Nouvelle interview de Kenshiro Sakamoto, autour de Fairy Tail - La Grande Aventure de Happy- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Nouvelle interview de Kenshiro Sakamoto, autour de Fairy Tail - La Grande Aventure de Happy


Mardi, 01 October 2019 - Source :Rubrique Interviews

Rencontrer deux fois le même mangaka en quelques mois d'intervalle, c'est plutôt rare ! C'est pourtant ce qui nous est arrivé avec Kenshiro Sakamoto.

Invité au dernier FIBD d'Angoulême en janvier dernier, nous avions déjà pu l'interviewer une première fois, essentiellement pour parler de son parcours et de Buster Keel !, son premier manga paru en France, mais aussi pour évoquer sa nouvelle série lancée au Japon en 2018 : Fairy Tail – Happy no Daibôken, spin-off de Fairy Tail plus enfantin et centré sur Happy.

Depuis, l'actualité en France de l'auteur a été mouvementée, puisque ce spin-off a été lancé dans notre langue début juillet par les éditions nobi nobi ! sous le titre Fairy Tail - La Grande Aventure de Happy, et que pour l'occasion l'éditeur a invité le mangaka à Japan Expo.

C'est donc avec plaisir que nous sommes repartis à la rencontre de l'auteur, afin de reparler un peu plus en détails de l'univers qu'il a imaginé pour les péripéties en tant que héros de l'Exceed au physique de chaton.

  

On a revu là un artiste toujours aussi sympathique et accessible, celui-ci ayant même eu le premier mot lors de l'interview :



Kenshiro Sakamoto : Oh, vous avez un t-shirt d'Inio Asano !


En effet ! Apparemment, entre fans on se comprend... Merci M. Sakamoto d'être à nouveau présent en France après votre venue à Angoulême il y a quelques mois, et d'avoir accepté cette nouvelle rencontre avec nous afin de parler de La Grande Aventure de Happy. Grâce à notre précédente interview, on sait que le projet de spin-off de Fairy Tail ayant pour héros Happy était déjà sur la table avant que votre éditeur décide de vous le confier. Qu'est-ce qui vous a décidé à accepter de faire ce projet de spin-off ?

C'est moi qui vous remercie d'avoir voulu me rencontrer à nouveau.

Tout d'abord, j'ai toujours eu envie de dessiner des mangas plutôt dessinés aux enfants, ou en tout cas à un jeune public. C'était donc une occasion parfaite.

Par ailleurs, plusieurs personnes m'avaient déjà dit que j'avais un trait assez similaire à celui de Hiro Mashima, notamment sur Buster Keel !. Donc même si j'avais un peu d'appréhension, j'avais aussi confiance en ma capacité à donner vie à cet univers dans la continuité de celui de Hiro Mashima. Cette confiance et cette excitation ont pris le dessus sur l'appréhension.

Enfin, les choses étant bien faites, il s'avère que j'étais disponible au moment où le projet devait être lancé.


Comment vous est venue l'idée de Happy transporté dans un monde parallèle rempli d'animaux ? Pourquoi avez-vous retenu cette idée-là et pas une autre ?

Il y a deux raisons, liées au fait que je voulais vraiment que Happy ait le plus d'espace possible pour être bien mis en vedette.

Premièrement, il fallait inventer un univers où Natsu serait absent, car il est tellement puissant que tant qu'il serait là ce serait forcément lui le personnage principal. Happy n'aurait alors aucune occasion de briller.

Deuxièmement, il fallait inventer un monde où à peu près tous les personnages seraient un peu comme Happy. Happy est un Exceed et non un animal mais il ressemble à un animal, donc j'ai eu envie de l'embarquer dans un monde peuplé d'animaux parlants, pour qu'ils puissent tous être au même niveau.

  

Qu'est-ce qui vous intéresse et vous attire dans ce type de personnages au look mi-humain mi-animal ?

Ca me permet d'exploiter tous les aspects spécifiques des  humains et des animaux. Par exemple, le personnage du chien policier, quand il ressent du dépit, si c'était uniquement un humain je le montrerais avec les poings crispés et la figure déconfite, mais là, vu que c'est un chien, je peux exprimer ses sentiments de façon plus criante, en le faisant croquer dans un os entre autres. Ca me permet d'avoir une expressivité plus grande, et qui sort un petit peu des sentiers battus. Il y a des réactions humaines et des réactions animales, et ça me permet de piocher dans les deux comme je le veux.


Comment choisissez-vous tel animal pour tel personnage ? Par exemple, pourquoi Luna est une renarde ? Le capitaine Blue un chien ? Ururu une petite lapine ? Le doyen Tortoise une tortue ? Dridring un mandrill ? Les loubards une taupe et un rat ?

Je commence d'abord par écrire l'histoire. Et ensuite, écrire celle-ci m'amène à réfléchir aux personnages nécessaires pour bien raconter les choses.

Pour donner un exemple concret, dans le cas de la petite lapine Ururu je voulais montrer comment Happy allait réconforter et donner du courage une petite pleurnicharde. Or au Japon, dans la culture populaire on a l'image des lapins comme des animaux qui quand ils sont tristes finissent par mourir de désespoir. Il y avait là un bagage culturel qui me semblait adapté.

Idem pour Luna. C'est une voleuse, or au Japon comme en France on a cette vision faisant des renards des êtres un peu rusés, fourbes et voleurs.

En somme, je commence par écrire l'histoire, ensuite je décide quels personnages vont y intervenir, puis je réfléchis à la personnalité qu'ils vont avoir, et enfin je choisis l'animal qui convient.

  

Les décors sont, eux aussi, assez travaillés. La maison d'Ururu a une forme de carotte, le poste de police a des oreilles de chien sur les côtés, celle de Dridring reprend la forme d'une tête de mandrill... Comment vous est venue cette idée d'associer les personnages à une « maison » qui leur ressemble un peu ?

Je voulais procurer une sorte de plaisir visuel, et renforcer le fait que Happy est dans un monde totalement différent de celui de Fairy Tail.

Quand on voit des bâtiments comme ça qui n'ont pas du tout leur place dans la série principale, on comprend facilement qu'il s'agit d'un autre univers, tout à fait différent.


Dans la série, Happy a été appelé dans le monde d'Anymal pour devenir le héros de ce peuple, tâche d'autant plus difficile au départ pour lui qu'il se demande ce qu'il fait là et a facilement peur. Du coup, selon vous, qu'est-ce qui fait un vrai héros ?

Pour moi, un héros n'est pas quelqu'un qui est doté de dons particuliers.

Il n'est pas nécessaire d'être né sous une bonne étoile ou d'être quelqu'un d'exceptionnel. Chacun de nous peut devenir un héros, pour cela il suffit d'être bienveillant, d'aider les personnes qui en ont besoin. Ca peut être simplement en réconfortant quelqu'un, en partageant ses peines, etc... en somme, ce genre de petits gestes.

Le thème principal de Fairy Tail – La Grande Aventure de Happy, c'est le bonheur. Et je pense que le bonheur, par ces petits gestes, est toujours à portée de main.


Interview réalisée par Koiwai. Remerciements à Kenshiro Sakamoto, à son interprète, à Clarisse Langlet des éditions Pika/nobi nobi ! Pour la mise en place de cette rencontre, et à Japan Expo pour les locaux.







Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News