The Yakuza's Guide to Babysitting Vol.2 - Manga

The Yakuza's Guide to Babysitting Vol.2

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 02 Décembre 2022

Grâce aux mots de Kirishima qui a su se rapprocher d'elle, la petite Yaeka a pris conscience de l'amour que lui porte sa mère, envers qui elle avait eu des mots déchirants. Si bien que la fillette se sent enfin apte à aller voir à l'hôpital cette maman dans le coma, qui ne se réveille et ne bouge jamais, pour lui dire ce qu'elle pense, son amour pour elle, ses remerciements... le tout sous les yeux de sa tante Kanami et, surtout de son père le boss du clan Sakuragi. Forcément, cela nous donne un début de deuxième tome naturellement poignant, mais qui a aussi les mérites de ne pas en faire trop grâce à des dialogues bien dosés, et de souligner une autre chose: en plus d'une Yaeka qui a désormais bien accepté Kirishima et qui est alors moins taciturne qu'avant, notre héros lui-même continue de s'adoucir au contact de l'innocente petite fille... et ça ne va sans doute pas s'arrêter au fil de la suite de ce deuxième volume !

Ce sont pourtant des situations généralement assez simples que Tsukiya nous propose au fil de chapitres à nouveau très courts: la découverte d'une journée du petit chat Ohagi, Sakuragi qui doit garder Yaeka à la place de Kirishima pendant quelques heures et qui essaie alors désespérément de briser la glace avec elle, la fillette qui entreprend de cuisiner une délicieuse pâtisserie maison avec sa tante (et la lycéenne morfale Ayumu qui s'incruste) pour Kirishima pour la Saint-Valentin, une nouvelle rixe de notre héros avec un membre d'un autre clan dont il doit régler le compte sans éveiller les soupçons de sa petite protégée, l'arrivée de l'anniversaire de Yaeka pour lequel Kirishima réfléchit à quoi lui offrir... Mais ce sont aussi de nouvelles figures qui entrent en scène ici en risquant de dynamiser de plus belle les choses. On pense notamment aux nouveaux voisins Léon et Surtout Sarah, petite fille qui semble pouvoir devenir une amie pour Yaeka. mais il y a surtout le cas d'Aoi, un ancien membre du clan Sakuragi qui a autrefois fait le choix de quitter ses fonctions pour se consacrer à ses enfants et à son épouse, avec à la clé de belle valeurs sur l'importance de ne jamais perdre de vue ce qui compte vraiment pour nous.

Les choses restent souvent simples, mais elles sont vraiment bien croquées par Tsukiya qui jongle efficacement entre de l'humour, de l'émotion et pas mal de tendresse. Entre un Kirishima qui s'adoucit au contact de la fillette, une Yaeka qui s'ouvre de plus en plus et qui nous offre un paquet de répliques et de bouilles enfantines adorables, et une galerie de personnage secondaires qui s'étoffe bien, The Yakuza's Guide to Babysitting ne manque décidément pas de charme.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
15 20
Note de la rédaction