Lil' Berry Vol.1 - Actualité manga

Lil' Berry Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 25 June 2019

Voici déjà un bon paquet d'années que la culture manga imprègne une nouvelle génération d'artistes qui cherchent, avec des hauts ou des bas, à en reprendre les codes et spécificités avec plus ou moins d'originalité. Certaines oeuvres, comme Dreamland de Reno Lemaire ou Radiant de Tony Valente, ont assurément contribué à offrir de la visibilité à ces "mangas à la française", si bien que les titres manga dessinés par des auteurs français ou plus largement occidentaux sont désormais monnaie courante. Un éditeur, H2T, s'est même spécialisé sur ce créneau ces dernières années. Et du côté des éditions Delcourt/Tonkam et plus généralement Delcourt, cela fait longtemps que l'on s'y essaie de temps à autre: on se souvient de Pink Diary débarqué en 2006, ou de Loa en 2014. En cette année 2019, l'éditeur remet le couvert en laissant sa chance à Lil' Berry, tout premier manga (et toute première BD de manière générale) de Jeronimo Cejudo, qu'il dessine sur un scénario de Fabien Dalmasso, un auteur bien connu pour avoir travaillé chez le même éditeur sur Les Mythics, Reflets d'acide ou encore Stimpop.

Dans Lil' Berry, tout commence par l'arrivée, en pleine forêt montagneuse, de Raust, un homme recherchant pour une raison précise un vieillard du nom de Jio. Ce qu'il ne sait pas encore en cet instant, c'est que ce vieil homme vit non loin de là, en pleine nature, en ermite avec une jeune fille du nom de Baie, présentée comme sa petite-fille. D'un naturel jovial et naïf, Baie méconnaît tout du monde, car comme le lui a enseigné son grand-père, elle n'est jamais sortie de la forêt. Mais cette enfant semble cacher un étonnant secret: d'incroyables pouvoirs naturels, qui grandissent doucement mais sûrement en elle loin du regard des hommes. C'est ainsi qu'entre les entraînement au tai chi pour apprendre à se maîtriser, ou le sauvetage des animaux de la forêt quand ils sont en danger, la fillette continue de se renforcer dans la plus totale insouciance, sans se douter que ses capacités incroyables recèlent peut-être un mystère... Mais son quotidien est amené à basculer avec l'arrivée de Raust, chasseur de primes se confrontant à Jio. Quand, un beau matin, elle se réveille comme d'habitude, Baie ne trouve plus son grand-père... A-t-il été enlevé par Raust ? A vrai dire, ce dernier se réveille lui-même après avoir été battu, en ne se souvenant de rien... Qu'est donc devenu Jio ? Pour le retrouver, Baie, suivie de loin par Raust, sort de sa tanière, de sa forêt, pour une aventure qu'il l'emmènera peut-être encore plus loin qu'elle ne le pense.

Une héroïne naïve, ne connaissant rien du monde, mais en même temps très spontanée et bourrée de caractère si bien qu'elle va toujours de l'avant. Un début d'aventure qui va la pousser à la découverte du monde, à la rencontre de méchants mais aussi d'autre personnages qu'elle considérera très vite comme ses amis. Une force colossale qui réside en elle et qui est entourée de mystère. Plusieurs petites énigmes autour des origines de cette fillette recueillie autrefois par Jio, du passif de ce dernier, de celui de Raust, et plus encore. Des visages secondaires parfois truculents, comme la sorcière Bomba Fatima qui tente de cacher son corps de petite vieille pour appâter les hommes. Etc, etc. Pas de doute: avec Lil' Berry, nous voici plongés d'emblée dans du shônen d'aventure pur jus, sans doute le registre le plus représenté dans le manga français avec des titres comme Dreamland ou plus récemment le très sympathique Tinta Run. Dans le déroulement des choses et dans la légère exubérance de certains personnages, puis plus encore dans la personnalité de la très attachante Baie, on peut facilement discerner les influences de shônen cultes et hyper populaires comme Dragon Ball et One Piece, voire une sorte d'hommage à leurs héros Son Goku et Luffy. Dans ce registre surreprésenté, on se demande pour l'instant si Lil' Berry sortira plus profondément de son statut d'"hommage", ce qui ne serait pas forcément un mal tant le scénariste arrive à distiller des petites parts de mystères intrigantes, un vrai parfum d'aventure, ainsi que quelques petites touches assez originales. En tête, le fait que Baie évite de frapper ses adversaires, car les coups qu'elle donne se répercutent aussi sur elle. Le scénario reste pourtant très classique pour le moment dans l'ensemble, mais il est rythmé et efficace, d'autant plus qu'il est porté par les planches réellement ravissantes de Jeronimo Cejudo, artiste que l'on se plaît beaucoup à découvrir ici. Soignant beaucoup ses personnages qui sont très expressifs et paraissent très souvent en mouvement, le dessinateur peut aussi compter sur un sacré talent au niveau de l'encrage, du design des personnages et des créatures, des tenues vestimentaires aux influences semblant assez diverses (pas mal de Chine pour Baie ou Jio), des angles de vue cherchant souvent le mouvement, ou des décors. Ce dernier point peut, à différentes reprises, être assez impressionnant, car en plus d'offrir des cases paraissant rarement vides tant les fonds sont très présents, Cejudo trouve des designs tantôt immersifs (comme la forêt, dense) tantôt assez originaux (comme l'architecture du palais de Potato). Tout ceci, le dessinateur l'enrichit pas mal à coups de traits voire parfois de hachures qu'il semble souvent préférer aux trames plus standard.

Le premier cycle de la série et prévu pour compter 3 volumes, et comme souvent avec ce type de projet on peut imaginer que si le succès est au rendez-vous d'autres cycles pourraient voir le jour. En attendant, Lil' Berry s'offre une entrée en matière globalement très classique dans le registre du shônen d'aventure, mais en même temps assez séduisante et efficace, grâce à quelques bonnes idées, à des personnages réussis, à un sens du rythme bien présent, et à un dessin regorgeant de qualités.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News