Maître des livres (le) Vol.12 - Manga

Maître des livres (le) Vol.12

Rédaction
Lecteurs
16 /20

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 14 Février 2018

Dans le tome précédent, le focus sur Shôta permettait à Umiharu Shinohara, en filigranes, de commencer un petit topo sur les fonctions de professeur-documentaliste et de bibliothécaire scolaire. Après avoir préparé un peu le terrain là-dessus, Shinohara choisit ci le bon moment pour l'approfondir ! En effet, voilà que l'école primaire de Shôta accueille une nouvelle enseignante... Enseignante ? Pas tout à fait, car la jeune et belle Ayako Ebihara n'a aucun diplôme d'enseignement, et arrive au sein de l'établissement scolaire pour s'occuper le la bibliothèque scolaire. Aidée par la professeure-documentaliste Mme Tôdô, par Shôta et Mana, mais aussi par Yûya qui a un peu le béguin pour elle, la jeune femme prend ses fonctions avec réussite auprès des enfants qui, enfin, se mettent à fréquenter plus assidûment la bibliothèque scolaire ! Il faut dire qu'Ebi (comme elle est vite surnommée par les enfants) met beaucoup de sérieux dans son rôle, et que, grâce à sa gentillesse et à son professionnalisme, elle est rapidement appréciée. Pourtant, la jeune femme semble cacher certaines douleurs passées, liées à son précédent poste, et certains contacts avec le corps enseignant pourraient rappeler à sa mémoire ces moments douloureux...


Que l'on se rassure, Mikoshiba et les autres employés de la Rose trémière sont tout de même présents dans cette nouvelle histoire qui occupe les trois quarts du tome (ce qui en fait l'une des plus longues de la série à ce jour), et ils auront un vrai rôle à jouer auprès d'Ebihara. Mais cette fois-ci, l'auteur s'écarte pas mal du cadre de la bibliothèque pour enfants, afin de mettre en avant un autre endroit indispensable pour présenter la lecture aux plus jeunes. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Shinohara s'écarte un peu de la Rose trémière, on se souvient notamment de la librairie où travaille Isaki.


Ici, le mangaka propose donc un focus sur la bibliothèque scolaire et sur le travail de bibliothécaire scolaire, à travers une nouvelle venue qui séduit très facilement. Au-delà de son joli minois, Ebihara affiche un sérieux dans son travail et une vraie passion qui la rendent tout de suite attachante. Et même si sa petite histoire est finalement assez classique et se conclut sans gros problèmes, l'ensemble a vraiment pour mérite de bien évoquer de nombreuses spécificités et difficultés de son travail, qui peut paraître à part dans un cadre où tous les autres adultes sont enseignants, mais qui se révèle indispensable sur bien des points. Qu'il s'agisse de trouver des lectures à même de stimuler les enfants, d'orienter leurs recherches dans le cadre scolaire, de préparer les choses en dehors des heures de travail, de gérer les relations avec les bibliothèques locales ou surtout avec les enseignants, on a droit à un contenu riche qui fait bien comprendre que le rôle de bibliothécaire scolaire ne se limite pas du tout à commander des livres quand les enseignants en ont besoin.


Quant à la fin du volume, après un petit chapitre intéressant, car mettant un peu en avant Nagano, elle entame une nouvelle partie qui s'annonce plutôt intéressante.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs