Histoire des 3 Adolf (l') - Edition Prestige Vol.2 - Actualité manga

Histoire des 3 Adolf (l') - Edition Prestige Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 14 January 2021

Après une véritable escapade à travers le Japon, et au prix de sacrifices humains, Sohei Togué a rempli sa mission et son devoir envers son défunt frère : Mettre les documents secrets concernant l'identité d'Hitler à l'abri. Ceux-ci se trouvent donc chez Adolf Kamil, le fils du boulanger qui sera prêt à tout pour mettre ces documents entre les mains de personnes à même de les diffuser internationalement, de manière à bousculer le régime nazi comme il se doit. De son côté, Adolf Kaufmann poursuit son ascension et en vient même à commettre l'irréparable. Pourtant, alors que les rafles de juifs se font de plus en plus intenses et que le jeune garçon en vient à haïr l'ethnie, il tombe amoureux d'Elisa, une jeune juive sur le point d'être déportée. Ces sentiments permettront-ils à Adolf de casser le cercle de la haine dans lequel il s'est fait prendre ?

Entre thriller politique et véritable road trip, la première moitié de L'histoire des trois Adolf (particulièrement centrée sur Togué) s'est montrée aussi brillante que rythmée. Et si on pouvait penser que l'histoire touchait au but, c'est sous-estimer le génie du regretté Osamu Tezuka qui aborde la deuxième partie de son histoire en s'intéressant plus que jamais à la Seconde Guerre Mondiale qui a ravagé le monde, à la fin de la première moitié du XXe siècle.

Si Togué était le véritable protagoniste du premier tome, un meilleur équilibre entre lui et les deux jeunes Adolf est fait dans la dernière partie de l'histoire. La quête des documents est terminée (ou presque), aussi l'auteur a pu se concentrer sur diverses optiques dont l'évolution des deux amis d'enfance dans une guerre sans merci, tout en donnant un véritable cours d'Histoire sans jamais prendre de pincettes. Car ce deuxième tome est autant l'histoire des deux Adolf et de Sohei Togué que celle du Monde, du déclin de l'Allemagne nazie et du cauchemar rencontré par un Japon qui s'est immiscé toujours plus profondément dans la guerre. Et à ce titre, l’œuvre de Tezuka ne met jamais d’œillère pour montrer différents plans d’atrocités qui ont eu lieu, et ce quitte à tuer ses personnages de manière crue et inattendue. Il faut donc avoir un moral de fer avant d'ouvrir ce second opus qui se montre particulièrement dans tout ce qu'il traite. Un ton d'autant plus marquant qu'on sait que si beaucoup d'éléments sont romancés (notamment la mort d'Hitler qui joue avec les théories et la réalité historique), ils s'appuient néanmoins sur des faits avérés.

Et l'élément le plus poignant, dans cet ensemble, c'est peut-être la relation entre Adolf Kamil et Adolf Kaufmann, de plus en plus teintée par la haine au fil de l'histoire de ces deux jeunes gens. Ce n'est donc pas pour rien que la série a ce titre, ce malgré le grand rôle de Togué qui relie bien des éléments de l'histoire. L'opposition entre les deux Adolf est un point clé du récit, l'un des plus captivants certes, mais aussi celui qui provoque le plus de peine. A ce titre, bien malin fut l'auteur en ne concluant pas son manga à la fin de la Seconde Guerre Mondiale mais en le poussant vers une époque plus contemporaine. Ainsi, il aborde de manière frontale et viscérale la question du cercle de la haine. L’œuvre ne juge que la violence et non les individus, ce qui se remarque par des personnages toujours nuancés, capables du meilleur comme du pire. Il n'y a guère de bons et de mauvais dans les personnages créés pour L'histoire des trois Adolf, mais seulement des individus parfois endoctrinés et victimes des maux qui rongent le monde, aboutissant à une conclusion terriblement triste et, pourtant, porteuse d'espoir grâce à quelques figures qui se seront montrées altruistes et bienveillantes jusqu'au bout.

Sans doute plus percutante que la première partie de l'histoire, la suite de L'histoire des trois Adolf se montre intense, douloureuse mais ses événements mais néanmoins captivantes. Série historique, elle aborde les questions de la guerre et de la haine, ainsi que de leurs absurdités, sans aucun détour. Une lecture intelligente qui fait aussi office de devoir de mémoire, tout en nous questionnant sur des faits historiques qui se perpétuent encore aujourd'hui. Une grande œuvre tout en constituant une belle porte d'entrée dans le style d'Osamu Tezuka, implacable d'un bout à l'autre dans ce manga.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

19 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News