Chef de Nobunaga (le) Vol.5 - Actualité manga
Chef de Nobunaga (le) Vol.5 - Manga

Chef de Nobunaga (le) Vol.5

Rédaction
Lecteurs
17 /20

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 12 Décembre 2014

Ken, accompagnant le bras droit de Nobunaga, s’apprête à entrer dans la ville des grossistes, Sakai. La ville des marchands les plus puissants du Japon. Ces mêmes marchands que devra convaincre notre héros à fournir à Nobunaga de puissants fusils. Mais rien ne sera simple pour Ken puisqu’une majorité de grossistes fera tout pour empêcher notre chef cuisinier d’arriver à cuisiner ce qui lui est demandé.


Encore une fois, les auteurs nous offrent un volume constitué de toutes les qualités qui sont d’ores et déjà propres à la série. Le projet sur le long terme de Nobunaga poursuit son cours, poussant son chef cuisinier à autant de périls que de missions à accomplir. Nous en découvrirons toujours plus sur le Japon médiéval et sur la cuisine. Mais l’intrigue, de son côté, ne cesse d’avancer jusqu’à faire apparaître des éléments qui devaient à un moment donné ou un autre pointer le bout de son nez. Après tout, Ken est un homme venant du futur. Ainsi comment celui-ci doit-il réagir lorsqu’il se doit de rencontrer et de côtoyer le fidèle serviteur de Nobunaga qui, dans à peine dix ans, le tuera. Comment doit-il réagir lorsque la mort historique du bras droit de Nobunaga arrive à échéance ? D’autant plus inquiétant, Ken est-il réellement la seule personne du futur à être présente à cette époque ?


Autant de questions et d’enjeux qui arrivent à terme. Des enjeux qui conditionneront soit un nouvel avenir, soit l’histoire qui est déjà toute tracée pour ces personnages historiques. La bataille, voire la guerre, est d’ores et déjà annoncée. Ainsi, Le Chef de Nobunaga n’a pas encore fini de nous surprendre, de nous captiver et de nous instruire. Une œuvre qui n’a plus rien à prouver, simplement à nous absorber et à nous passionner encore et toujours. Rares sont les pépites, sachons donc en profiter lorsque l’une d’entre elles se présente à nous.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
titali
17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs