Goblin Slayer Vol.7 - Actualité manga

Goblin Slayer Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 30 December 2019

La fête automnale des moissons est sur le point de commencer, et le Crève Gobelins ne s'attendait pas à avoir un planning aussi chargé pour cette journée de repos. Car alors qu'il a promis à la Réceptionniste de la Guilde de passer l'après-midi en sa compagnie, c'est à la Vachère qu'il accorde toute sa matinée. Pour les deux femmes, c'est presque avec nervosité que la journée approche. Mais du côté de chasseur de gobelins, non initié à la sociabilisation, une journée de repos est-elle possible sans qu'il ait à se soucier de potentiels envahisseurs verts ?

C'est en tant que série d'action et de Heroic-Fantasy que Goblin Slayer plaît, en temps normal. Pourtant, avec ce septième volume du manga qui amorce le troisième tome du light novel d'origine, c'est un ton nettement différent qui est développé du début à la presque fin : celui de la tranquillité, et parfois même de l'intimité.

Car c'est la figure du Crève Gobelins qui porte une grosse part de la série. Ce dernier s'est toujours révélé attachant par son entêtement pour les gobelins, et la candeur de ses rapports à son entourage, tant celui-ci ne s'est jamais familiarisé avec les rites sociétaux. C'est cette facette que Kumo Kagyu met à l'épreuve, dans son intrigue, à travers cette fête de la moisson, durant laquelle le protagoniste du récit va devoir de sociabiliser aux côtés de la Vachère, puis aux côtés de la Réceptionniste de la Guide, ce après une journée de préparation aux côtés de ses camarades de mission qui apprécie l'ambiance légère des festivités.

C'est donc un tome différent qui nous est proposé, tant celui-ci joue énormément sur la quiétude de l'événement et le décalage entre le Crève Gobelins et l'ambiance festive. Un aspect assez comique, mais qui amène beaucoup de questionnements sur le protagoniste, incapable de penser à autre chose qu'aux gobelins. La journée passée aux côtés des deux femmes se révèle particulièrement envoutante tant les deux personnages cherchent à pousser le héros vers le répit et l'humanisation. C'est parfois mignon, parfois touchant, et même intimiste à certains moments. L'ambiance est assez inédite, mais prouve que le récit a aussi énormément à développer lors des moments calmes, des étapes de répit durant lesquelles le Crève Gobelins peut développer de solides interactions avec son entourage.

Néanmoins, aussi saisissante soit cette journée garnie de deux rendez-vous presque galants, c'est un nouvel arc plus ambitieux que ce qu'on pourrait croire, qui semble se tramer. La fin renoue avec une ambiance qu'on connaît mieux au sein de la série, tandis qu'un nouveau cauchemar semble approcher à grands pas. Selon l'évolution du prochain tome, cet opus pourrait avoir montré un développement cruel : ce volume 7 nous ayant permis de nous attacher davantage à la Vachère et à la Réceptionniste, c'est pour leurs sorts respectifs qu'on s'inquiétera si l'horreur envahit la fête des moissons.

On attendra donc le huitième tome avec une certaine impatience tant les enjeux semblent là. Ce volume sept représentait le calme avant la tempête, et de manière réussie tant il aura apporté aux personnages et à la timide humanité du Crève Gobelins, pour lequel on se prend toujours plus de compassion, tout comme son entourage.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News