Seraph of the End Vol.20 - Manga

Seraph of the End Vol.20

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 28 Novembre 2022

Shinoa est possédée par le Grand Géniteur, Shikama Dôji, pendant que Yû est emmené par les scientifiques de l'Armée démoniaque impériale. Comme si ça ne suffisait pas, les membres de la secte Hyakuya lancent l'assaut, sous les ordres de Saitô, l'une des éminences grises derrière l'ensemble des événements. Kureto et ses hommes ne savent plus où donner de la tête et sont sur le point de faire appel à leur Séraphin de la fin. Pour Glenn, cette situation semble être le moment propice pour dévoiler ce qui sommeille en lui...

Et de vingt  ! Seraph of the End atteint un cap symbolique par son nombre de volumes qui pousse à faire le constat de toute l'évolution de la trame scénaristique depuis le début. Une intrigue complexe, divisée en un grand nombre de sous-intrigues qui parfois se rejoignent, comme c'est le cas dans cet épisode de l'assaut sur Shibuya, quartier général de l'Armée démoniaque impériale.

A la promesse de cette bataille en fin de volume précédent, nos attentes étaient au plus haut, tant la situation pouvait être un vrai événement dans le scénario conçu par Takaya Kagami. Et c'est le cas  : La guerre présentée est soumise à un grand nombre de retournements de situation qui auront indéniablement leur impact sur la suite de l'histoire, quand d'autres développements enrichissent toujours plus les moult mystères qui subsistent dans la série. Le tome est donc généreux et haletant dans son climax, indéniablement, mais force est de constater que les auteurs ont tendance à vouloir un peu trop en faire.

Alors, à force de multiplier les focus et les sous-intrigues, la bataille finit par sonner bien trop courte. Finalement, un simple deux-ex machina permet de délier les enjeux de ce grand combat qui aurait pu être étendu davantage. Dans cette forme, cet événement charnière semble très hâtif, le scénario ne s'attardant jamais trop longtemps sur certaines figures afin de se concentrer avant tout sur l'énigme Glenn Ichinose, et sur la pirouette scénaristique qui permet de résoudre la grande bataille.

La lecture a donc quelque chose de frustrant, mais reste tout de même captivante. A enchaîner les révélations, Takaya Kagami a créé une véritable addiction au rythme de son intrigue, tant le lecteur sait que chaque chapitre sera une manière d'avoir quelques réponses, d'une manière ou d'une autre, et tant pis si celles-ci donnent de l'épaisseur au mystère global plutôt que de l'éclaircir. Les dernières pages sont dans cet ordre d'idées, d'ailleurs, et on comprend bien pourquoi Seraph of the End atteindra au moins la trentaine de volumes.

Malgré quelques petites frustrations, voilà un vingtième opus grandiose dans l'action qui se joue, redistribuant les cartes et maintenant tout l'intérêt qu'on peut avoir pour Seraph of the End. Et parce que la vérité autour de Glenn semble plus importante que jamais, sans doute faudra-t-il faire un tour du côté du prequel de l'œuvre afin d'y voir plus clair. Coup de bol pour nous, celui-ci est maintenant intégralement disponible en manga comme en light novel dans nos librairies.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato
15 20
Note de la rédaction