To Your Eternity Vol.6 - Actualité manga

To Your Eternity Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 16 Mai 2018

Imm s'est rapproché de la jeune Tonali et de son groupe, a retrouvé l'endroit où Piolan est retenue prisonnière, et a passé avec succès toutes les manches du tournoi. Pour libérer Piolan, Tonali et les autres enfants de l'île-prison, il ne lui restait donc plus qu'à s'imposer en finale avant de pouvoir quitter Jananda... mais en ultime adversaire, il ne s'attendait pas à retrouver face à lui Hayase, la meurtrière de March et plus récemment de Palona. Sentant la colère, la rage, la haine s'emparer de lui, Imm s'est alors laissé emporter et a été vaincu, à grande dam de Tonali. Mais Hayase se fiche bien de devenir chef de Jananda: tout ce qu'elle veut, c'est posséder Imm, qu'elle a poursuivi pendant longtemps. Et pour ça, elle l'endort, l'enlève, et fait de lui son prisonnier... Mais Tonali et ses jeunes acolytes ne l'entendent pas ainsi !


Le tout début du volume s'ouvre fort logiquement sur le choix de Tonali et de ses compagnons de libérer Imm. En réalité, ce passage ne dure pas longtemps, car avec ses capacités, Imm a tout ce qu'il faut pour pouvoir s'échapper seul. Mais ces premières pages confirment bien tout le bon fond et l'évolution de Tonali, réellement désireuse de sauver celui qui lui a fait miroiter de nouvelles choses. Et quand des knockers assez particuliers attaquent à nouveau, cette attachante jeune fille de caractère confirmera encore plus tout ça. Elle a eu des rêves déçus, à commencer par ce qui la lie encore à ses parents, mais l'heure est venue pour elle de s'en forger de nouveau. Elle a décidé d'écrire sa propre histoire, et pour cela elle peut bien y ajouter un chapitre imprévu...


Une bonne partie du volume alors mettre en scène l'affrontement contre la nouvelle forme de knocker, capable de se "multiplier" en s'emparant de corps humains. Une menace rendue assez intense ici par Yoshitoki Oima, qui cette fois-ci découpe assez bien les petits moments d'action et exploite des décors beaucoup plus immersifs que dans le précédent volume. Mais l'action ne reste qu'un prétexte pour que la mangaka continue de développer son propos, et pour ça elle exploite bien la plupart des principaux personnages de cet arc, que ce soit Tonali, ses jeunes amis, ou même une Hayase qui fait plus que jamais office d'électron libre, amoureuse d'Imm à la folie et prête à tout pour se l'accaparer. Il y aura d'inévitables drames, d'une profonde cruauté et pouvant difficilement laisser indifférents, mais au bout de l'éprouvant combat il y aura peut-être aussi l'espoir d'un avenir meilleur et à bâtir pour certains personnages. Et Imm, dans tout ça, comment évoluera-t-il encore face à l'adversité ? Saura-t-il accepter l'aide de ceux qu'il cherche justement à sauver ? Arrivera-t-il enfin, justement, à sauver quelqu'un, lui qui a déjà vu mourir tant d'êtres "par sa faute" ? Pire, pourra-t-il se résoudre, au contraire, à tuer quelqu'un en toute conscience ? Et si ces deux questions s'entremêlaient, quel choix devrait-il faire ?


On ressent très bien à quel point notre héros continue d'évoluer, dans son acquisition des sentiments humains, dans sa conscience de lui-même et de son entourage, dans ses liens avec les gens qu'il aime ou qu'il déteste... et une fois l'arc de Jananda refermé, la toute fin du tome vient encore nous le montrer. Pour sauver ceux qu'il aime, doit-il s'en éloigner, lui qui attire les knockers ? Mais ceux qu'il aime et qui l'aiment en retour peuvent-ils être heureux et simplement sourire s'il n'est pas là ? A cela s'ajoute une autre condition humaine: la vieillesse et la mort naturelle, qu'Oima expose avec une émotion qui n'en fait pas trop, et le tout semble alors conclure toute une première grande partie dans la série.


En filigranes, tout au long du tome, par bribes, la mangaka continue aussi d'accentuer les interrogations sur l'être noir aiguillant Imm. Est-ce un dieu ? Un démon ? Quel est son but ?


Au bout du compte, Yoshitoki Oima touche à nouveau là où il faut, propose nombre de moments forts et poursuit sans faillir le parcours initiatique tantôt beau tantôt cruel de son entité immortelle, de plus en plus humaine.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News