Riku-Do - La rage aux poings Vol.23 - Actualité manga

Riku-Do - La rage aux poings Vol.23

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 03 November 2020

Chronique 2 :

Riku est blessé à la main gauche, celle qui lui permet de conclure ses combats, mais l'incroyable opportunité d'affronter le champion du monde se présente à lui: un match d’exhibition, sans rien à gagner, le titre n'est pas en jeu, juste l'occasion de prouver au monde entier qu'il peut rivaliser avec le meilleur boxeur du monde!
Ses soutiens sont nombreux et même Tokorozawa revient le trouver après toutes ces années!

Le voyage de ce jeune boxeur partant de rien se termine ici, avec ce 23e opus et quoi de mieux que d'en terminer avec un match face au champion du monde? Il ne pouvait en être autrement, et même si l'issue était quelque peu prévisible, c'est le voyage qui s'est montré passionnant et les surprises qui allaient avec!
On espérait que le dernier match de notre héros soit face à Tsubaki mais cette conclusion est tout aussi bien menée, face à un homme qui ne craint rien et qui avance sans crainte sur ses adversaires!

Bien évidemment la première partie du volume va revenir sur tous les personnages ayant croisé la route de notre héros; on ne va pas suivre sa préparation à proprement parler, mais il va se livrer à certaines personnes, en particulier le charismatique Tokorozawa, celui qui est à l'origine de tout!
Le vieil entraîneur Baba va également tenir une place importante, sans parler bien évidemment de Naé, celle qui le soutient depuis le tout début, y compris dans les moments les plus difficiles!

Plus que jamais, il apparaît évident qu'on retrouve le même schéma que dans le grand classique "Rocky", mais cela fonctionne et les quelques différences de ce récit apportent un regain d’intérêt!

Et puis vient le combat, mais ici pas d'animosité entre les deux adversaires, ils se comprennent et se respectent, ils se craignent même, et tous deux voit dans l'autre l'ultime obstacle de leur carrière à dépasser!
Le match est prenant et toujours aussi dynamique, à cela s'ajoute un ultimatum pour Riku: sa main gauche est blessé et il ne peut frapper avec que quatre fois sous peine de devoir mettre un terme à sa carrière... Même si cela manque un peu de réalisme, on ressent pleinement cette pression; et sans surprise cette contrainte sera un enjeu essentiel ainsi que la clé du match!

Et enfin, l’après match tiendra lieu de conclusion pour la saga, nous permettant de revoir tous les personnages... Si le dernier match de la série se termine par une ellipse nous laissant en plein suspens, l'auteur nous dévoilera malgré tout le résultat de cet incroyable affrontement.
Puis petit à petit nous dirons au revoir à tous les personnages, pour rester dans un dernier moment de tendresse avec Riku et Naé...Ils se livrent enfin l'un à l'autre, rassurant le lecteur sur l'avenir du jeune garçon écorché qu'il était. Il est désormais soutenu et aimé, nous n'avons plus à craindre pour son avenir... Et c'est ainsi qu'on en termine avec cette série!

Un dernier volume certes sans surprise mais prenant et touchant qui clôt superbement une série qui aura su nous passionner du début à la fin!


Chronique 1 :

Un bad buzz a ciblé Riku, aussi le voilà pointé du doigt pour avoir causé la mort de l'homme qui le battait, quand il était enfant. Pour redorer son blason, le garçon accepte de boxer contre David Khan, triple champion mondial, lors d'un match d'exhibition qui se tiendra en Angleterre. Et tandis que Riku a trouvé une raison de se battre, il renoue avec Mademoiselle Ehara, celle qui s'est occupée de lui quand il était enfant, mais qui est devenue amnésique. Cerise sur le gâteau : Tokorozawa se montre de nouveau. Mais Riku, las de ses apparitions soudaines, lui pose une question fatidique. De la réponse de l'ancien mafieu pourrait dépendre la destiner de boxeur du jeune homme...

Après 22 volumes, nous voici face au dernier opus de Rikudo, le titre sportif de Toshimitsu Matsubara dont la qualité n'aura pas vraiment faibli en deux dizaines de volumes. Si le penchant de l'auteur pour les scènes érotiques parfois absurdes a pu nous sortir du récit à quelques moments, toute l'histoire humaine développée en parallèle s'est révélée touchante, tandis que les séquences sportives se sont montrées à la fois intelligentes pour les propos et développements qu'elles véhiculaient, mais aussi d'une nervosité folle en terme de mise en scène et d'une densité incroyable sur le plan purement graphique. En outre, malgré de toutes petites faiblesses qui relevaient surtout du mauvais goût, Rikudo avait de quoi largement convaincre.

Alors, ce dernier tome honore le contrat en concluant la série sur une note globalement très positive. En un seul opus, l'auteur parvient à boucler son intrigue, proposer quelques développements finaux tout en menant une rencontre qui est, sans aucun doute, la plus ahurissante en terme de spectacle et d'impact visuel. Esthétiquement, le match opposant Riku à David Khan pousse le talent de dessinateur de Toshimitsu Matsubara à son paroxysme. Entre impressions de sakugas issues d'une série animée, un découpage percutant et autres effets de styles novateurs, le mangaka s'impose comme une pointure du dessin qu'il conviendra de suivre, après Rikudo.

Et outre le spectacle, c'est tout ce que le match raconte qui nous scotche au volume. Que ce soit les prémices via la rencontre avec Tokorozawa ou la rencontre pure et simple, l'auteur amène l'écriture de Riku à son point culminant. Parce que l'arc narratif du héros se conclu dignement, sa prestation dans ce volume est aux petits oignons, l'histoire prouvant que tout a été raconté, et qu'il serait désormais superficiel d'en faire davantage. Le côté conclusif de l'enfant est présent et bien présenté, notamment avec une présence de nombreux personnages des débuts du titre, signe que le héros n'est désormais plus un solitaire. D'ailleurs, toute l'ambiance morose qui caractérisait le manga jusqu'à maintenant s'évapore au profit d'une atmosphère aussi endiablée qu'optimiste. On apprécie aussi la pointe de développement apportée à David Khan, figure classique de l'ancien soldat traumatisé qui aura néanmoins montré un zeste de subtilité et d'humanité, malgré un dilemme stupide qu'il s'inflige à lui-même.

Conscient que l'issue du match représente un élément d'intensité, le mangaka maintient le suspense quasiment jusqu'au bout, mais finit par nous livrer la réponse qu'on attendait sur l'identité du vainqueur. Suite à cela, il ne lui en faut pas tellement plus pour conclure son récit. Riku est allé au bout de son écriture, nous connaissons le devenir de son entourage, aussi un simple chapitre épilogue suffit à sceller son destin, sentimental notamment. Ouf, l'artiste n'a pas oublié Naeshiro, aussi les dernières pages proposent un ultime élément érotique, mais cette fois-ci symbolique et globalement très joli (même si on aurait pu éviter quelques focus qui montrent que, hélas, l'auteur ne parvient pas toujours à mettre sa libido de côté). La fin de Rikudo est bonne, belle et largement suffisante. Il n'en fallait pas plus pour nous combler avec ce dernier opus.

Malgré ses petits bas, le manga sportif de Toshimitsu Matsubara aura constitué une très bonne lecture jusqu'au bout, particulièrement maîtrisée quand il s'agissait de développer ses histoires humaines en utilisant les matchs de boxe comme symbolique. On referme alors ce vingt-troisième volume non sans une petite tristesse, mais surtout avec beaucoup de satisfaction d'avoir lu une fin voulue, jolie et solide. Désormais, on attendra le prochain manga de l'auteur avec une certaine hâte, ce parce que les histoires qu'il raconte sont intéressantes et que son coup de crayon est un spectacle de tous les instants. On espère néanmoins qu'il saura mettre de côté ses élans graveleux qui n'ont pas toujours leur place dans ses récits.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News