Tokyo ghoul Vol.11

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 07 September 2015

Dans le repère du docteur Kano, les goules et les inspecteurs du CCG se livrent une bataille sans merci. Les quelques membres d’Aogiri se sont temporairement associés à Shû, alias le Gourmet, alors que Juzo affronte les jumelles Shiro et Kuro à travers des retrouvailles fracassantes. Mais le plus inquiétant reste Ken : dénué de toute raison, ce dernier entame un combat sanglant contre l’inspecteur Shinohara…

Sui Ishida est  particulièrement talentueux lorsqu’il s’agit de traiter ses personnages, de leur imposer une bataille contre eux même et particulièrement lorsqu’il s’agit d’utiliser des excès de folie. Une fois encore, la rage et la démesure de Ken font l’objet d’une grande partie de ce tome, mais quelle partie ! On savait que les progrès du protagoniste étaient incroyables à tel point que c’en devenait gênant. Mais de manière habile, l’auteur justifie le power-up du héros tout en l’approfondissant davantage et en développant les spécificités des goules. Plus qu’un nouveau leader, Ken apparaît alors comme une victime de sa propre force, à tel point qu’on compatit volontiers pour le sort de Ken qui n’a jamais demandé tant de désarroi.
L’inspecteur Amon n’est pas avare en développement lui non plus, ce dernier étant même le membre du CCG le plus passionnant à suivre grâce à sa détermination en permanence montante et ses doutes récurrents  quant au comportement de Ken.

L’histoire se focalise ainsi sur les différents développements des personnages plus que sur le scénario qui fait du surplace le temps de ce tome. Maintenant que le docteur Kano s’est montré au grand jour, les enjeux seront différents et il faut d’abord préparer les acteurs principaux de l’histoire au devenir de la série. Ainsi, les personnages les plus secondaires se voient fouillés et profondément humanisés. Les ambitions de chacun font l’objet de l’intrigue de ce onzième opus si bien que tous ces traitements donnent un rythme et une intensité dramatique au récit. Les phases plus calmes n’en deviennent que plus passionnantes, une aubaine sachant que l’action risque de redoubler d’intensité à tout moment. Ce que l’on retient alors est bien la brochette de personnages attachants offerts par la série, sauf peut-être pour Juzo qui s’apparente beaucoup trop à la caricature du psychopathe sans une once d’humanité.

La bataille entre goules et humains fait retentir les déterminations de chacun, et l’histoire semble progressivement se diriger vers une nouvelle phase. Mi-action et mi-retour au calme, ce tome n’en reste pas moins très éprouvant pour tout ce qu’il apporte. Maintenant que le sort du docteur Kano est scellé, on est curieux de découvrir la prochaine étape de la quête de Ken, un héros qui reste particulièrement attachant.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News