50 nuances de gras Vol.1 - Actualité manga

50 nuances de gras Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 02 May 2019

Quel est le résultat d’un elfe additionné à plusieurs tonnes de frites ? 50 Nuances de gras !
Nouveauté printanière parue chez Doki Doki, c’est la seule œuvre de Synecdoche comptant trois volumes à l’heure actuelle au Japon. Une comédie hautement calorique publiée dans le magazine Comic Gum depuis 2016. On y suivra le périple d’une elfe qui mange des frites pendant son régime !

Naoe travaille dans un centre de massage et de bien-être. Une vie banale, où il passe son temps à fuir sa supérieure. Le jour où il rencontra Erufuda, son quotidien changea ! Une elfe venant tout droit d’un autre monde, coincée ici pour cause de surpoids. Grassouillette, têtue et totalement accro aux frites, c’est un caractère critique qui fera face à notre spécialiste en la matière. Il doit rivaliser contre ses pulsions pour le bien de sa patiente, légèrement spéciale sur les bords… Et l’aventure ne s’arrête pas à ça !

Outre le fait de découvrir la personnalité d’Erufuda et d’être cloîtré sur elle et son nouveau partenaire de régime, nous avons la chance de goûter à plusieurs demoiselles ayant un quelconque différent physique. Une elfe noire, une loup-garou, une sirène ou encore une ogresse, le plateau est complet ! L’histoire se déroule pratiquement comme un recueil avec à chaque chapitre, une nouvelle aventure avec une nouvelle recrue, seul notre duo paraîtra tout le temps. La base est posée, Erufuda, ayant commis l’erreur de goûter à la nourriture terrestre, demande les services de Naoe pour entamer un régime. Celui-ci l’aide à merveille, mais elle, obnubilée par les frites et arrivant à perdre très facilement du poids préférera rester dans ce monde où son palais des plus fins trouve satisfaction. Nous avons même le droit à un régime spécial elfe : perdre pour reprendre, perdre et reprendre encore et encore !

Concernant la profondeur du scénario, il est vrai que l’allure première est unanime à chaque personne : un récit humoristique, de quoi amuser la galerie avec un léger thème donné. C’est exact mais ce n’est pas tout ! Sachant que le pays même du manga est celui qui possède un des taux d’obésité les plus faibles du monde, la péripétie est le contraire de l’idéal japonais. Et nous le ressentons énormément : des moqueries à l’égard des différences, un acharnement sur le ventre d’Erufuda et une forte intensité du régime proposé par Naoe, seulement des légumes et du poissons. L’idéal proposé ici, est une fille maigre possédant des formes très avantageuses, cliché ecchi confirmé dans quasiment chaque parution japonaise… La face ludique des dessins qui cache en effet la triste réalité du pays.

Avec une couleur jaune voyante et une elfe mignonne affichant ses bourrelets en premier, Doki-Doki ne peut qu’attirer l’attention. Séduire le passant par l’approche des yeux, une technique qui marche plutôt bien ! En prime de cela, une première page couleur qui, à nouveau, met en avant Erufuda, la séduction graphique est faite. Sans parler des touches d’humour se cachant sous la jaquette, une impression et une traduction correcte. Bravo à l’éditeur !

C’est du côté de l’auteur que les choses se corsent… Les dessins sont soignés à leurs manières, des épaisseurs presque aussi grasses que les frites. Un ombrage, des nombreux décors et traits de mouvement selon les planches, Synecdoche donne beaucoup de dynamisme à son œuvre. Et puis, pour régaler la gente masculine, des scènes ecchi arborent une grosse place dans chaque chapitres. On vous rappelle qu’elle est pour public averti avec un âge minimum de 15 ans ! Voilà d’où provient l’appellation Seinen, style qui correspond tout à fait à l’éditeur et ses nombreux titres dans le genre.
Le menu proposé par l’auteur est tout fait : des rondeurs, un humain qui n’hésite jamais à aider les jeunes femmes en détresse. De quoi satisfaire tout types de lecteurs puisque nous rencontrons un certain nombre que caractéristiques. Sur une pointe de sel, nous attendons de voir comment il compte faire évoluer la chose.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koalam

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News