Tokyo Revengers Vol.3 - Actualité manga

Tokyo Revengers Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 21 August 2019

Le 3 août, Draken perdra la vie, suite à une guerre déclenchée par une discorde entre lui et Mickey. La seule manière d'empêcher les drames à venir est de stopper la guerre entre le Tokyo Manjikai et le clan Moebius. Bien qu'il soit conscient de ce qui déclenchera les hostilités, Takemichi ne peut arrêter le combat contre l'Osanai du passé, à l'époque où il était le leader du clan ennemi...

Avec le second volume, l'intrigue de Tokyo Revengers s'est complexifiée, et Takemichi s'est trouvé un objectif à court termes à atteindre. Évidemment, bien que le héros ait connaissance des événements qui mèneront aux grands drames de son époque, il n'est pas simple pour lui de stopper la machination en marche.

Ce n'est plus une surprise puisque ce troisième tome est aussi prenant que les précédents, mais Ken Wakui maîtrise toujours très bien le rythme de son récit. Dans cette partie de l'histoire centrée sur la supposée mort de Draken et la guerre contre le clan Moebius, l'auteur y va crescendo pour faire monter l'adrénaline, nous faisant même passer par de faux instants de paix pour parfois relancer les hostilités de manière plus virulente. En terme de suspense, l'efficacité de Tokyo Revengers est toujours aussi savoureuse, et ce n'est pas le dernier tiers du tome qui viendra nous contredire. De la simple tentative de réconciliation à une véritable course contre la montre pour empêcher les tragiques drames à venir, l'aventure de Takemichi passionne sans mal.

Aussi, l'auteur monte d'un cran dans sa représentation de l'univers furyo. Il prenait déjà plaisir à dépeindre tout l'attrait si fascinant des gangs japonais, et il va au-delà dans ce troisième tome en dépeignant une première guerre entre clans rivaux. Si en France nous ne connaissons finalement que peu le genre, les éditeurs s'étant toujours montrés frileux à proposer du furyo, on ne peut que s'appuyer sur quelques exemples précis pour voir certaines dimensions de ce type d’œuvre. A l'image des films Crows Zero, la vision des grandes bastonnades dépeintes par Ken Wakui est des plus réussies, ce grâce à quelques moments de mise en scène particulièrement impactants. La double planche de l'assaut est un parfait exemple, mais aussi l'une des rares fois que l'on peut apprécier un tel spectacle dans les mangas parus chez nous.

Et outre toute l'efficacité de l'intrigue et de son rythme et du charme furyo qui va toujours de l'avant, c'est le travail sur les personnages qui continue de faire mouche. Takemichi progresse, à son rythme, sa relation avec Hina ne fait jamais du surplace, et on apprécie voir concrètement l'impact de l'adolescent sur les têtes brulées que sont Mickey et Draken. Le casting de la série continue d'être un argument phare du titre, raison pour laquelle le cliffhanger de fin de volume a de quoi faire faire des bonds au lecteur.

Après trois tomes, Tokyo Revengers ne faiblit donc pas, bien au contraire. L'intrigue se montre toujours plus intense, les machinations mises en place passionnantes, et la dimension furyo toujours aussi attrayante. La série de Ken Wakui est sans doute un des titres les plus survoltés de l'année, et peut-être l'un des plus addictifs.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News