Sounds of life Vol.1 - Actualité manga

Sounds of life Vol.1

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 17 Janvier 2023

Alors que Chihayafuru est entré dans son arc final, voilà que son remplaçant est déjà là. Ne connaissant la série que de nom, ce fut une découverte totale, et quelle découverte ! L'année 2023 démarre sur les chapeaux de roue !

« Sounds of life » nous amène à suivre Takezô, un élève de première au lycée qui s'est retrouvé président du club de koto par défaut. Il en est le dernier membre, et il va essayer de tout faire pour sauver ce club que ses senpais lui ont laissé. Mais quand Chika, le célèbre « délinquant » des secondes, débarque dans son club et lui dit vouloir s’inscrire... Peut-il vraiment croire en son honnêteté ?

C'est Akata qui a décidé de se lancer dans cette série au long court. Ayant presque atteint les 30 tomes au Japon, « Sounds of life » est une série de tranche de vie axée sur la culture japonaise et la musique. On y suit un groupe de lycéen qui va se lancer dans un projet plus gros qu'eux : faire vivre un club de koto. Là où la série frappe fort, c'est sur sa narration diablement efficace. Les personnages sont tout de suite attachants. Nagi la « racaille » est un fait bien plus sensible et maladroit qu'il n'y paraît. Son caractère explosif nous amène à de multiples situations cocasses. Surtout quand il interagit avec miss « je prends tout le monde de haut », a.k.a Satowa Hôzuki. Ce duo est vraiment drôle à suivre, et à n'en pas douter, une petite romance risque de naître entre eux. Car si les deux ont chacun leur caractère, derrière la carapace, il y des personnes vraiment peu douée dans les relations sociales, qui ne savent pas communiquer. Et le koto sera finalement le vecteur, pour eux, de communication. Ça, et aussi le personnage de Takezô, le président du club, qui sera un peu le tampon entre les deux. Où plutôt le lien entre eux. D'autant plus quand ils arriveront à convaincre des amis de Chika d'intégrer le club, même pour de faux. Acte qui aura de graves conséquences : le vice principal va les prendre en grippe, notamment à cause de la réputation de Chika. Ce qui va pousser les trois loustics à devoir s'y mettre un peu sérieusement. Et à ne pas s'être rendu compte dans quelle galère ils s'étaient embarqués !

Niveau dessin, c'est peut-être là qu'on le tout petit côté négatif de la série : on a un beau dessin mais très marqué shôjo. Personnellement, ça ne me dérange pas, mais ça en rebutera sans doute plus d'un, et surtout, ça induira un peu en erreur sur le genre de public que la série veut toucher. Si on sent que des histoires d'amour sont possibles, il est évident que ce ne sera pas le cœur du sujet. En ce qui concerne le découpage, il est très bon et il rend vraiment la narration fluide.

Niveau édition, Akata a fait un du bon boulot. Deux pages couleurs au début, une couverture très jolie avec une type qui rend plus hommage au dessin qua la couverture japonaise, à mon humble avis. La traduction est bien et fluide, ce qui rend la lecture très agréable.

C'est un projet risqué pour Akata, car ils se sont lancés dans une longue série, qui est loin d'être fini je pense. Mais quelle belle prise de risque ! « Sounds of life » démarre très, très bien. Je n'ai qu'une envie : continuer cette aventure aux côtés de ce jeune club au potentiel encore insoupçonné. Vite, la suite !

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
kayukichan
17 20
Note de la rédaction