Beastars Vol.12 - Actualité manga

Beastars Vol.12

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 16 October 2020

Chronique 3 :

L'affaire du meurtre de Tem s'est achevée en apothéose, l'ours Rizu ayant pu être arrêté à l'issue d'un combat intense et violent de Legoshi contre lui. Mais pour s'en sortir, il a en quelque sorte fallu combattre le mal par le mal, dès lors que Louis, venu à la rescousse du loup après avoir lâché le gang des lions, a poussé notre héros à dévorer sa jambe pour qu'il retrouve des forces. Mais un tel acte ne peut rester impuni, quand bien même il a été effectué de façon consentie par la victime, et qui plus est pour la bonne cause. Certes, grâce aux témoignages de Louis et de Pina, Legoshi échappe au pire, mais c'est désormais avec un casier judiciaire qu'il devra poursuivre sa vie, un casier impliquant pas mal de contraintes pour un carni: interdiction d'entrer dans des universités mixtes, difficultés à trouver du travail... et, peut-être pire encore pour notre loup, impossibilité d'épouser une herbi ?! Dans ce cas, que deviendra sa relation avec Haru ? Face à la situation, Legoshi prend encore un peu plus conscience de certaines choses, notamment le fait que les adultes qu'ils croise ne sont jamais (ou presque jamais) des couples mixtes, et que les couples restent donc formés par des êtres d'espèces similaires. Le loup le comprend bien: pour devenir adulte, il a encore beaucoup de choses à apprendre. Et si cela ne peut passer par des études bien rangées, c'est en allant s'ouvrir au monde qu'il continuera d'avancer.

Le 11e volume de Beastars refermait avec fracas, force et intelligence ce qui peut être vu comme toute une première grande partie dans l'oeuvre, non seulement parce qu'il a conclu l'affaire du meurtre de Tem qui avait ouvert les premières pages de la série, mais aussi car il se focalisait majoritairement dans le cadre de l'institut Cherryton. Avec ce 12e opus, c'est alors une deuxième grande partie qui semble s'ouvrir, choses qu'évoque également la présence sur la jaquette d'un Legoshi seul et marqué par les cicatrices de son récent combat, preuve qu'il a déjà profondément évolué depuis les débuts de la série. Et cette évolution est désormais vouée à se poursuivre largement plus à l'extérieur de Cherryton, que notre héros a purement et simplement choisi de quitter, pour le bien de son propre avenir, pour trouver son propre mode de vie et pour ne rien regretter.

Parler d'ouverture au monde ici n'est alors pas un vain mot, car c'est bien ce qui attend le loup. Laissant derrière lui l'institut, Legoshi se lance dans de nouvelles découvertes à-même de peut-être le faire devenir encore plus adulte. Première location d'un logement seul, premier petit boulot... soit des étapes évidentes pour tout jeune prenant un peu plus son indépendance, mais paru Itagaki ne suit évidemment pas ici un déroulement aussi simple, car l'ouverture de Legoshi au monde est une excellente occasion d'élargir considérablement l'histoire, en commençant à aborder plus en détails certaines des nombreuses réalités adultes de cette société restant souvent complexe dans les liens entre carni et herbi. Ainsi, par exemple, l'employée de 29 ans Seven, brebis étant la nouvelle voisine de notre héros, permet d'entrevoir une femme tâchant de rester fière dans une entreprise dominée par des mâles carni, où elle ne manque pas de connaître quelques harcèlements parfois discrets mais existant bel et bien (ne serait-ce que la surnommer "Lamb" pour lui rappeler qu'elle est une viande...). Quant au premier petit boulot de notre héros, il laisse entrevoir certaines choses derrière l'apparente entente entre carni et herbi au sein de ce petit restaurant. Enfin, ce sont d'importantes retrouvailles familiales qui ont lieu en fin de volume, permettant d'aborder une discrimination particulièrement injuste ('fin, quelle discrimination ne l'est pas ?) envers les animaux venimeux.

Mais l'abord toujours aussi riche d'éléments sociétaux, faisant toujours écho à notre propre société, ne se limite évidemment pas ici à ce qui est véhiculé via la nouvelle voie prise par Legoshi: Itagaki n'oublie jamais ses autres personnages, cette galerie de visages qu'elle a pris soin de développer depuis plus ou moins longtemps. On craquera éventuellement toujours autant sur la fidélité de Jack en amitié, mais on retiendra plus encore la vision des choses de la famille de Haru sur les questions de couple (comment pourraient-ils imaginer qu'elle sort avec un loup, alors qu'eux se demandent simplement de quel type de lapin il s'agit), la place que Louis doit reprendre à Cherryton, l'évolution on ne peut plus intrigante de sa relation avec Juno... les choses étant régulièrement l'occasion d'insister encore sur les questions de relations inter-espèces et sur des visions bien conditionnées des liens carni-herbi. Mais sans doute le point d'orgue vient-il de l'entrée en scène de Yahya, un personnage forcément voué à occuper une place très importante au vu de son statut, qui permet déjà d'évoquer certaines choses différentes (sur les méthodes d'une entreprise où les herbi sont exploités par des carni, ou même sur les origines de Legoshi), et dont la personnalité ne manque pas d'intriguer.

Alors, une nouvelle fois, Beastars impressionne. Ce tome n'aurait pu être qu'une douce mise en place de la deuxième grande partie, mais Paru Itagaki ne s'arrête aucunement à cela en élargissant déjà beaucoup son univers, pour encore plus dépeindre une société complexe rappelant en permanence la nôtre par différents aspects. La série ayant récemment été annoncée pour se finir au tome 22, on entre tout juste dans la deuxième moitié de celle-ci, et rien ne s'essouffle, bien au contraire. La mangaka semble très bien savoir où elle va, propose un récit toujours aussi riche tout en conservant un aspect imprévisible, et il ne fait aucune doute que cette deuxième moitié sera tout aussi passionnante que la première.


Chronique 2 :

L'affrontement entre Rizu et Legoshi a pris fin, maintenant que l'assassin de Tem a enfin été arrêté, la tranquillité revient au sein de Cherryton! Mais Legoshi va devoir payer les conséquences de son geste: il a dévoré la jambe d'un herbivore et même si ce dernier était consentant cela va laisser des traces...sur son dossier mais également dans sa psyché...le manque se fait désormais sentir!

Le volume précédent était absolument bluffant, voire choquant, mais ne pouvait laisser indifférent! Et maintenant que la fin de la série est confirmée on est plus que jamais pressé de découvrir la suite! Bien malin celui qui peut prédire ce qui attend Legoshi à la suite des événements qu'il vient de vivre!

Il va y avoir des conséquences, un prix à payer pour la "guerre" qui l'a opposé à Rizu: ce dernier a été arrêté, Louis a perdu sa jambe et maintenant Legoshi est fiché, il possède un casier, ce qui lui ferme de nombreuses portes! A commencer par les universités...maintenant il ne peut plus choisir une université mixte, il est contraint de rejoindre une université réservée aux carnivores. Pour trouver du travail les choses seront également compliquées...mais pire encore: le mariage avec un herbivore lui est désormais proscrit! Voilà la chose qu'il a le plus de mal a accepter!
Et peut être pire encore que le casier, il y a son état, autant physique que mental: il connaît désormais le goût de la viande, et donc le manque; le simple fait de toucher un herbivore provoque chez lui des pulsions qu'il a du mal à réfreiner...autant dire qu'avec tout ça sa relation avec Haru s'annonce compromise...mais il refuse d'y renoncer!
Ceci donne lieu à une nouvelle scène maladroite où les deux jeunes gens ne savent pas comment agir l'un avec l'autre et ce malgré leurs sentiments!

Tout ceci est passionnant, mais ce tome nous propose des éléments encore plus importants et étonnants!
On découvre un ancien Beastar, un cheval ultra charismatique qui dirige la société dans l'ombre, mais non pas pour faire le mal mais bel et bien avec les meilleurs intentions du monde; il souhaite vraiment favoriser la cohabitation entre les herbivores et les carnivores!
Et ce dernier va s'intéresser à Legoshi! Non seulement parce que son geste de dévorer la jambe d'un ami dans le but de rendre la justice l'intrigue, mais aussi et surtout parce qu'il est lié à son grand père; ce même grand père qui va prendre une place plus importance dans la dernière partie du volume!
L'auteur nous confirme la très étrange généalogie de Legoshi (absolument improbable, mais qui rajoute du charme à son histoire) et va mettre en avant ce vieux Dragon de Komodo qui nous sera d'abord présenté sous la forme d'un grand père inquiet avant de se rendre compte qu'il n'a rien perdu de la poigne de sa jeunesse!

Tout dans ce tome est absolument passionnant, on prend ici un virage radicale dans la série, plus rien ne pourra être comme auparavant, les relations entre les personnages évoluent, les personnages eux mêmes continuent d'évoluer...un volume plus que séduisant qui nous étonne et nous stimule encore davantage pour la suite!


Chronique 1 :

L'affrontement entre Rizu et Legoshi a laissé certaines séquelles. Pour avoir dévoré la jambe de Louis, le loup gris a désormais un casier judiciaire qui le suivra toute sa vie. Néanmoins, le témoignage du cerf et de Pina ont allégé sa peine, aussi Legoshi retrouve sa liberté. Il prend néanmoins une lourde décision : Quitter Cherryton pour prendre un nouveau départ, et favoriser l'entente inter-espèce à sa manière, tout en luttant contre ses pulsions de mangeur de carnivore...

Le volume précédent semblait marquer la quintessence de Beastars, puisque toute l'intrigue autour du meurtre de Tem atteignait son point culminant, tandis que l'écriture des personnages montrait toute sa puissance. Ce qui était présenté comme l'enjeu phare de la série, car présenté dès les premières pages, est désormais résolu, si bien qu'on pouvait se questionner sur le devenir de la série.

L’œuvre de Paru Itagaki entre alors dans son second véritable arc narratif, ce qui implique un certain lot de chamboulements étant donné les derniers développements en date. De nouvelles bases sont posées et les cartes sont redistribuées, permettant au manga de se relancer de fort bonne manière, puisqu'il reste dans la droite lignée de tout ce qui a été dépeint précédemment. Ainsi, même si le cadre du récit change nettement, ce douzième tome décortique intelligemment le nouveau départ des personnages centraux, tout en restant dans la logique de leur développement permanent. Chaque chapitre apporte son lot de surprises à ce sujet, et il y a de quoi rester béat devant tant de maîtrise de la part d'une autrice qui sait totalement où elle va avec son casting.

Autre point intéressant de cette nouvelle partie scénaristique : L'ouverture au monde. Si le premier gros arc se centrait essentiellement sur l’institut Cherryton en débordant parfois que le marché noir, le grand monde de Beastars est davantage dépeint avec ce volume. Quoi de plus logique alors que d'aborder plus densément les règles qui régissent la société animale de la série, et de mettre en exergue ses maux plus profonds qui ne manqueront pas de marquer Legoshi ? Tout ce renouveau de la scène est particulièrement exaltant tant il est pertinent, et permet à la mangaka d'aborder tout un tas de facettes différentes, mais aussi d'accentuer le titre même de sa série. A ce titre, plusieurs passages sont marquants, tandis que certaines révélations font immanquablement mouche. Tout est bluffant de maîtrise, comme à l'accoutumée certes, et particulièrement passionnant en terme de récit puisque la série va sans cesse de l'avant. Difficile de savoir à quoi s'attendre, si ce n'est la surprise d'un scénario toujours plus fouillé et pertinent dans ses parallèles avec notre propre société.

Ce douzième tome de Beastars aurait pu n'être qu'une douce transition qui aurait permis de souffler après le très dense opus précédent, mais Paru Itagaki en a décidé autrement. Le nouvel arc du manga démarre donc dans les chapeaux de roue, entretenant toujours l'évolution des personnages et de leurs relations avec justesse, tout en menant l'univers vers de nouveaux horizons afin de planter un programme des plus riches. Une chose est sûre : Si Legoshi doit calmer son appétit de viande, on redemande volontiers une nouvelle part de Beastars de notre côté.
  

Critique 3 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

17 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News