The Empire of Corpses Vol.3 - Actualité manga

The Empire of Corpses Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 21 March 2019

Précédemment, on apprenait que l’objectif de The One était de désactiver tous les nécromates grâce à un flux d’ondes émis depuis les grandes machines analytiques. Alors que l’économie de la plupart des pays nécessite cette main-d’œuvre pour fonctionner, leur désactivation pourrait bien plonger le monde dans un chaos insurmontable… C’est dans ce contexte que M entre en scène. Il a retrouvé la créature numéro 1 et compte bien récupérer le journal pour réaliser son rêve : « Nécromatiser l’humanité tout entière ce qui amènera la paix universelle ! ».
Le troisième et dernier volume de cette série commence avec deux pages en couleur qui nous montre le combat tant attendu entre ces deux personnages. Un coup de poing. Un K.O. Et The One est à terre. La suite de l’histoire est à l’image de cet affrontement : expéditive. Il aurait certainement fallu deux ou trois tomes supplémentaires pour offrir à ce scénario des temps de suspens nécessaires pour le bon rythme de l’intrigue, des transitions claires et logiques pour mettre en valeur les différents rebondissements, et un travail plus méticuleux sur les personnages afin de les rendre plus attachants pour le lecteur. Et une bonne dose de cohérence en plus, n’aurait pas été de refus !

Hadaly est à l’honneur dans ce dernier volume. Le personnage est intéressant, mais le développer ici n’apporte plus grand-chose à l’intrigue. Au contraire, cela alourdit le récit qui, au lieu de se focaliser sur les agissements de M et le devenir du journal de Frankenstein, part un peu dans tous les sens. On découvre donc le père de Hadaly : Thomas Edison dont le rôle se limite à confier à Watson et au capitaine Frederick Burnaby un sous-marin pour rejoindre Londres afin d’empêcher M de mettre à exécution son plan. Et comment savent-ils où aller ? Grâce au message que The One leur envoie après sa capture : « Watson je m’adresse à toi car tu es le seul en qui j’ai confiance… » Il est difficile de croire en ces paroles sachant que leur rencontre fut des plus brèves et qu’elle se termina par la prise de contrôle de Vendredi par The One afin que le nécromate tue Watson… En parlant de Vendredi, dans ce volume, son nom s’est transformé en Friday. Même si on comprend de qui on parle, le changement reste quand même plutôt gênant.

« Les humains à l’agonie suite aux attaques des nécromates se retrouvent dans un état modifié de conscience qui rend leur esprit perméable aux nécrologiciels émis via les ondes pulsées de la tour… Ils se retrouvent ainsi nécromatisés de leur vivant ! » Voilà l’explication de M au sujet de son plan diabolique. Que les ondes pulsées de la tour permettent de métamorphoser les nécromates en tueurs sanguinaires pourquoi pas, mais de là à ce qu’elles puissent en même temps nécromatiser leurs victimes agonisantes, c’est quand même difficile à admettre…

Côté graphisme, les fans de la créature de Frankenstein auront la chance de voir un nécromate arborant le visage si caractéristique du monstre comme les films et les bandes dessinées le dépeignent (visage carré et couturé, très différent de celui choisi pour représenter The One…). De plus, la créature engage un très beau combat contre Burnaby avec des dessins en plein page qui valent le détour.

Enfin, le dernier clin d’œil de l’auteur pour clore sa série offre une chute plutôt agréable à l’histoire.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Gathea

10.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News