéressante mais qui (et c'est paradoxale) ne révolutionnera pas le genre!


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
12.33/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

14.00,12.00,13.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News