Chef de Nobunaga (le) Vol.18 - Actualité manga

Chef de Nobunaga (le) Vol.18

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 29 October 2018

Alors que l’armée de Nobunaga Oda, désormais entrée en guerre contre le Honganji, vient de connaître une cuisante défaite, l situation risque de se compliquer encore pour Oda puisque les troupes de Môri ont pris la mer affin d'essayer de le prendre en tenaille ! Mais Oda n'est pas dupe, et Ken a désormais pour tâche de faire pencher en faveur de son maître ceux qui pourraient avoir une influence capitale sur ce danger: les marchands Ming, qui pourraient ralentir les troupes de Môri. Mais encore faut-il parvenir à convaincre lesdits marchands... Faolin, leur cheffe, n'est pas duper quand en lui propose de lui racheter toute sa marchandise, et elle se doute bien que cette proposition cache autre chose et que l'enjeu est trop dangereux. Mais Ken n'a pas le choix et est déterminé à accomplir son rôle... Y parviendra-t-il ?

Il ne s'agit là que de l'une des étapes de la bataille de Tennôji, un conflit que le scénariste Mitsuru Nishimura, une nouvelle fois, se réapproprie très bien et avec force en jouant sur plusieurs axes. En plus des enjeux concernant les marchands Ming et la menace exercée par les troupes de Môri, Kashin a encore l'occasion de démontrer son esprit avisé, et certains autres chefs pourraient bien poser problème eux aussi. On a alors un récit qui reste très riche, et qui séduit toujours autant pour la manière dont le scénariste reste fidèle à la plupart des grandes lignes de l'Histoire tout en se la réappropriant à sa sauce... au risque que cette Histoire, justement change de plus en plus ? L'oeuve joue toujours aussi bien sur la frontière entre faits historiques et réécriture, c'est en partie ce qui rend la lecture toujours aussi addictive après 18 tomes.

Dans un contexte qui reste toujours aussi tendu et riche, l'aspect culinaire reste bien présent, surtout en début de tome où il est à nouveau la clé vers d'importantes évolutions. Le rôle du cuisinier Ken dans ce contexte historique où il a été plongé reste très bien ficelé... même si lui aussi, à plus d'une reprise, ne peut qu'avoir un sentiment d'impuissance face à certaines situations d'ampleur où il ne peut pas faire grand chose.

Faisant aller crescendo le suspense et mariant bien les différents axes de la série, ce 18e opus du Chef de Nobunaga nous laisse donc, à nouveau, sur une lecture bien construite et prenante, annonçant même un 19e tome qui pourrait être encore plus passionnant.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News