Tant que nous serons ensemble Vol.6 - Actualité manga

Tant que nous serons ensemble Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 22 November 2021

Tant que nous serons ensemble est une série où Yuki Akaneda, en plus de toujours s'intéresser de près à son duo principal, aime également approfondir des personnages secondaires qui ont souvent leurs tracas eux aussi. Et ce n'est pas ce 6e volume qui montrera le contraire, en s'ouvrant sur 70 premières pages consacrée à l'amie d'enfance d'Aki: Tamaki. La jeune femme s'interroge effectivement sur le mutisme soudain de notre héroïne depuis déjà 5 mois. Aurait-elle fait quelque chose de mal pour qu'Akira ait ainsi coupé les ponts ? En parallèle, Tamaki doit se confronter à d'autres soucis personnels. D'un côté, la recherche de son premier emploi ne se passe pas comme elle l'espérait, et elle est refusée un peu partout où elle a postulé. Et de l'autre côté, elle continue de s'inquiéter pour son père, qu'elle ne peut se résoudre à laisser seul sans qu'il ait trouvé l'opportunité de se remarier, ce qui fait qu'elle limite ses recherches de travail aux environs. C'est alors que des nouvelles de sa mère, cette mère qui les a abandonné(e)s elle et son père quelques années auparavant, arrivent en risquant de chambouler profondément la jeune femme... Au fil de quelques dizaines de pages, la mangaka offre un travail vraiment soigné sur Tamaki. Entre ses interrogations concernant sa meilleure amie Aki qui semble l'avoir laissée en plan, ses difficultés pour entrer dans la vie active et ses inquiétudes familiales, Akaneda dose très bien chaque élément, pour ensuite mieux les cristalliser et les faire exploser dès lors qu'arrivent des nouvelles de la mère indigne de la jeune femme. C'est notamment grâce à l'artisan-boulanger Kurosawa, dont on découvre également certaines choses et qui gagne un peu en importance ici, que Tamaki se questionne, cherche à faire le point, que ce soit sur la façon dont elle est peut-être rentrée dans le moule de la société en vue de trouver un travail et s'est adaptée aux autres, sur son amitié depuis le collège avec Aki (amitié où le père de la jeune femme n'est pas tout à fait étranger), sur chacun de ses deux parents qu'elle considère bien différemment...

Mais une fois cette première partie de volume passée, la suite n'est pas en reste dès lors que l'on retrouve Keiichi et Akira. Cela fait désormais plus de six mois qu'ils se sont installés à la Pension Den et s'y sont bien acclimatés, si bien que l'été arrive, que la fête de Tanabata approche, qu'à cette occasion la pension s'affaire... et que Momo envisage de faire porter un yukata à Aki, idée qui ne manque pas d'émoustiller Kei ! Mais le jeune homme a également fort à penser dans son petit boulot de livreur de livres, plus encore depuis sa rencontre avec Hanna... Et autant dire que cette dernière, s'affichant joliment sur la jaquette du tome, sera un personnage essentiel du volume. Si l'on regrettera un peu que l'autrice cède à quelques nouvelles facilités (le gros hasard de la présence de Kôtarô en face de chez Hanna pile quand il ne faut pas, et le film qu'il se fait derrière...), le travail fait sur Hanna est, à l'instar de celui sur Tamaki juste avant, très honnête, cette jeune femme continuant de se dévoiler, jusque dans ses propres douleurs issues du passé.

Et ce qu'il y a de plus intéressant dans tous ces abords, réside sûrement en deux aspects. Tout d'abord, le fait que le titre de la série, "Tant que nous serons ensemble", ne se limite décidément pas à Kei et Aki, entre Gô qui a vu son ami et amour secret s'éloigner, Tamaki qui a grandi sans mère et qui se refuse à laisser son père seul, Hanna qui a perdu bien trop tôt l'être en qui elle tenait le plus... Ensuite, la façon dont certaines situations (le lien de Hanna avec son frère), ou même certaines paroles a priori anodines (comme quand la gérante de la pension dit à Aki qu'elle est une femme honnête qui n'a rien à cacher, paroles que notre héroïne ressent forcément assez fortement), viennent subtilement troubler de plus belle nos deux héros... mais pour quelles conséquences ? A ce titre, les dernières pages nous laissent sur des choses fortes, autant côté Kei que côté Aki, ce qui laisse très curieux quant à la suite. Mais cette suite, il faudra s'armer de patience pour la découvrir, puisque le volume 7 de l'oeuvre paraîtra au Japon seulement le mois prochain, en décembre.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News