Taboo Tattoo Vol.13 - Actualité manga

Taboo Tattoo Vol.13

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 16 Febuary 2018

Au Pôle Sud, dans la ruine, l'heure du combat final est arrivée entre Seigi, détenteur du glyphe absolu, et la princesse Âryabatha. L'affrontement, voué à prendre des proportions inimaginables puisque l'avenir du monde est en jeu, s'annonce incertain... Quelle en sera l'issue ?


Avant de parler de l'issue, évoquons le déroulement de cet ultime affrontement, qui est ponctué de quelques bonnes idées, en tête desquelles l'utilisation de certains personnages. On pense en premier lieu au rôle de certains des plus proches compagnons de notre héros, pour qui l'heure est venue de tirer leur révérence en se sacrifiant pour peut-être permettre à Seigi de l'emporter. Clairement, Shinjirô a parfois séduit dans sa série par son choix de ne pas faire dans la facilité et de sacrifier des personnages de manière étonnante, on se rappelle ici surtout de la mort de Tôko qui reste l'un des moments les plus forts de l'oeuvre. L'auteur confirme à nouveau ici son désir de mener les choses comme il l'entend, en évitant complètement que tout soit tout rose jusqu'au happy end... Mais d'ailleurs, la fin sera-t-elle seulement heureuse ? Dans tout ceci, il y a également le cas de Wiseman, qui réserve d'ultimes surprises concernant ses ambitions... mais dans son cas, on a au final l'impression d'avoir un peu un pétard mouillé, une idée intéressante finalement sous-exploitée et ne servant pas à grand-chose. Enfin, on reste assez séduit par l'opposition de valeurs entre Seigi et Ârya : le premier veut changer le monde, car il est convaincu que ce n'est pas à l'homme de changer, tandis que la deuxième veut tout annihiler (y compris elle-même) pour laisser la planète renaître avec de nouvelles formes de vie. Vaste sujet... qui n'est exploité qu'en surface, finalement.


Entre très bonnes idées assez bien exploitées ou avortées dans l'oeuf, le tome, très rythmé, se suit donc avec un certain intérêt jusqu'à son final... qui, là aussi, pourra diviser. Car clairement, les idées sont là, et le mangaka reste nuancé en n'idéalisant vraiment rien, bien au contraire. Mais alors, qu'est-ce que le dernier chapitre est rapide ! Entre la fin de l'avant-dernier et le début du dernier, il y a le sentiment qu'il manque quelque chose, et c'est vraiment dommage.


Reste qu'une chose est sûre : visuellement, Shinjirô continue souvent d'assurer. Même si l'auteur part parfois en vrille et paraît proposer des choses un peu décousues, on sent qu'il se fait plaisir : ses planches sont souvent très riches, il y a des designs qui en jettent malgré leur côté un peu foutraque, ses angles de vues sont régulièrement canon, son trait n'est jamais statique y compris sur les expressions faciales qui sont nombreuses... L'auteur est vraiment capable d'impressionner, jusqu'à la fin. Shinjirô a des talents de dessinateur à revendre, il est simplement dommage qu'il ne parvienne pas toujours à bien canaliser ces talents, chose qu'il a pu faire sur le manga Fate/Zero (dont il est aussi le dessinateur) où il était sans doute un peu moins libre puisque le scénario était déjà fait.


On peut dire que la fin de Taboo Tattoo est à l'image de la série : d'excellentes choses visuellement, mais côté scénario de nombreuses bonnes idées qui ont rarement été pleinement exploitées, et une tendance à partir en vrille. Peut-être doit-on également imputer certaines faiblesses de l'oeuvre aux aléas de sa publication, comme Shinjirô le dit lui-même dans son mot d'auteur : de nombreux changements de responsables éditoriaux en cours de route, un succès très mitigé en magazine malgré l'adaptation animée de 2016... L'auteur avoue en avoir bavé avec son oeuvre, donc peut-être faut-il, quelque part, le féliciter d'en être malgré tout venu à bout...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News