Ranma 1/2 - Edition Originale Vol.4 - Actualité manga

Ranma 1/2 - Edition Originale Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 06 Juin 2018

Critique 2


Ranma affronte une nouvelle fois son rival Ryoga, mais chacun d'entre eux a subi un entraînement et possède de nouvelles techniques hors normes. Si le combat est intense, Ranma n'est pas au bout de ses peines puisque de nombreuses oppositions l'attendent dans des compétitions toutes plus farfelues les unes que les autres... Mais une terrible menace plane sur tout le clan de Ranma, un terrible monstre vient de se réveiller, et il se dirige inexorablement vers nos héros! 


Résumé comme ça cela pourrait presque faire peur...mais le titre de Rumiko Takahashi est toujours aussi fun et amusant, toujours aussi délirant et déjanté, chaque chapitre apporte son lot d'humour et de récit qui certes frôle avec le n'importe quoi, mais qui fonctionne systématiquement à merveille! 


On passe rapidement sur l'affrontement entre Ranma et Ryoga, un de plus, et qui ne sera pas le dernier... Les deux protagonistes ont certes progressé, mais le résultat demeure le même! Le combat pourrait presque apparaître trop sérieux au vu des enjeux, mais c'est sans compter la dédramatisation finale qui fera bien rire le lecteur! 


S'ensuit une succession de récits courts tenant sur un unique chapitre, avec des affrontements tous plus loufoques les uns que les autres, des compétitions inédites vraiment très amusantes: une cérémonie du thé martiale, un duel de livreur de nouilles martiales, un battle royale de théâtre...c'est vraiment du grand n'importe quoi, il apparaît qu'il suffit à l'auteure de rajouter "martiale" à la suite de n'importe quel art, pratique ou discipline, à l'image du patin à glace dans les premiers tomes pour nous offrir des affrontements comiques variés et amusants! 


Et que dire de l'adversaire de Ranma durant son duel de cérémonie de thé, une jeune femme devant épouser un excentrique...le fou rire est garanti lorsqu'on découvre la dite "jeune femme"! 


Mais tout ceci ne sert que d’amuse-gueules au véritable grand événement de ce tome, l'arrivée d'un personnage haut en couleur qui tiendra une place importante dans la suite: Happosai le vieux pervers! 


Il fait grandement penser à Kame Senin (Tortue Géniale) en plus pervers et en plus redoutable! Il va occuper une grande partie du tome à l'instar de la grand-mère de Shampoo dans le tome précédent...Takahashi laissant une place importante aux ancêtres, porteurs de traditions et garant des techniques ancestrales, aussi loufoques soient ces techniques! 


Un tome toujours aussi plaisant, qu'on lit avec toujours autant de plaisir, et si déjà la recette commence à devenir redondante, cela fonctionne toujours aussi bien malgré tout! 


Critique 1


En montagne, sous l'entraînement (trop) intensif de l'aïeule de Shampoo, Ryôga semble avoir acquis une nouvelle redoutable technique, peut-être apte à venir à bout de Ranma ! "Pitchoun" tient-il enfin sa revanche sur notre héros ? Réponse dans un tout début de 4ème volume qui achève assez vite cette partie entamée dans le tome précédent, et avec une certaine réussite grâce à l'humour décalé de Rumiko Takahashi. La technique de désintégration est-elle efficace sur des humains ?


La mangaka aime exploiter l'aspect martial de son oeuvre pour offrir des techniques abracadabrantes, la désintégration et son entraînement improbable en étaient encore de beaux exemples... et pendant toute la première partie de ce volume, sur environ 130 pages Takahashi va continuer de jouer beaucoup sur cet aspect ! Cela aurait pu lasser, si l'autrice ne restait pas si inventive dans le grotesque. Ainsi, en proposant en toile de fond une affaire de mariage où Ranma et Akané se retrouvent mêlés, puis une course opposant plusieurs personnages de la série, elle nous offre les invraisemblables cérémonie du thé martiale et livraison de ramen martiale, qui donnent lieu à ces situations extravagantes et farfelues dont elle a le secret. Rythme, rebondissement et surtout humour s'y mêlent toujours aussi bien.


Puis au bout de 130 pages, c'est un nouveau danger, plus coriace, qui débarque. Du fin fond de la montagne où il était emprisonné, le mal se réveille... et il a l'allure d'un petit vieux rabougri. Celles et ceux qui découvriraient la série avec cette édition n'ont pas fini de s'amuser devant les frasques de Happosai. Maître de Soun et de Genma, venant s'incruster dans la demeure de Tendô, le vieillard minuscule est pourtant un redoutable pratiquant d'arts martiaux, et même Ranma en fera les frais. Mieux vaut ne pas le contrarier, surtout quand il s'adonne à sa principale passion: jouer les satyres. Maître pervers devant l'Eternel, le vieil homme invincible et à l'espérance de vie folle n'aime rien de plus que de voler des sous-vêtements de jeunes filles, les peloter, les prendre en photos à leur insu... mais du coup, ne serait-ce pas là son point faible ? L'entrée en scène de Happosai est réussie, car très vite elle joue sur les différents aspects de ce personnage truculent: son invincibilité aux arts martiaux, sa perversité, son physique rabougri... sans oublier son passé en tant que maître de Genma et Soun, qui tend à montrer à nouveau que les adultes de la série sont souvent détestables ou pathétiques: Happosia avait plus des allures de tortionnaire que de maître, Soun et Genma n'ont pas hésité à profiter de la moindre occasion pour essayer de se débarrasser de ce vieillard, quand il refait son apparition tous deux s'écrasent immédiatement... Une chose est sûre: en occupant le premier plan pendant quelques chapitres et environ 110 pages, Happosai offre déjà beaucoup de très bons moments, ne serait-ce que le passage assez "épique" dans les bains, où transformations, perversité et situation gênante et cocasse sont bien au rendez-vous.


Une fois ce nouveau personnage emblématique de la série bien intégré, Takahashi poursuit plutôt à bon rythme les choses dans la dernière partie du tome. Entre autres, on suivra Ranma contraint d'avoir un rendez-vous avec Shampoo pour récupérer une soi-disant poudre qui pourrait le retransformer en garçon pendant qu'Akane doit affronter seule un colossal voleur de pancartes. Puis s'entame, en fin de volume, une improbable pièce de théâtre où c'est la guerre entre garçons pour savoir qui jouera le mieux Roméo auprès d'une Juliette incarnée par Akane... La reprise de la pièce de Shakespeare part des joyeusement en vrille, et on a hâte de (re)découvrir la suite ! En attendant, dans ces derniers chapitres la mangaka joue également bien sur quelques ambiguïtés sentimentales: quand Ranma montre la volonté de lui venir en aide face au voleur de pancartes, ou quand il se retrouve à jouer les Roméo, la jeune Tendô pourrait montrer brièvement un peu de douceur... avant que tout parte encore en cacahuète, bien sûr !


Cette fois-ci, les quelques pages bonus (présentation de personnage et interview de Takahashi) mettent à l'honneur, très logiquement, le nouveau venu du tome, Happosai. Au programme, quelques petits détails très sympathiques à découvrir.


La série continue de se renouveler, Happosai apporte à son tour un bon petit coup de boost, et l'humour inimitable de la mangaka fonctionne toujours.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News