Voie du Tablier (la) Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 05 November 2019

Tatsu l'immortel, anciennement le plus terrible des yakuzas des environs, s'est rangé depuis qu'il a eu le coup de foudre pour sa Miku adorée et qu'il l'a épousée. Sa petite femme étant surtout une travailleuse hors-pair, il a décidé, pour ses petits soins, d'arrêter la voie du hors-la-loi pour se lancer dans celle du tablier. Voici déjà un petit moment qu'il est devenu un parfait petit homme au foyer, une tâche dans laquelle il s'applique jour après jour. Et même s'il a toujours son visage de yakuza avec cicatrice, lunettes teintées et sourcils froncés, même les ménagères du quartier ont fini par l'accepter. Mais le quotidien d'homme au foyer de l'ex yakuza peut-il être de tut repos ? Pas si sûr...

Quand il décide de se lancer dans des cours de fitness avec des femmes, Tatsu dénote forcément et ne peut s'empêcher de comparer les poses à des situations d'un tout autre genre qu'il a connues quand il était mafieux. Quand il prend soin de son petit potager sur son balcon et qu'il apporte un eu de basilic à Masa, le voici soupçonné de trafic de drogue. Quand il participe à une brocante pour vendre ses créations, il ne passe pas inaperçu. Quand il reprend sous son aile Masa, c'est plutôt pour lui apprendre à séparer le blanc et les couleurs en lessive. Quand il prend la voiture avec Miku, il ne peut s'empêcher d'imaginer qu'il va être attaqué de toutes parts par n'importe qui. Quand il retrouve sur sa route son plus grand rival Torajirô le tigre aux poings d'acier, ça se finit forcément en rude duel... de desserts. Etc, etc...

Le situations sont encore nombreuses dans ce deuxième tome où le schéma de Kousuke Oono reste toujours le même: n petit chapitres est égal une petite situation loufoque. Evidemment, avec un tel schéma, ça ne va jamais hyper loin, mais le fait est qu'en plus de bien renouveler ses situations ici, le mangaka n'a pas son pareil pour trouver les bons angles à développer afin d'apporter des situations délicieusement décalées, que ce soit en exploitant Tatsu lui-même, dont la dégaine est toujours aussi impayable, ou les différents personnages qui gravitent autour de lui, comme son "cadet" Masa, les flics qui se méprennent sur lui, Torajirô qui a bien changé lui aussi... et bien sûr Miku, son rayon de soleil, qui a elle aussi son petit caractère ! Qui plus, la toute fin du volume est très plaisante en faisant entrer en scène les beaux-parents de Tatsu, et notamment un beau-père plutôt effacé qui fera tout pour se rapprocher de son gendre.

Dans La voie du tablier, tout se joue vraiment sur le décalage des situations, pour un humour auquel on eut accrocher ou non, mais qui, dans tous les cas, est rendu efficace par le travail visuel de l'auteur. Oono sait vraiment bien préparer ses effets, une nouvelle fois, et soigne toujours autant a richesse de ses planches, avec des décors de quartier omniprésents ainsi que des chara designs et vêtements soignés.

Le principal risque avec un gag-manga de ce type, c'est évidemment qu'il s'essouffle sur la longueur. Mais pour l'heure, Kousuke Oono n'a aucun mal à renouveler les choses pour provoquer le sourire au gré de ses nombreux courts chapitres, le décalage des situations fonctionne très bien, des personnages secondaires supplémentaires se mettent en place en promettant d'enrichir encore les possibilités de gags... Gageons que le mangaka a encore un paquet de petites idées dans son sac !
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News