SADAMOTO Yoshiyuki - Actualité manga

SADAMOTO Yoshiyuki 貞本義行

Artists Authors Writers Character Designers

Interview de l'auteur

Publiée le Jeudi, 26 November 2015

Il est difficile de passer à côté du nom de Yoshiyuki Sadamoto, figure majeure de l’animation japonaise moderne. Character-designer très remarqué sur des licences phares comme Evangelion, FLCL, Nadia et le secret de l’eau bleue ou Les Enfants Loups, il est aussi l’auteur de la version manga d’Evangelion. Monsieur Sadamoto était l’invité d’honneur de la catégorie Animation lors du seizième impact de Japan Expo, il nous a alors accordé quelques trop brèves minutes de son temps pour jouer le jeu des questions/réponses et nous confier quelques anecdotes sur son travail en général…

© Khara/ Sadamoto Yoshiyuki

Sur quoi vous êtes-vous basé pour créer le personnage de Nadia ? Avez-vous suivi certaines inspirations (pour Nadia comme pour les autres personnages) ?

Bien-sûr, Nadia est basée sur l’œuvre de Jules Verne 20 000 lieues sous les mers. Némo étant d’origine indienne et ayant la peau mate, j’ai gardé ces caractéristiques pour Nadia, montrant qu’elle vient du Moyen-Orient. Il faut se dire que sur le scénario reçu à la base, Nadia était d’origine africaine. Je m’en suis fait une image plutôt égyptienne, ce qui m’a amené à penser à l’image de Cléopâtre.

En ce qui concerne Jean, j’imaginais plutôt un petit français, otaku des découvertes.

© Gainax/Sadamoto Yoshiyuki

Parlons maintenant d'Evangelion. Vous avez également réalisé la version manga, qui s'est achevée l'année dernière après près de 20 ans de publication. Nous avons ainsi découvert une fin assez différente des autres versions, qui apporte un nouvel éclairage. Avez-vous décidé de cette fin vous-même, ou est-ce une décision prise en collaboration avec Hideaki Anno et le reste de l'équipe ?

Quand j’ai commencé à dessiner Evangelion, je connaissais déjà ma fin tandis que du côté de l’anime, ils n’avaient pas encore idée de leur conclusion. On ne m’a jamais demandé d’être fidèle à la série animée ou à ses éléments scénaristiques.
 Pour cela, la fin du manga est différente.

© Khara/ Sadamoto Yoshiyuki

Vous est-il déjà arrivé d’être influencé par l’anime ?

Je ne pense pas qu’il y ait eu des influences réciproques puisque notre ligne de base était différente. Pour ma part, je suis parti sur la relation père-fils qui, pour moi, symbolise toute la base de la version manga. L’anime s’est focalisé sur le point de vue de Shinji, sa communication avec les autres personnages comme Rei et Asuka. C’est notamment ces bases variées qui ont permis des fins différentes.


Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre collaboration avec Mamoru Hosoda ? Travaillez-vous de la même manière avec M. Hosoda que sur vos autres projets ?

Il y a énormément de différences quand on travaille avec Monsieur Hosoda qu’avec messieurs Emaga et Tsurumaki. Avec ces derniers, ont fait des échanges continuels jusqu’à arriver au dernier degré de la création des personnages. Avec monsieur Hosoda, on travaille sur un délai très court, un mois environ. Durant ce laps de temps, je vais créer un grand nombre de personnages, souvent des croquis. Ces dessins épurés sont ensuite passés au directeur d’animation qui va les achever.

En temps normal, je vais jusqu’au bout, jusqu’à l’animation des personnages, mais jamais avec Monsieur Hosoda.

© Hosoda Mamoru/Sadamoto Yoshiyuki

De tous les personnages que vous avez créés, lequel reste votre préféré ?

Question très difficile… J’ai travaillé sur des œuvres originales, certes, mais communes dans le sens où nous étions nombreux à travailler dessus. Il n’y en a pas que j’ai fait de A à Z et pour ces raisons, je ne peux pas choisir mon personnage préféré.
  
Remerciement à Mr Sadamoto, à son interprète Emmanuel Bochew, et au staff de Japan Expo pour la mise en place de cette rencontre.

Mise en ligne le 26/11/2015.

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News