Petits vélos (les) Vol.10 - Manga

Petits vélos (les) Vol.10

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 27 Juillet 2022

Après 8 années de parution, le manga Les Petits Vélos s'est achevé au Japon en mars dernier avec la publication de son 10e et dernier volume, et l'oeuvre de Keiko Koyama n'a donc pas tardé à suivre le même chemin dans notre pays, Komikku ayant pu proposer cet ultime opus dans notre langue dès le mois de juin. Lancée en France en octobre 2016, l'oeuvre est très loin de faire partie des succès de l'éditeur en terme de ventes, de par son sujet, son concept animalier et son style visuel qui la condamnaient d'emblée à toucher, tout au plus, une niche avant tout. Alors malgré quelques tournures de phrases très poussives dans la traduction de ce tome, on remerciera avant tout Komikku d'être allé au bout de la série, qui plus est en évitant de rallonger inutilement le rythme à la fin. Espérons que certaines autres séries très ciblées, en tête la très chouette œuvre Yako & Poko, pourront désormais suivre le même chemin en faisant leur retour !

Les petites péripéties de Véloutre, de Yoko et des autres ont beau s'achever avec ce volume, dans un premier temps il n'est pas question pour l'autrice de changer sa sympathique petite recette, globalement faite de petits chapitres indépendants qui mettent en avant, tour à tour, divers petits éléments « techniques » sur le cyclisme (vélo d'intérieur, compétitions dont le Tour de France, plaisir simple de flâner sur son deux roues, utilité professionnelle...), les bienfaits de cette passion (pour la santé, mais aussi pour nouer des liens, ou même pour gagner en confiance en soi comme c'est le cas pour l'adorable Lapinette), les activités de notre petite loutre de caractère au Strade Bianche en compagnie de son désormais vaste entourage, ou bien sûr les relations nouant certains d'entre eux.

Et ces relations sont précisément parmi les éléments moteurs des derniers chapitres. Tout en n'oubliant jamais de garder le vélo au centre de son récit, Keiko Koyama parvient efficacement à évoquer des choses comme l'évolution de Bouquetin auprès d'Alpaga Touffu vers le cyclisme professionnel, le désir du jeune garçon d'être suffisamment digne de Yoko pour li déclarer sa flamme, et évidemment la possible relation entre Véloutre et Isabelle, les deux loutres nous offrant plus d'un moment mignon dans ce tome ! Tout le talent de l'autrice étant de savoir s'arrêter au bon moment, en nous laissant simplement deviner l'évolution logique de ces relations, tout en cristallisant la place à part de Strade Bianche à la fois en tant que magasin-café, que lieu de passion et que lieu de rencontres.

C'est donc un bon 16/20 qui est donné à ce tome, en vue de récompenser comme il se doit une série qui, tout au long de ses dix volumes, aura développé un charme bien à elle. Tranche de vie atypique et des plus agréables, Les Petits Vélos a, en réalité, de quoi toucher bien au-delà des amateurs de cyclisme, de par sa tonalité plutôt simple et rafraîchissante.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
16 20
Note de la rédaction