Ile des téméraires (l') Vol.9 - Actualité manga

Ile des téméraires (l') Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 01 November 2018

L'île des téméraires est un manga qui aura connu quelques aléas dans sa parution, au Japon et donc aussi en France, ainsi ce neuvième et dernier volume nous arrive-t-il plus de deux ans après le précédent ! Mais au vu de la rigueur offerte par l'auteur Syuho Sato autant dans ses dessins que dans ses références historiques sur un épisode méconnu de la Guerre du Pacifique, cela peut se comprendre.

Le commandant du sous-marin I-53 a été grièvement touché par une attaque, et l'heure est venue pour ses hommes de riposter. Alors que le sous-marin, touché par des mines américaines, est endommagé, Watanabe propose de sacrifier deux kaiten pour laisser croire à l'ennemi qu'ils ont été coulés. Et cela, pour mieux permettre à Watanabe, derrière, de s'élancer à bord de sa kaiten pour surprendre le navire américain.

La série ne pouvait que se terminer sur l'accomplissement de sa mission par Watanabe, homme métamorphosé par les horreurs de la guerre et par son rôle de kamikaze au fil des volumes. Et Sato met très bien en scène tout ceci, tout d'abord par le biais de nombreuses pages quasiment muettes, laissant place à l'ultime combat, aux navire, aux sous-marins et aux océans. Certes, on peut trouver des longueurs dans la mise en scène surtout dans la première partie du tome, mais c'est quelque chose qui se ressent surtout si l'on ne se laisse pas happer par les dessins, d'une intensité et d'un réalisme remarquables. L'action est bien découpée, les visages et leurs expressions transpirent parfois de réalisme et d'émotion, et on devine une documentation assez importante pour retranscrire avec précisions les navires et autres sous-marins et kaiten.

Au-delà de ça, c'est évidemment le portrait de Watanabe qui intéresse le plus. Au fil des volumes, on a vu un homme se transformer complètement. Celui qui pouvait sembler presque naïf au départ a vécu des choses, des disparitions (Sekiguchi, sa mère...) qui l'on peu a peu changé, qui l'ont notamment fait passer par le désespoir puis par la haine en forgeant son désir d'en finir. Au final, pour qui s'est-il sacrifié ? Pour ses pairs ou pour lui-même ? Nul ne peut savoir dans quel état d'esprit exactement il a pu partir pour son ultime mission, mais l'auteur nous fait bien ressentir le besoin de ne pas l'oublier. A ce tite, le dernier chapitre est vraiment très bon, tant il cristallise, à travers les autoportraits de Watanabe, toutes les phases par lesquelles il a pu passer, toutes les évolutions qu'il a pu connaître.

La rigueur historique, elle, reste assez présente. On peut regretter que le mangaka passe en revue certains événements seulement en surface, mais il conserve une réelle immersion et sait être précis quand il faut.

La série a beau voir parfois connu quelques rallonges, elle s'offre ci un bon final, visuellement excellent et marquant comme il se doit le parcours de son personnage principal kamikaze.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News