Iruma à l’école des démons Vol.3 - Actualité manga

Iruma à l’école des démons Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 20 November 2020

Sa discussion avec Amélie, la présidente du conseil des élèves, a fait tilte chez Iruma : Le jeune homme ne connait pas vraiment ses ambitions, d'autant plus dans ce monde dans lequel il ne se sent pas toujours à sa place. Dans cette optique, il entreprend de grimper les échelons, et parvient ainsi à se hisser au rang Beth. A peine une épreuve honorée, voilà que d'autres festivités attendent notre héros : Le recrutement des Batora, équivalents des clubs japonais, mais dans des optiques plus démoniaques ! Pour Iruma, il sera important de choisir son groupe, car celui-ci peut être synonyme d'ascension dans la hiérarchie des enfers...

Notre tête d'affiche s'étant hissée au deuxième rang de la société démoniaques, on peut affirmer qu'Iruma à l'école des démons progresse sur un chemin précis, et ne se contente pas d'une routine forgée par une accumulation d'histoires annexes. Ainsi, ce troisième tome intègre une nouvelle progression marquée par l'entrée en scène des Batora, autrement dit les clubs scolaires. Une idée classique, mais ça serait sous-estimer Osamu Nishi de penser qu'il se laisse aller à la facilité. Aussi, son adaptation de cette mécaniques à son univers se fait particulièrement bien, suivant certes un schéma assez convenu, mais permettant à la série de poursuivre sur sa bonne lancée. Voilà qui permet l'introduction d'un nouveau personnage Kiriwo, présenté comme un équivalent du protagoniste pour l'absence de magie chez lui. L'idée est bonne, et pourrait ouvrir le terrain à toutes sortes de développements à l'avenir.

La dimension comédie scolaire d'Iruma continue donc de se développer à bon train, aidé par les habituelles interactions réussies entre les différents personnages, et de bonnes touches d'humour utilisant l'univers et le casting à bon escient. Le premier chapitre de ce tome, assez indépendant puisqu'il narre à lui seul une histoire autour de Clara, en est un bon exemple. Ici, le mangaka aurait pu tomber dans le piège de la comédie aguicheuse de mauvais goût, mais il nous prend justement à contrepied pour utiliser l'innocence de la demoiselle comme atout humoristique. C'est particulièrement percutant, et ce sont bien ces notes d'humour barrées qui continuent de faire mouche.

Enfin, si la légèreté est l'une des facettes déterminantes de la série, c'est tout un pan plus sérieux de l’œuvre qu'amène peu à peu ce troisième tome. La grande hiérarchie du monde démoniaque se fait encore plus appuyée, et l'auteur s'en sert efficacement pour introduire ce qui pourrait être un complot, et donc un arc scénaristique plus ambitieux et sombre (à l'échelle du manga, bien entendu). Si certains événements du volume nous mettent la puce à l'oreille, les dernières pages confirment la chose. La série prend alors une autre facette, peut-être plus convenue, mais nous laisse tout de même sur une surprise qui donne envie de découvrir la suite. L'un des enjeux sera le traitement de cette intrigue via la patte de l'auteur, ce qu'on peut avoir hâte de découvrir.

Il en résulte alors un troisième tome fidèle à l'identité de la série, drôle et prenant, et qui sait capter notre intérêt par de petits développements, et même une certaine manière de faire basculer le ton du titre. Le manga d'Osamu Nishi partira-t-il dans du trop classique dans l'opus suivant ? C'est une question qu'on se pose, et qui nous restera en tête jusqu'à la découverte du quatrième tome.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News